Accueil > Les activités > Le feu couve en Argentine

Le feu couve en Argentine

mardi 10 juin 2003

Depuis mon arrivée en France, j’ai la sensation de me retrouver chez moi 10 ans en arrière. Décentralisation, suppressions d’emplois, usagers ; retraites, sécurité, voilà les mots qui m’introduisent dans le tunnel du temps et des malheurs.

L’Argentine, la meilleure élève du néolibéralisme au XX siècle, a démantelé les industries ; privatisé les entreprises, les services, décentralisé l’éducation et la santé, flexibilisé le « marché » du travail. Et l’Argentine, le pays le plus « européen » d’Amérique latine, chloroformée par l’illusion d’accéder au « Monde Civilisé », est devenue Latino américaine, et des milliers de sans abris affamés se retrouvent dans les rues.
C’est la crise la plus profonde. Le Pouvoir nous a jetés dans un système qui ne nous a pas permis de penser, d’être solidaires, d’autogérer nos vies, mais la révolte couve sous les cendres et parfois s’allume le feu.
Les assemblées de quartiers, d’usines récupérées, de mouvements de paysans, d’aborigènes sont des petits feux qu’il faut continuer à diffuser. J’aimerais parler avec vous de tout ça.

Débat-discussion avec ALICIA ZARATE, artiste et militante argentine.

Le feu couve en Argentine

Vendredi 13 juin à 19 heures.

Le Maldoror, 10 rue du Grand Prieuré, 75011 PARIS, Métro Oberkampf