Accueil > Actualités > Occupation réussie de la Place de Mai par le Mouvement Piquetero

Occupation réussie de la Place de Mai par le Mouvement Piquetero

samedi 10 août 2002

campement place de mai chica Une sensation de victoire s’est affirmée chez les Piqueteros, avec une occupation de la place de Mai qui a duré 22 heures, malgré les menaces policières. Les piqueteros ont campé, organisé sur les lieux un meeting et un concert, ont accompagné la ronde du jeudi des mères de la place de Mai et ont été reçus par le secrétaire général de la Présidence, Anibal Fernandez.
« Le gouvernement a du céder » a déclaré Nestor Pitrola de « Polo Obrero ».

Une nouvelle rencontre est prévue lundi prochain avec la Ministre des Affaires Sociales pour débloquer une aide en faveur des cantines populaires. « La nourriture est l’urgence du moment » a déclaré Rberto Martino du Mouvement Teresa Rodriguez.
Les revendications du mouvement sont :
- Augmentation des salaires
- Extension du programme « d’aide aux familles » aux jeunes et aux retraités
- Liberté pour Raoul Castells et amnistie pour les militants emprisonnés pendant les luttes populaires
- Investigation sur les morts des piqueteros Dario et Maximilian
- Soutien de l’Etat aux Usines sous contrôle ouvrier

Pendant que Fernandez recevait les piqueteros, Hilda Duhalde a critiqué ll’occupation de la Place par les Piqueteros : « Les extrêmes ne servent à rien, ils ne construisent rien. Il faut trouver une position équilibrée. » De même, le chef de cabinet, Alfredo Atanasof, s’est déclaré opposé au campement de la Place de Mai.
Malgré les déclarations publiques, le Gouvernement a cherché les trois dernières semaines à approcher le Bloc National des Piqueteros. Les premiers contacts se sont faits au Secrétariat de Sécurité Intérieure, quand le sous secrétaire Carlos Vilas leur a déclaré que le gouvernement n’accepterait pas un campement prolongé. Lors de cette réunion, un lien a été établi avec le Ministère du Travail.
La Ministre Graciela Camano a accepté de faire bénéficier 9000 familles, non retenues jusqu’alors, des allocations du plan « aide aux familles ».

Ces différents contacts avec des membres du gouvernement et les quelques mesures obtenues sont considérées comme des victoires acquises par les luttes du mouvement Piquetero.

Pitola, dans le discours de clôture de la journée Piquetera a conclu : « Le gouvernement a du avaler la déroute politique du 26 Juin et il a du avaler aussi la déroute d’aujourd’hui ».
Les manifestants ont défilé jusqu’à la Maison de Chubut pour se solidariser avec ceux qui occupaient une usine de Repsol YPF.

Il est prévu que le 24 Août, les piqueteros se réuniront avec les travailleurs des usines occupées pour organiser un autre plan d’action et en septembre, ils appelleront à une autre assemblée nationale, comme celle qui s’est tenue en juin à Avellaneda dans laquelle se sont décidées les plans d’action qui ont été mis en œuvre ces jours ci.