Accueil > Actualités > Menem accusé de génocide économique : 100 enfants argentins meurent par (...)

Menem accusé de génocide économique : 100 enfants argentins meurent par jour

mardi 19 novembre 2002

La situation de la santé des enfants en Argentine est étroitement liée aux inégalités sociales qui se sont aggravées dans les 26 dernières années. :
66,6 % des moins de 18 ans sont pauvres. L’Argentine est un pays ou la majorité de pauvres sont des enfants.

Cette année MEDECINS DU MONDE-ARGENTINE dénonce, dans son article : « Les conséquences de la crise sur le système sanitaire argentin » que 1OO enfants meurent de faim chaque jour en Argentine. La mortalité enfantine dans le pays arrive à 16 %.

La question des enfants qui revient le plus fréquemment dans les écoles est :
« Maîtresse, à quelle heure mangeons-nous ? »

Un recensement effectué par le Centre d’Etudes sur la nutrition enfantine (O.N.G. de l’O.M.S.), signale qu’en 2001 la dénutrition touche entre 11 % et 17 % des enfants.

Suite à la dernière crise, la dénutrition enfantine s’élève à 20%.

Le manque de protection de la santé publique touche particulièrement les enfants : 45 % des moins de 4 ans et 41 % entre 4 et 5 ans n’ont pas accès à cette protection quand les parents sont au chômage. Cette situation est aggravée quand il s’agit des maladies chroniques qui demandent des recherches et des soins avec utilisation de hautes technologies très coûteuses. Cela va de paire avec une politique de réduction du budget pour la santé et le démantèlement des hôpitaux publics.

A LA MATANZA (ville de la province de BUENOS-AIRES) :
-  Un enfant sur quatre naît avec des problèmes de dénutrition.
Le même problème est constaté sur 26% des enfants nés dans les hôpitaux publics.

Pourcentages dont les besoins élémentaires des mineurs ne sont pas satisfaits :

38% pour les moins d’un an
32 % pour les moins de 12 ans.
24 % pour les adolescents entre 14 et 18 ans.

Concernant le travail des enfants :

L’entrée dans le monde du travail se fait de plus en plus tôt : 200 000 enfants entre 10 et 14 ans (U.N.I.C.E.F. 2000) Il est tout à fait probable que la situation se soit aggravée avec la dernière crise.

A la MATANZA, 6,6 % des enfants travaillent. Ce pourcentage concerne les enfants scolarisés ou pas.

Il faut souligner que la ville de la MATANZA (où il y a une concentration de 3,5% de la population) reflète la réalité de l’Argentine toute entière du point de vu socio-économique. De ce fait, ces chiffres doivent être considérés comme valables pour le reste du pays.

En ce qui concerne la mortalité enfantine des moins de 5 ans, l’Argentine est loin devant les pays développés.

Pour la période 199O-1999, le taux de mortalité enfantine est plus important pour les moins d’un an qui naissent dans les quartiers sud de la capital (les plus pauvres) que pour ceux qui naissent dans les quartiers nord (plus riches)

Mais un autre phénomène inquiétant est apparu : le rythme de la baisse de la mortalité s’est largement ralenti. En effet entre 196O et 1999, il était largement inférieur aux autres pays latino-américains.

Or pour l’année 2000, il n’y a presque pas eu de baisse de mortalité pour les enfants de moins de cinq ans.

En ce qui concerne la capital Buenos Aires, la baisse a été beaucoup moins forte dans les quartiers sud et ceci à partir de 1995. Ce qui montre que ce phénomène confirme le lien qui existe entre l’aggravation de la situation de santé enfantine et l’inégalité dans la distribution des ressources.

Un pourcentage important d’enfants présente des perturbations psychiques graves avec des maltraitances, de l’exclusion, de la violence. Ces phénomènes se sont aggravés avec la pauvreté.

En 1999, 26 OOO enfants et adolescents étaient placés dans des institutions publiques ou privées, 24 OOO enfants étaient en errance, et 6 OOO vivaient dans la rue avec des liens familiaux fragiles ou inexistants.

A TUCUMAN (province située au Nord)

Pour ce qui concerne la mortalité enfantine, ont constate les chiffres suivants :

-  40 enfants sur 1000 meurent dans les régions les plus pauvres de la province
-  23 enfants sur 1000 meurent dans les régions un peu moins pauvres de la province.

A JUJUY (province à la frontière avec la BOLIVIE)

L’hôpital public de la ville de JUJUY (capitale de la province) reçoit plus de 7OO enfants par jours présentant un état avancé de dénutrition.

Tous ces chiffres sont cités par le journal LE MONDE du 21.10.2002 (source : l’Institut de Statistique du département de l’Indre)