Accueil > Actualités > Après neuf ans de lutte, Zanon, l’usine sous contrôle ouvrier a été légalisé (...)

Après neuf ans de lutte, Zanon, l’usine sous contrôle ouvrier a été légalisé par le Parlement de Neuquen. Expropriation des anciens propriétaires

vendredi 14 août 2009, par CALPA

A casi 9 años de lucha y producción poniendo la fábrica al servicio de la comunidad, siendo solidarios con diferentes luchas a lo largo y ancho del país, también a nivel internacional, con el apoyo de la comunidad y las organizaciones solidarias, hemos podido torcer la voluntad política del gobierno provincial.

No ha sido tarea fácil, si bien el gobernador Sapag, desde su asunción dijo que iba a solucionar el problema de las obreras / os de Zanon. A lo largo de este último año planteó diferentes variantes, la compra de la fábrica, la compra de los créditos privilegiados, a lo cual nos opusimos porque significaba desembolsar sumas millonarias de los fondos del pueblo para beneficiar a la familia Zanon y a estos acreedores, quienes fueron actores necesarios en el vaciamiento de la fábrica.
Logramos instalar que la Expropiación es el camino para solucionar el problema legal de Zanon bajo gestión obrera. Se negaron a discutir nuestro proyecto de ley de expropiación y estatización sin pago y bajo gestión obrera.
El poder ejecutivo junto a diferentes bloques de diputados elaboró un nuevo proyecto de expropiación por advenimiento, o sea acordado con los acreedores con privilegio dentro de la quiebra (SACMI, LA CORPORACIÓN FINANCIERA Y el IADEP) y lo elevaron a la legislatura provincial el cual ya tiene despacho favorable desde la comisión A de asuntos constitucionales.

El día martes 4 de agosto, una delegación de ceramistas nos hicimos presentes en la Comisión B de Presupuesto de la Legislatura donde se debatió sobre proyecto de ley de Expropiación de Zanon, a la misma se presentaron los integrantes las cámaras empresariales y el secretario general de la CGT (estos integran un Comité de Consenso) encabezados por Edgardo Phielipp, ex-funcionario de la Universidad del Comahue en la dictadura militar y actual vicepresidente de ACIPAN y por Sergio Rodríguez, secretario general de la CGT regional, quien en el año 2002 cuando dirigía el Sindicato de Comercio de Neuquén organizo junto a la burocracia de los Montes y barras bravas para apedrear y atacar la gestión obrera que se iniciaba. Estos sectores se hicieron presentes con un solo objetivo, entorpecer y tratar de frenar el tratamiento del proyecto de ley y desprestigiar nuestra lucha que lleva casi 9 años.

Comité de Consenso conformado desde el gobierno provincial junto a las cámaras de empresarios y la CGT, cuya única función es acallar los reclamos de los trabajadores instando a una “paz social” pero solicitando los métodos de represión si esto fuera necesario. Su objetivo final es defender los intereses de las patronales y que los trabajadores paguemos por crisis económica internacional que no hemos generado.

En medio de una inmensa alegría y emoción, cientos de trabajadores neuquinos, acompañados por delegaciones de todo el país y también del extranjero, festejaron en la tarde noche del 5 de agosto la expropiación de la ex fábrica de cerámicos Zanon, la más grande en su tipo de toda América Latina. Con el voto positivo de la mayoría parlamentaria, la Legislatura provincial de Neuquén cerró un larguísimo proceso que comenzó hace más de ocho años, cuando unos 271 obreros decidieron tomar la fábrica que pretendía cerrar el empresario italiano Luigi Zanon y la hicieron producir “bajo gestión obrera” con una nueva denominación : FASINPAT. Así nacía “Fábrica Sin Patrones”, una cooperativa que supo ser reconocida a nivel nacional e internacional y que ayer, con sus 470 obreros y obreras ceramistas de Neuquén, tomó posesión legal del emprendimiento más famoso de esta provincia en los últimos tiempos.

Con 26 votos a favor sobre los 35 de la cámara legislativa neuquina, se definió ayer la expropiación de Zanon. En la misma votación se resolvió el pago de 23 millones de pesos a los “acreedores privilegiados” de la quiebra de la firma, hecho que los obreros ceramistas rechazaron desde un principio ya que según afirman “la deuda es del viejo Zanon y ellos la tienen que pagar y no el Estado neuquino”. Con todo, el propio gobernador Jorge Sapag previno desde un principio que “la provincia cumplirá las deudas de la empresa”, aclarando que lo que ayer resolvió la Legislatura neuquina fue la expropiación “y no la estatización”, hecho que siguen reclamando enfáticamente los trabajadores del Sindicato de Obreros y Empleados Ceramistas de Neuquén.

