Accueil > Actualités > Argentine et Amérique Latine au Forum Social Européen

Argentine et Amérique Latine au Forum Social Européen

jeudi 4 septembre 2003

Jeudi 13 Novembre 2003
IVRY-SUR-SEINE, 9h-12h, Salle Venice Gosnat.

Plénière Ouverture sur le Monde :EUROPE-AMERIQUE LATINE : ACCORDS ECONOMIQUES, LUTTES SOCIALES ET POPULAIRES FACE AUX POLITIQUES NEOLIBERALES.

Orateurs : Noeli POCATERRA (Venezuela), Esther AGUILERA (Cuba), Carlos LOZANO (Colombie), Hector DE LA CUEVA (Mexique), João Pedro STEDILE (Brésil), Nestor PITROLA (Argentine), Giampero RASIMELLI (Italie)
Modérateurs : Fabien COHEN (FAL) et Jaime BALLESTEROS (OSPAAAL- Espagne)

• Les accords sont-ils une alternative à l’ALCA ? sont-ils un point d’appui face à l’ALCA ou une potentialisation de la menace ?

• Les accords UE se targuent de mettre en avant les Droits de l’Homme, qu’en est-il exactement et que devrait être l’engagement européen s’il avait réellement cette bonne intention ?

• Ces accords permettent-ils de promouvoir un développement économique, sociale, humains ?

• Quelles sont les conséquences sociales induites par ces relations commerciales ?

• Que dire de la nouvelle « Gouvernance » demandé par l’UE à ses partenaires comme une des conditions des accords de coopération ? et le rôle des maquiladoras, leur extension au delà du Mexique ?

• Quelles interventions des populations européennes et latino-américaines pour stopper les dégâts consécutifs à l’exploitation des richesses naturelles et humaines ?

• Quel est l’état des résistances en Amérique latine et en Europe face aux politiques néolibérales menées par les multinationales européennes ?

• Les changements politiques et les récentes luttes sociales et populaires en Amérique latine offrent-elles des perspectives de rupture avec cette logique ? où dans quelles limites ? et l’OMC ou l’AGCS ?

• Comment peut-on conduire des deux cotés des océans des luttes communes pour imposer une autre coopération UE-AL avec des bénéfices mutuels pour les peuples pour s’opposer à la mise en concurrence des travailleurs européens et latino-américains ?

Séminaires

IVRY-SUR-SEINE, Cinéma QUAI d’IVRY, Salle 5,

jeudi 13 novembre 2003, 14h-17h.
Rôle des multinationales européennes en Amérique Latine et politiques des Etats.

Organisé par FAL- CAL, Euralat, Terre des Hommes-Grupo Sur

Orateurs : Manuel PEREZ ROCHA (Mexique), Julio CARRANZA (Cuba), José Angel BUITRAGO (Nicaragua), Alberto MUÑOZ (Argentine), Vilma NUNEZ (Nicaragua), Transnationale Institute (Pays-Bas).
Modératrice : Valérie TECHER ( FAL).

Quatre axes seront développés :
 Rôle du Plan Puebla Panama dans l’implantation de l’ALCA.

 Politique d’investissements et rôle de l’Union européenne et des gouvernements européens au sein des banques multilatérales (Banque Mondiale, BID, et de l’OMC, etc.)

 Accords commerciaux avec l’Union européenne : Mexique, Chili, Mercosur.

 Politique vis-à-vis de Cuba et du Venezuela

IVRY-SUR-SEINE, Cinéma QUAI d’IVRY, Salle 5,

vendredi 14 novembre 2003, 14h-17h.

Nouvelles formes de luttes sociales en Amérique Latine.
Organisé par ATTAC Suisse, Globalise Resistance, Confédération Paysanne, FAL-CAL, Alternatives/CEDETIM
Orateurs : Onecimo HIDALGO (Mexique), Daniel CAMPIONE (Argentina), Esther VALDEZ de BRUKMAN (Argentine), Marcos COSTA LIMA (Brésil), Plinio DE ARRUDA SAMPAIO Jr. (Brésil), Marcela ESCRIBANO (Canada), Evo MORALES (Bolivia).
Modérateurs : Edgardo FUNES (CALPA)

Après l’application de politiques caractérisées comme néolibérales, la crise sociale frappe à nouveau de plein fouet divers pays de l’Amérique du Sud. Chômage et paupérisation ont progressé partout.

Des pays comme l’Argentine, le Venezuela ou l’Uruguay (qui connaît la plus grave crise économique de son histoire, avec un système bancaire en faillite en juillet 2002) se sont appauvris en termes absolus. La crise du modèle néolibéral a débouché sur des explosions sociales et des réorientations politiques.

