Accueil > Actualités > CALPA présente le 11 décembre 2004 Au profit des enfants des cantines (...)

CALPA présente le 11 décembre 2004 Au profit des enfants des cantines populaires d’Argentine le Récital de piano de Ricardo Zugaro

vendredi 5 décembre 2003

BRAHMS

Intermezzo op. 116 N° 5 en Mi M.

Rhapsodie op. 79 N° 2 en sol m.

25 Variations et Fugue sur un thème de Haendel

LISZT

6 Consolations

Six pensées poétiques

Chœur des pèlerins de l’opéra Tannhäuser de Wagner
(Transcription pour piano de F. Liszt)

2 Etudes d’exécution transcendantale

Harmonies du soir

La chasse sauvage

BRAHMS

Intermezzo op. 116 N° 5 : Les Intermezzi de l’op. 116 à 119 constituent le testament pianistique de Brahms. Celui-ci est une sorte de choral avec une partie centrale très chantée, empreint de sérénité crépusculaire et d’intime lyrisme. Œuvre de sa maturité.

Rhapsodie op. 79 N° 2 : Donnée en lère audition par Brahms lui-même en 1880, elle étonne par sa variété thématique, son dynamisme puissant et sa filiation avec les ballades nordiques. C’est l’une des plus célèbres pièces de Brahms.

25 Variations et Fugue : Summum de cette forme musicale, admirées par Wagner, elles constituent l’équilibre parfait entre le classicisme de la forme et l’inspiration et la liberté du contenu musical. C’est Brahms lui-même qui les joua pour la première fois à Hambourg en 1861. Ce fut ensuite Clara Schumann, grande amie de Brahms, qui les avait interprétées et fait connaître malgré « les difficultés insurmontables que présentaient ces Variations » selon ses propres mots. Les 25 Variations surprennent par leur étonnante diversité malgré le thème unique de base. La Fugue, elle, est un véritable monument à quatre voix.

LISZT

6 Consolations (cycle complet) : Composées en 1850 (Liszt avait 39 ans) elles ont été inspirées par des poèmes de Sainte-Beuve, dédiés à Victor Hugo. Peu jouées -à part la 3e , qui évoque un peu l’ambiance chopinienne- elles sont injustement méconnues. La difficulté est avant tout de caractère musical et expressif plutôt que de virtuosité (sauf la dernière), car ces Consolations baignent dans une atmosphère intime et mélancolique.

Chœur des pèlerins de l’opéra Tannhäuser de Wagner : Dans sa remarquable générosité -unique chez les compositeurs, en tout cas à ce point- Liszt avait cessé de jouer et diriger sa propre musique pour se consacrer à celle des autres. Il transcrit donc pour le piano des pièces de Beethoven (les symphonies), Schubert, Berlioz, Paganini, Bellini, Verdi, Saint-Saëns, etc. pour les faire connaître car, à l’époque, il n’y avait aucun moyen de diffusion outre l’audition directe et l’édition musicale. A ce titre, Wagner a eu un traitement privilégié de la part de Liszt.
2 Etudes d’exécution transcendantale.

Harmonies du soir : Une des compositions les plus poétiques de Liszt. Elle s’ouvre par 4 notes évoquant le son des cloches vespérales qui lancent le thème aux harmonies douces et pures allant de l’évocation la plus contemplative aux exaltations les plus romantiques. La pièce se termine dans une ambiance où le piano imite la harpe dans toute sa douceur.

La chasse sauvage : Tout le contraire de la précédente, cette Etude est faite de violence et de fureur, aux accents saccadés -rythmes irréguliers, hachés- et à la conception orchestrale du tissu pianistique. L’épisode central -très lyrique lors de son apparition et passionné ensuite- permet une détente du discours mais, bientôt tout s’achèvera dans un cataclysme sonore. Liszt explore jusque dans ses moindres détails la virtuosité pianistique. Ce n’est pas en vain qu’il a appelé ces pièces « Etudes d’exécution transcendantale ».

Ricardo Zugaro

Commence ses études au Conservatoire National de Musique de Buenos Aires et obtient les Prix de Piano, Harmonie et Contrepoint.

Elève d’Yves Nat au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Invité par M. Rostropovitch à suivre des cours de perfectionnement dans la célèbre classe de Heinrich Neuhaus de 1962 à 1964 au Conservatoire National Tchaïkovski de Moscou.

Il donne des concerts à travers l’Europe, l’Amérique du Sud et l’ex-URSS.

Soliste à la Radio Télévision Française, Israël, Suisse, URSS (Moscou, Léningrad, Kiev, Riga), BBC, RAI.

En musique de chambre, il joue avec l’Octuor de Paris et l’ensemble Arte da Camera. Soliste de l’Orchestre JF Paillard.
Concert au profit du CFPE avec le Philarmonique de l’Oise, concerts à l’UNESCO, au Centre Culturel Franco-Américain, cycle de St Merri, etc.

Professeur Hors Classe, Titulaire de C.A. du Ministère de la Culture.

Responsable du Cours de Perfectionnement de Piano et Musique de Chambre depuis 1997 à Beauvais (Oise).