En horas de la tarde del día 5 y desafiando un viento patagónico implacable que llegó a soplar a más de 60 kilómetros horarios, una gruesa columna de más de tres mil personas marchó desde el centro de la ciudad de Neuquén capital hasta la explanada de la lujosa Legislatura de Neuquén donde se desarrolló la sesión donde se decidió expropiar la fábrica Zanon. La marcha fue encabezada por un inmenso cartel que decía “Carlos Fuentealba Presente” detrás del cual estaban las históricas Madres de Plaza de Mayo neuquinas Inés Ragni y Lolín Rigoni, además de dirigentes del Hospital Garaham, de los subterráneos de Buenos Aires, de los docentes de Bahía Blanca, de los ferroviarios de Buenos Aires y de muchos otros sindicatos del país que se hicieron presentes en Neuquén para no faltar a la cita.

“Este es un capítulo muy importante en la lucha de los obreros de Zanon que lleva nueve años en la calle. Primero intentaron desalojarnos y luego rematar la fábrica pero la lucha de los trabajadores y de toda la comunidad hizo que hoy saliera esta expropiación en esta Legislatura” dijo a Rebelión Raúl Godoy, el líder histórico de los ceramistas neuquinos. El mismo dirigente se apuró en aclarar que “tomamos a esta expropiación como una solución parcial, aunque rescatamos que es muy importante porque es un paso que nos permite seguir por nuestra lucha de fondo que es la estatización definitiva de la fábrica. Nosotros queremos a Zanon definitivamente al servicio del pueblo y no vamos a parar hasta que esto se logre, aunque reconocemos que haberle sacado la propiedad a un capitalista como Luigi Zanon y que la fábrica quede en manos de los trabajadores es un paso gigante que se logró”.

Consultado si los propios trabajadores de Zanon hacen conciencia de lo que significan para el resto de la clase obrera, Godoy afirmó que “sentimos mucha responsabilidad encima y también mucho orgullo que muchos compañeros, a través nuestro, se puedan expresar. Pero también somos concientes que esto no termina acá y que tenemos que seguir trabajando porque mientras haya un trabajador con problemas, ahí vamos a estar los obreros de Zanon”.

“Esta expropiación es terminar de una buena vez con los intentos de desalojo y los problemas legales, pero ahora tenemos la batalla para poner la fábrica a full, sumando y multiplicando los puestos de trabajo. Y en esto no tenemos que olvidarnos que debe haber un plan de obras públicas para construir las miles de viviendas que se necesitan en Neuquén” continuó el actual secretario adjunto del Sindicato Ceramista de Neuquén.

Finalmente y a propósito que en la propia sesión parlamentaria donde se decidió la expropiación de Zanon, algunos de los diputados hablaron de exigirle a los obreros de Fasinpat que “garanticen la paz social” luego de esta medida legal impulsada por el propio gobierno provincial, Raúl Godoy no dudó en expresar que “nosotros pensamos que la paz social la quiebran los empresarios y los gobiernos cuando echan a cientos de obreros como perros a la calle”. “Ellos, los capitalistas, todo el tiempo nos declaran la guerra con los tarifazos, con las privatizaciones y con los despidos. Ante eso, lo que hacemos los trabajadores es defendernos y nosotros, como obreros de una fábrica que logramos que se expropiara, asumimos el compromiso de seguir defendiéndonos, en la calle, como tiene que ser” finalizó Godoy.

En este contexto, la obreras / os de Zanon estamos dando una de las batallas más duras, para logras los despachos de las comisiones A y B, condiciones fundamentales para que el proyecto de ley de expropiación de la fábrica se debata en la sesión especial del próximo miércoles 12 de agosto.
El martes 11 de agosto la Comisión de Presupuesto deberá emitir su despacho y el miércoles 12 de agosto, en horas de la tarde, los diputados debatirán y tendrán que votar sobre la expropiación de la fábrica para que continúe bajo gestión de los trabajadores y al servicio de la comunidad.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Cronología de una expropiación en la Patagonia

1979
Se inauguró Cerámica Zanon S.A. en el Parque Industrial de Neuquén, a 7,5 kilómetros de la capital provincial, favorecida por un régimen de promoción industrial.

1983
Se conforma el Sindicato de Obrero y Empleados Ceramista de Neuquén (SOECN) cuyo secretario general era un obrero de Cerámica Neuquén. Pocos años después Alberto Montes, de Zanon, le arrebatará la conducción.

1993
Se inaugura, con la presencia del entonces presidente Carlos Menem, la sección de porcellanatto con la que la fábrica Zanon alcanzará las abrumadoras dimensiones que hoy tiene. Entonces, gracias al crédito “blando” estatal, se convierte en la primera, más grande y moderna fábrica de porcellanatto de Latinoamérica.

1996
Octubre : primer paro total de las actividades en defensa del obrero despedido Silvio Centurión, quien luego fue reincorporado.

2000
La empresa presenta un recurso preventivo de crisis, que no prospera dada la imposibilidad de demostrar la crisis.

El obrero Daniel Ferrás, de 22 años, se descompensa dentro de la planta. La empresa no tiene las medidas de seguridad necesarias, y Daniel fallece durante el traslado al hospital. Sus compañeros salen por primera vez a las calles reclamando seguridad en la fábrica.

2001
El gobierno neuquino compra cerámicos a Zanon, para que el dinero sea destinado al pago de los sueldos atrasados. No es la primera vez que los salarios de los obreros se pagan con fondos públicos.

