Accueil > Les activités > Lettre ouverte à la Banque de la Province de Buenos Aires

Lettre ouverte à la
Banque de la Province de Buenos Aires

mardi 6 août 2002

vcresPresident : Cr. Ricardo Ángel Gutierrez Vicepresident : Cr. Alberto de Francesco Directeur Secétaire : Lic. Alejandro Emilio Mayoral Directeur : Lic. José González Directeur : Dr. Roberto Frenkel Directeur : Lic. Luis María Cantarelli Directeur : Sr. Rubén Daniel Lusich Directeur : Lic. Oscar Julio Cuattromo Directeur : Dr. Dámaso Larraburu

Nous nous adressons à vous en tant que CALPA, association créée en France par des français et des argentins résidents à Paris, après les événements tragiques du 19 et 20 décembre 2001.

Nous avons appris que l’Assemblée populaire de Villa Crespo occupe l’immeuble situé entre les rues Scalabrini Ortiz et Padilla à Buenos Aires, inhabité et abandonné depuis plus de deux ans, pour proposer des soutiens alimentaires aux enfants défavorisés et avec un objectif de créer une cantine. Nous avons été informés du déclenchement d’un recours pénal contre cette assemblée pour usurpation, au tribunal correctionnel N°5, Secrétariat N° 73 de la ville de Buenos Aires, entre les mains de la Dra Filochi. Notre intention, en nous adressant à vous est de trouver une solution d’accord avec l’assemblée pour qu’ils puissent continuer leur œuvre social, indispensable pur la survie et le développement de nos enfants. C’est à dire , pour préserver la nouvelle génération des conséquences irréversibles de la malnutrition et de l’exclusion sociale que souffre un nombre croissant d’enfants, à cause de la situation du pays.

Et ce d’autant plus que cette immeuble appartenant à la Banque de la Province de Buenos Aires est abandonné depuis plus de deux ans. Nous pensons que les Assemblées populaires incarnent une nouvelle dynamique sociale et que par leurs actions de solidarité, elles cherchent à couvrir le terrain délaissé par les institutions publiques et nous croyons que le Pouvoir Executif de la Province et la Banque de la Province de Buenos Aires doivent faire tout leur possible, non seulement pour ne pas entraver les actions des assemblées de quartier, mais encore de les soutenir avec force. Nous esperons que notre demande recevra un echo positif auprès de vous.