Accueil > Actualités > Nouvelle récupération de l’usine Brukman après intervention de la (...)

Nouvelle récupération de l’usine Brukman après intervention de la police

dimanche 24 novembre 2002

Les travailleuses et travailleurs qui étaient à ce moment là dans l’usine ont été sévérement frappés par des policiers en civil qui agissaient sans aucune ordonnance du tribunal. Les commissaires qui commandaient l’intervention ont refusé de répondre aux questions des travailleuses et de leurs avocats.

A 10 heures : 200 manifestants : travailleurs de Pepsico, Metropolitano, asamblées populaires, MTD Anibal Verón, partis politiques de Izquierda, délégation de Zanón, Chilavert, Grisinópoli, Mères de la Place de Mai, MTL entre autres se sont regroupés devant l’usine et le spoliciers ont commencé à se retirer.

Ensuite, les travailleurs de Brukman ont pu pénétrer dans l’usine pour la « récupérer ». Ils ont pu constaté qu’une machine avait été détruite et qu’un disque dur d’un des ordinateurs et des documents qui étaient gardés sous clé au secrétariat de l’usine avaient disparu. Il apparaît bien clairement que la police avait des informations précises sur où et quoi chercher.

Les travailleurs de Brukman lancent un appel à la solidarité à tous ceux qui peuvent venir les soutenir et s’opposer à cette opération commando, assemblées populaires, étudiants, syndicats, moyens de communication, organisations politiques et sociales et ceux qui croient à la légitimité de défendre un outil de travail et qui sont contre la violence et la répression du gouvernement.
Les travailleuses de Brukman tiennent responsables le chef de Cabinet Anibal Ibarra, le Ministre de la Sécurité et de la Justice et tous les fonctionnaires de leur intégrité physique et de celles de tous ceux qui les soutiennent.

CALPA appelle la communauté internationale à faire pression sur le gouvernement argentin pour qu’il cesse ces violations des droits des travailleurs de Brukman.