Une question se pose : dans quelle mesure les gouvernements (Brésil, Equateur) qui avaient pour objectif une alternative au modèle néolibéral peuvent-ils conduire à bien leur expérience ?

IVRY-SUR-SEINE, Cinéma QUAI d’IVRY, Salle 3,

vendredi 14 novembre 2003, 18h-21h.

Tentatives de ruptures et d’alternatives dans les politiques d’Etat.
Le cas du Brésil, Venezuela et Cuba.
Organisé par OXFAM Solidarité Belgique, FAL-CAL, Netzwerk Cuba, Asociación de intelectuales Antiimperialistas, Marxismo Vivo.
Orateurs : Judith VALENCIA (Venezuela), Eloi PEITA (Brésil), Candido GRIBOWSKI (Brésil), Lazaro MORA (Cuba), Xavier DECLERCQ (Belgique), H. DIETRIECH STEFFAN (Allemagne), Denise MENDEZ (France), Michaël LOWY (France).
Modérateur : Philippe RODRIGUEZ (FAL).

Ce séminaire vise à porter au débat les contradictions et les limites que rencontrent des politiques d’Etat lorsqu’elles n’entrent pas dans le paradigme du néolibéralisme.

On puisera dans des exemples concrets comme la réforme agraire ou la politiques énergétique au Venezuela pour mettre en évidence les niveaux d’incompatibilité avec les fondamentaux de l’ajustement structurel néo-libéral tels que : la primauté et l’intangibilité du droit de propriété privée, la priorité du droit des investisseurs sur l’ensemble des droits sociaux et environnementaux, l’exigence d’ouverture au marché de l’ensemble des biens et des services.

On s’interrogera sur la marge d’autonomie laissée aux Etats périphériques qui font des choix politiques visant à réaliser une démocratie réelle. On prolongera cette interrogation dans le champ des relations internationales. On pourra ainsi analyser en particulier la politique de l’Union européenne à l’égard de Cuba. Cette analyse indique que l’Union européenne aligne sa politique extérieure sur celle des Etats Unis.

Les informations apportées par le conférencier cubain permettront d’en dégager la portée et la gravité.

IVRY-SUR-SEINE, Cinéma QUAI d’IVRY, Salle 6,

samedi 15 novembre 2003, 9h-12h.

Une autre Colombie est possible
Organisé par OSPAAAL, FAL-CAL, War and Want, Alliance de personnes ascendance africaine, Colombia Solidarity Campaign

Orateurs : Carlos LOZANO (Colombie), Nieves MARCOS (Colombie), Alberto PINZON (Colombie), Wilson BORJA (Colombie), Hernan DARIO VERGARA (Colombie), Francisco RAMIREZ (Colombie), Rosa Amalia PLUMELLE (Colombie).

IVRY-SUR-SEINE, Cinéma QUAI d’IVRY, Salle 5,

Antécedents historiques de la situation. Exposition de la situation actuelle en Colombie, à partir de la présentation des cahque orateur.

Comment ont-ils été affectés par ce conflit ? Les changements du pays suite à la rupture des négociations de paix. La crise humanitaire.

Les conséquences de l’application des programmes néolibéraux et néocolonisation de toute la région (ZLEA, Plan Colombie, Initiative Régionale Andine). La crise économique.

La situation des paysans (crise du café, fumigations et cultures illicites).

Le déplacement de la population paysanne. Violence urbaine.

Persécution et extermination des dirigeants sociaux. Militarisation et ingérence étrangère

Que veulent les guérillas ?

La situation dans les prisons.

Pourquoi un référendum ?

samedi 15 novembre 2003, 9h-12h

La dette historique européenne à l’égard d’Haïti
Organisé par Collectif Haïti de France, Haïti Support Group, France Amérique Latine - CAL, Alliance de personnes ascendance africaine, CADTM France AHDEL APAM AMD-Haïti.
Orateurs : Camille CHALMERS, Jean-Marc NUMA, Claude QUEMAR, Gérald MATHURIN.

Le 1er janvier 2004 marquera le 200e anniversaire de l’indépendance d’Haïti. Une indépendance chèrement acquise. Au prix d’une révolution contre l’esclavage puis d’une lutte victorieuse contre plusieurs dizaines de milliers de soldats européens envoyés par Bonaparte pour restaurer l’esclavage.

Depuis l’arrivée de Christophe Colomb, l’histoire d’Haïti avait été celle de l’extermination des Indiens, de la traite négrière, de l’esclavage, des guerres opposant sur son sol l’Espagne, la France et l’Angleterre. Mais comme si cela n’avait pas suffi, la jeune république du verser une indemnité colossale à la France. Son paiement entraîna Haïti dans le cycle de l’endettement sans fin. Elle fut l’occasion de nouveaux pillages, au profit des puissances européennes puis des Etats-Unis.

