Accueil > Actualités > La police était là pour tuer

La police était là pour tuer

mardi 9 juillet 2002

RossoUn film montre comment des policiers se préparent à réprimer les piqueteros avec des balles en acier. Sur la vidéo on voit des agents de police chargés de ramasser les balles. Les policiers de la Province de Buenos Aires sous le commandement du Commissaire Franchiotti ont commencé à réprimer les chômeurs sur le Pont d’Avellaneda avec des munitions en acier. Contrairement au discours officiel, ils ont utilisé ces projectiles dès le début.

Ces événements furent enregistrés sur les images prises par le groupe de vidéo d’Indymedia, le mercredi 26 juin dernier. On peut y voir, dans "le cordon de contention" que la Police de la province a formé face aux "piqueteros", un des agents porter sur son épaule droite un bandoulière avec trois cartouches rouges. Sur le fond bleu foncé de l’uniforme, le rouge des munitions métalliques saute aux yeux. Derrière le policier, Franchiotti donne des instructions au groupe qui quelques instants plus tard commence à tirer.
Tout le monde voit ces balles, mais c’est seulement après que le rouge et le vert prennent toute leur signification chez les civils. Les rouges indiquent ceux qui contiennent des chevrotines métalliques, les verts, ceux qui contiennent des balles en caoutchouc. Les "piqueteros" qui se sont trouvés au premier rang ont appris à les différencier de la même façon que le reste du pays, en lisant les journaux après la fusillade.
Lorsqu’il a filmé les images, le cameraman d’Indymedia était placé derrière la police. Les prises montrent les policiers en uniforme et les "piqueteros" face à face, juste avant la répression. Au premier plan on voit les épaules des policiers de la province de Buenos Aires, protégés par des casques et des boucliers anti-émeute. On y voit cet agent avec les cartouches rouges sur l’épaule. Derrière lui se promène Franchiotti. Mario de la Fuente, le policier en fuite, est aussi là.

La séquence montre le début des tirs et la réaction des gens, courant à la débandade. La plupart s’éloignent du côté de la gare d’Avellaneda pendant qu’un groupe de "piqueteros" reste à une vingtaine de mètres et jette des pierres contre les policiers pour les freiner. Sur le bitume on voit déjà une cartouche rouge, preuve qu’ils ont tiré avec du plomb au même endroit où se déclenchent les incidents.

La vidéo met en relief une série de points :
La police avait des munitions en plomb à la vue de tout le monde
Ils n’ont pas tiré dans un accès de rage mais dès le début.
Ils ont tiré sur des manifestants désarmés qui se défendaient avec des pierres
Un policier en uniforme est toujours près de ceux qui tirent, se penchant pour ramasser les balles et faire disparaître les preuves.

Messages