Accueil > Actualités > Expulsé de France jusqu’à ce que mort s’en suive

Expulsé de France jusqu’à ce que mort s’en suive

mardi 7 janvier 2003

Il a été "plié en deux", par les hommes de la Police des frontières qui l’accompagnaient. La méthode de plus en plus utilisée consiste à forcer l’"expulsé" à se plier, la tête sur les genoux, avec une violente poussée sur le dos pour bloquer la respiration et empecher tout mouvement ou appel à l’aide.

Cette méthode était utilisée par les militaires argentins lors des transferts entre prisons à l’époque de la dictature.

Ricardo Barrientos, est mort à 52 ans lors d’une expulsion musclée à Roissy dans l’avion qui devait le ramener en Argentinele 30 décembre au soir. Il était sous le coup d’une interdiction du territoire français notifiée par le préfet de l’Essonne, après une condamnation pour délit sexuel et un emprisonnement à Fleury Mérogis. Il est ressorti sans vie de l’appareil où il avait été embarqué.

Le syndicat CFDT d’Air France a dénoncé mardi "la brutalité des membres des
forces de l’ordre et rappelle que les faits de brutalité sont fréquents à
bord de (nos) appareils dans de tels cas".
Le syndicat a également regretté "le rôle que la police et la compagnie
Air France font jouer aux membres d’équipage", souhaitant "que les
organisations syndicales d’Air France soient associées à l’enquête et
informées des conclusions".

CALPA exige des explications du gouvernement français sur les conditions de la mort de Ricardo Barrientos. La thèse officielle de la crise cardiaque n’est pas acceptable.

Messages