Aujourd’hui, plusieurs pays et institutions financières internationales, auxquelles l’Europe participe, réclament d’Haïti le paiement d’une dette extérieure, dont l’essentiel a été contracté et dilapidé par les Duvalier. N’est-ce pas plutôt l’Europe qui a une dette immense envers Haïti ? Récemment, la question des réparations et celle de la « restitution », sous une forme ou une autre, de la dette de l’indépendance ont fait l’objet de débats.

Le gouvernement haïtien réclame son remboursement. Mais, en Haïti, nombreux sont ceux qui estiment qu’il n’a pas de légitimité pour porter cette demande. Certains s’interrogent aussi sur l’opportunité de telles revendications dans les circonstances actuelles.

IVRY-SUR-SEINE, Cinéma QUAI d’IVRY, Salle 5,

vendredi 14 novembre 2003, 9h-12h.

Nouvelle militarisation en Amérique Latine (Rôle de l’Europe dans la vente d’armes, coopération militaire européenne, adoption de la notion de guerre préventive…)
Organisé par ATTAC, CALPA, CCFD, Cercle Bolivarien de Paris, Collectif Guatemala, Collectif TIO Francia, Espace Marx, France Amérique Latine, France Cuba, RMALC- France

Orateurs : Alain JOXE (France), Janette HABEL (France), Jaime BALLESTEROS (Espagne), Carlos LOZANO, Coronel José Angel GARCIA (Argentine), Orlando BLANCO (Guatemala).
Modérateur : Braulio MORO ( RMALC-France).

La militarisation de l’Amérique latine a pris des nouvelles formes ces dernières années. Il ne s’agit plus des dictatures militaires des années 70-80, ni de proclamer la lutte contre l’ennemi "communiste" pour justifier la répression.

Sous couvert de la lutte contre le narco-terrrorisme, les États-Unis en particulier sont en train de mettre en place un nouveau processus de militarisation du continent latino-américain duquel il est possible de distinguer certains facteurs :

 La criminalisation des mouvements sociaux de résistance ;

 Plus grande présence militaire en AL à travers les bases militaires ;

 Priorité a la formation de groupes de répression paramilitaire

 Promotion d’une nouvelle doctrine de sécurité hémisphérique

PARIS LA VILLETTE, Le Trabendo,

vendredi 14 novembre 2003, 18h-21h

La lutte contre l’ impunité dans le contexte de la mondialisation : quel rôle pour l’Union Européenne ?
Organisé par FIDH, LDH, FIDH-AE, Center for Constitutional Rights, Colectivo de Abogados, Collectif Guatemala, FAL-CAL.
Orateurs : Maître Sidiki KABA (Sénégal), Raji SOURANI (Palestine), Irune AGUIRREZABAL (Espagne), Francisco SOBERON (Pérou), Antoine BERNARD (France), Maître Sophie THONON-WESFREID (France), Dobian ASSINGAR (Tchad), Franck LARUE (Guatemala), Hugo GUTIERREZ (Chili), Patrick BADOUIN (France), Alirio URIBE (Colombie), Olivier de SCHUTTER (Belgique).

 La lutte contre l’impunité au niveau international dans le contexte de la mondialisation : la Cour pénale internationale (CPI)

 La lutte contre l’impunité au niveau national dans le contexte de la mondialisation : le principe de la compétence universelle

 La responsabilité pénale des personnes morales dans le contexte de la mondialisation

Le COLLECTIF POUR L’AMERIQUE LATINE ET LA CARAÏBE
DU FSE 2003 (CAL) est composé de :

ACME

Association d’ex-prisonniers politiques chiliens en

France

Association Pérou

ATTAC

BARICHARA

CALPA

CCFD

CEDAL

Cercle Bolivarien de Paris

Collectif Guatemala

Collectif Haïti de France

Collectif Tío Francia

Confédération Paysanne

CRID

CSIA

Espace Marx

Espace Marx - Association de soutien aux communautés autonomes du Mexique

Fédération Artisans du Monde

FIDH

France Amérique Latine

France Cuba

IHEAL

Mama Coca

Réseau Haïti 2004

RMALC - France

Uruguay Solidarité

Asociación de intelectuales antiimperialistas (es)
ATTAC Suisse

Colombia Solidarity Campaign (uk)

Grupo Sur - Terre des Hommes

Marxismo Vivo (es)

Netzwerk Cuba (all)

OSPAAAL (es)

OXFAM Solidarité Belgique