Accueil > Les activités > Communiqués

Communiqués

jeudi 25 juillet 2002

calpaDehors le FMI | Tortures à Salta | La Banque contre l’assemblée Villa Crespo

Calpa soutien la proclamation du peuple argentin contre la présence de la « commission des notables »…
Comme si l’Argentine était une colonie ou un protectorat, cinq grandes puissances étrangères envoient ses délégués pour décider du destin de millions d’argentins déjà accablés par la faim et le chomage de masse. Cette commission relaye le FMI et le Trésor américain dans leurs exigences de suppression d’une grande partie des organismes bancaires et par là même de liquidation définitive des dépôts des épargants et de mise à la rue de milliers de travailleurs.

C’est pourquoi, avec le peuple en lutte, les piqueteros, les assemblées populaires, les syndicats et toutes les organisations représentatives, nous exigeons :
- Assez d’expoliation
- Dehors la commission des notables
- Dehors le FMI
- Nationalisation des banques
- Annulation de la dette externe

Tortures à Salta infligées par Ramorez, Romero et autres potentats, criminels de l’appareil d’Etat

Calpa lance une campagne de dénonciation des graves atteintes aux droits de l’homme commises par le gouverneur de Salta, Juan Carlos Romero, candidat à la présidence de l’Argentine.
Le collège d’avocats de Salta a fait savoir à la communauté internationale que des détenus sont systématiquement torturés dans les commissariats de police de toute la province de Salta. Le gouverneur continue à utiliser pour mettre en œuvre sa politique de terreur le criminel Sergio Nazario, alias commandant Estevez, tortionnaire du camp de concentration d’Olimpo pendant la dictature militaire de Videla.

Un cas grave qui démasque cette politique, c’est l’odyssée vécue par trois jeunes étudiants de Salta qui ont subi des tortures au commissariat 9, dimanche 21 juillet, constatées par des médecins de l’hôpital San Bernardo.

Calpa exige que le gouverneur de Salta cesse cette politique de terreur et démette définitivement de son poste le tortionnaire Sergio Ramirez.

Lettre ouverte à la Banque de la Province de Buenos AIres

President : Cr. Ricardo Ángel Gutierrez
Vicepresident : Cr. Alberto de Francesco
Directeur Secétaire : Lic. Alejandro Emilio Mayoral
Directeur : Lic. José González
Directeur : Dr. Roberto Frenkel
Directeur : Lic. Luis María Cantarelli
Directeur : Sr. Rubén Daniel Lusich
Directeur : Lic. Oscar Julio Cuattromo
Directeur : Dr. Dámaso Larraburu

Nous nous adressons à vous en tant que CALPA, association créée en France par des français et des argentins résidents à Paris, après les événements tragiques du 19 et 20 décembre 2001.

Nous avons appris que l’Assemblée populaire de Villa Crespo occupe l’immeuble situé entre les rues Scalabrini Ortiz et Padilla à Buenos Aires, inhabité et abandonné depuis plus de deux ans, pour proposer des soutiens alimentaires aux enfants défavorisés et avec un objectif de créer une cantine.
Nous avons été informés du déclenchement d’un recours pénal contre cette assemblée pour usurpation, au tribunal correctionnel N°5, Secrétariat N° 73 de la ville de Buenos Aires, entre les mains de la Dra Filochi.
Notre intention, en nous adressant à vous est de trouver une solution d’accord avec l’assemblée pour qu’ils puissent continuer leur œuvre social, indispensable pur la survie et le développement de nos enfants. C’est à dire , pour préserver la nouvelle génération des conséquences irréversibles de la malnutrition et de l’exclusion sociale que souffre un nombre croissant d’enfants, à cause de la situation du pays.

Et ce d’autant plus que cette immeuble appartenant à la Banque de la Province de Buenos Aires est abandonné depuis plus de deux ans.
Nous pensons que les Assemblées populaires incarnent une nouvelle dynamique sociale et que par leurs actions de solidarité, elles cherchent à couvrir le terrain délaissé par les institutions publiques et nous croyons que le Pouvoir Executif de la Province et la Banque de la Province de Buenos Aires doivent faire tout leur possible, non seulement pour ne pas entraver les actions des assemblées de quartier, mais encore de les soutenir avec force.
Nous esperons que notre demande recevra un echo positif auprès de vous.

CALPA