Accueil > Actualités > Balles de plomb

Balles de plomb

mardi 22 avril 2003, par José Larrea

Le député Gonzalez (ARI) a montré des preuves qui ne laissent aucun doute que les policiers avaient des balles de plomb (les cartouches rouges sur la photo) tandis que ce matin le Secrétaire de presse du gouvernement, Alfredo Atanasoff assurait que la police n’utiliserait pas ces balles. Indymedia Argentina a dénoncé cet armement samedi 19 conjointement avec le CEPRODH, en publiant ces photographies avec ces balles. Un manifestant a été blessé aujourd’huipar une balle de plomb.

Tout la zone du quartier de l’Once est militarisé et l’on a ouvert la chasse aux manifestants.

Des colonnes de manifestants vont de la Faculté de Psychologie vers le commissariat de police 8 (plus de 1000 personnes).

Plus de 600 personnes dans Callao et Rivadavia, on parle ici de 18 hommes blessés.
Il y a aussi des manifestations près de l’Hôpital Garraham et de l’Université des Mères de Place de mai. La police a aussi réprimé les manifestants qui étaient à l’intérieur de l’Hôpital Garraham, avec du gaz et des balles en caoutchouc. Il y aurait 70 manifestants arrêtés et parmi eux cinq céramistes de Zanon.