Accueil > Actualités > COMMUNIQUE DE CALPA POUR LA VISITE OFFICIELLE DE CRISTINA KIRCHNER A (...)

COMMUNIQUE DE CALPA POUR LA VISITE OFFICIELLE DE CRISTINA KIRCHNER A PARIS

lundi 7 avril 2008, par CALPA

La Présidente Cristina Kirchner est à Paris en visite officielle. Une de ses activités prévues est l’inauguration des Jardins des Mères et Grand Mères de la Place de Mai. CALPA a été invité à participer à cet événement. Notre Coordination rejette cette invitation et dénonce une manifestation qui cherche à présenter le Gouvernement argentin comme un défenseur des droits de l’Homme.

En réalité, Cristina Kirchner effectue ce voyage dans l’urgence pour détourner l’attention de la grave crise que traverse l’Argentine et pour approfondir ses relations avec le gouvernement de droite de Nicolas Sarkozy.

La France, comme pays impérialiste a maintenu de très bonnes relations avec tous les gouvernements argentins. Elle a été complice de la dictature militaire avec ses consultantes anti-guérillas et la vente de matériels militaires utilisés pour la répression, elle a soutenu Alfonsin et son régime et participé aux privatisations de Menem avec ses entreprises publiques et privées (EDF, France Telekom, Thalès, Suez et autres). Aujourd’hui, elle négocie la construction et le financement d’une ligne TGV à 7 Milliards d’Euros avec Alstom et Natixis, qui est un « éléphant blanc » dans un pays où le réseau ferroviaire a été détruit. Elle vient négocier le payement de la dette extérieure usurière au Club de Paris. L’obsession pour les affaires est telle que le gouvernement argentin vient de designer comme ambassadeur à Paris le PDG de Peugeot.. .Par ailleurs, Cristina Kirchner souhaite aussi s’afficher aux côtés de Nicolas Sarkozy dans les négociations pour la libération d’Ingrid Bétancourt. Mario Sandoval un ex-tortionnaire de la dictature Argentine est apparu comme émissaire du gouvernement français...

Alors que la présidente argentine veut apparaître à Paris comme ayant une politique de défense des droits de l’Homme, en Argentine, la manifestation du 24 mars organisée 32 ans après le coup d’Etat militaire par les organismes de défense des droits de l’homme et des collectifs de lutte sur la Place de Mai a au contraire dénoncé la politique des gouvernements de Nestor et Cristina Kirchner et a exigé :

- la réapparition en vie de Julio Lopez qui a disparu depuis 18 mois

- l’annulation de toutes les amnisties accordées aux génocidaires de la dictature. Jugements, châtiments et emprisonnements perpétuels pur tous

- La libération de tous les prisonniers politiques, l’amnistie pour tous les militants populaires emprisonnés ou en procès et l’arrêt des politiques répressives avec des tirs par balles et la manipulation de groupes para policiers

Ici, en France, CALPA dénonce également les manifestations officielles de l’Etat français, de ses institutions et de ses partis de gouvernement qui visent à le présenter comme défenseur des droits de l’Homme.

Pour toutes ces raisons, CALPA ne participe pas à la cérémonie de ce jour à Paris, dénonce la politique du gouvernement de Cristina Kirchner, les négociations menées avec le gouvernement de Nicolas Sarkozy et renouvelle son adhésion au document de Memoria Verdad y Justicia diffusé 32 ans après le coup d’Etat Militaire.

30.000 camardes détenus et disparus : PRESENTS

Paris, 7 Avril 2008

COMUNICADO DEL CALPA ANTE LA VISITA OFICIAL DE CRISTINA KIRCHNER A PARIS
La presidente Cristina Kirchner visita Paris y una de sus
actividades es la inaguracion de los Jardines de las Madres y las
Abuelas de Plaza de Mayo. El CALPA ha sido invitado a participar en
este evento. Nuestro Comite rechaza esta invitacion y denuncia la
visita de la Presidente a Francia y en particular el intento de
presentarla como un gobierno defensora de los derechos humanos.

En realidad, Cristina Kirchner viene a Paris en un viaje de
urgencia para tratar de disfrazar un poco la situacion de crisis
politica que esta vivendo la Argentina y para profundizar sus
relaciones con el gobierno de derecha Sarkozy. Francia, como pais
imperialista, ha mantenido muy buenas relaciones con todos los
gobiernos argentinos. Fue complicede la dictadura militar, con sus
asesoria anti-guerrilla y la venta de materiales militares utilizados
por la represion, apoyo a Alfonsin y su regimen, participo en
las privatizaciones de Menem con sus empresas publicas y privadas
(EDF, France Telecom, Thales, Suez y otras.) Ahora, negocia la
construccion y el financiamiento del tren bala, de 7.000 millones
de $ con Alstom y Natixis, que es un negociado en un pais con el
ssistema ferroviario destruido. Viene a negociar el pago de la deuda
externa usuraria con el Club de Paris. La obsesion por los negocios es
tal que el gobierno arrgentino acaba de nombrar al gerente del
Peugeot Argentina como embajador en Paris.. Ademas, la presidente
deArgentina tratara de mostrarse junto a Sarkozy en las
negociaciones por la liberacion de Betancourt. Mario Sandoval, un ex-
torturadorde la dictadura argentina, aparece como emisario del
gobierno argentino..

La Presidente de la Argentina gusta de adornar sus estadias en
Paris con actos sobre los derechos humanos. En Argentina, la
movilizacion del 24 de marzo en Plaza de Mayo de los organismos de
derechos humanos y de las agrupaciones combativas, denuncio en cambio
la politica de los gobiernos de Nestor y Cristina Kirchner :

- por su « responsabilidad politica para conseguir la aparicion con
vida de Julio Lopez »

- por no haber tomado las medidas politicas necesarias para garatizar
el castigo a todos los culpables :

- por anticipar un nuevo punto final.

Esta es la politica real del gobierno en materia de derechos
humanos al tiempo que « El gobierno de los Kirchner profundiza su
politica antipopular y de saqueo y entrega ».

Por todas estas razones el CALPA denuncia la visita de Cristina
Kirchner a Paris.