Accueil > Actualités > Pas un seul ne s’échappera...

Pas un seul ne s’échappera...

mardi 11 février 2003, par José Larrea

"Pas un seul ne s’échappera. Nous avons leurs téléphones, adresses, connaissons leurs familles, nous avons accès à leurs boîtes emails. Nous allons les faire sauter dans leurs maisons et avec leurs familles. Que les vieilles commencent à acheter des foulards blancs (si elles arrivent à sortir des débris)". Un film de terreur ? Une réplique d’un film "gore" avec de litres d’hémoglobine et autres tronçonneuses ?

Pas exactement. Cette phrase est la transcription littérale des menaces que reçoivent les membres de l’Assemblée Rodríguez Peña depuis un mois. Et pourquoi ? Parce qu’ils sont à l’origine d’un appel à manifester contre Emilio Massera (un militaire à la triste réputation de kidnappeur d’enfants de disparus que lui-même assassinait) et sont devenus de plus en plus insistants quand ils ont appelé à manifester contre le Commandant en Chef de l’Armée de terre Ricardo Brinzone, qui a rendu les honneurs à un autre assassin notoire, Fortunato Galtieri, un alcoolique sanglant, heureusement, post-mortem. Les messages faisaient allusion à ces initiatives.
Ces anonymes criminels vont plus loin et annoncent des morts horribles en se vantant d’avoir été si proches pendant les manifestations qu’ils peuvent citer de passages des conversations des membres de l’Assemblée !
Un autre mail donnait des renseignements sur la famille de Gimena Sakin.

Voici les premiers mouvements avant la discussion de la loi impulsée par Toma, Matzkin et Pichetto qui prétend donner des moyens exceptionnels aux Forces Armées, comme l’exige le gouvernement des Etats-Unis. Voir dans notre site, l’article de Horacio Verbitsky.

Demain, les Assemblées de Plaza Rodríguez Peña, Agrupación Hijos, l’Assemblée Plaza del Nunca Más de Villa Pueyrredón, l’Assemblée Parque Lezama Sur, l’Assemblée Botánico, l’Assemblée Popular Plaza Congreso, l’Assemblée Plaza 1 de Mayo, l’Assemblée Villa Urquiza, l’Assemblée El Cid Campeador, l’Assemblée Nuñez Saavedra, l’Assemblée Córdoba y Anchorena, la Liga Argentina por los Derechos del Hombre, la Asociación Internacional de Refugiados Solidaridad, Secretaríade DDHH del Centro de Estudiantes del Joaquín V. González, la Asociación Sere Casa de la Memoria de Castelar, MTD Mataderos, le Parti Communiste, le Parti de la Libération, Refondation Communiste, et la Juventud Rebelde 20 de diciembre manifesteront pour que toute cette barbarie s’arrête.