Comienzan las denuncias de un posible vaciamiento de la empresa. La empresa suspende al personal por falta de insumos. Dice que no puede pagar los salarios y apaga los hornos.

La jueza laboral Rivero de Tania falla contra la empresa y decreta el lock-out patronal (cierre ofensivo). Ordena el embargo del 40 % del stock para que se destine al pago de sueldos atrasados.

La empresa decide cerrar y envía telegramas de despido. Los obreros resisten y luchan instalados en carpas fuera de la fábrica.

2002
Marzo : los obreros encienden cuatro hornos y reactivan la fábrica.

Abril : sale la primera producción de cerámicos “bajo gestión obrera” de veinte mil metros cuadrados.

Agosto : se generan diez puestos de trabajo genuino.

2003
Febrero : se crean treinta nuevos puestos de trabajo genuino.

Abril : un nuevo intento de desalojo contra los obreros es frustrado por más de tres mil personas.

Junio : se presentó en la Legislatura provincial el proyecto de Ley Expropiación Bajo Control y Gestión Obrera acompañado por 50 mil firmas.

Noviembre : represión en inmediaciones del Ruca Che. En ese ataque Pedro “Pepe” Alveal recibió 64 impactos de bala de goma en todo su cuerpo, uno de los cuales le vació el ojo izquierdo. Alveal hoy es obrero de Zanon.

Se producen más de 120 mil metros cuadrados de cerámicos por mes.

2004
Febrero : se conforma la Cooperativa de Trabajo Fasinpat (Fábrica Sin Patrones).

Agosto : Día del niño en Zanón del que participan miles de niños con peloteros, refrigerios, juguetes y películas.

Setiembre : la gestión obrera construye el Centro de Salud Nueva España, un barrio de chacras cercano a la fábrica.

Noviembre : se instala una carpa de Zanon frente al Congreso Nacional en Buenos Aires con el apoyo de muchas personalidades. Presentan proyecto de Ley de Expropiación y Estatización sin pago.

Diciembre : gran festival en la fábrica con León Gieco, Raly Barrionuevo, Ciro Pertusi de Ataque 77 y el cantautor local César Cabezas.

2005
Febrero : amenazan de muerte a varios dirigentes ceramistas y sus familias.

Marzo : agreden físicamente a esposa de ceramista. El premio Nobel de la Paz Pérez Esquivel visita la región por ese motivo.

Junio : se presenta un metro cuadrado de poesía con poemas inéditos de Juan Gelman.

Agosto : el juez federal Rafael Barreiro determina la quiebra de Zanon.

Octubre : se autoriza a la Cooperativa Fasinpat a administrar la fábrica hasta octubre de 2006.

2006
Enero : los obreros son recibidos por la Convención Constituyente. Les prometen tratar el tema de la expropiación cuando se reanude el periodo legislativo, hecho que nunca se cumple.

Mayo : con 20 mil firmas y una masiva movilización desde Zanon, se presentó nuevamente en la legislatura provincial el proyecto Ley de Expropiación.

Setiembre : se construye en el oeste de Neuquén capital la casa de una familia en la toma “Rincón del Valle” cuyos padres habían fallecido en un accidente.

El grupo de rock Rata Blanca toca para 15 mil jóvenes en el playón de Zanon.

Octubre : la justicia federal prorroga de la administración de la fábrica por parte de la Cooperativa Fasinpat.

Noviembre : festival folklórico en la fábrica con la actuación de Raly Barrionuevo, Dúo Coplanacu, Presagio y numerosos artistas locales.

Diciembre : recital de Ataque 77 en Zanon.

2007
Abril : represión a los docentes en Arroyito, donde la policía fusila públicamente a Carlos Fuentealba. Una delegación ceramista acompañó la medida y las posteriores jornadas de protesta.

Setiembre : primera partida de cerámicos para exportación.

Octubre : se presentó en la fábrica un mural de “Guerreros y maestros” de la plástica neuquina Marta Such.

2008
Marzo : se presentó el documental “Corazón de fábrica” de los cineastas argentinos Virna Molina y Ernesto Ardito

Agosto : el Encuentro Nacional de Mujeres hace un acto en Zanon con la presencia de más de cinco mil mujeres de todo el país.

Octubre : vence plazo de administración de la fábrica por parte de la Cooperativa Fasinpat.

El grupo de rock La Renga tocó en la explanada de la fábrica frente a 15 mil jóvenes.

2009
Enero : los obreros de la ex Cerámica del Sur reabren esta nueva fábrica bajo gestión obrera, y conforman junto al Sindicato Ceramista de Neuquén la Cooperativa Conocer. Es la única fábrica ceramista de ladrillos huecos que existe en Neuquén capital.

Marzo : el Ejecutivo provincial presentó a la Legislatura un proyecto de expropiación con avenimiento.

Mayo : se presentó en la fábrica el libro “Zanon una experiencia de lucha” de Fernando Aiziczon.

Junio : se presentó libro de cuento infantil sobre Zanon : “La fábrica es del pueblo”.

Agosto : tras casi nueve años de gestión obrera, el proyecto de expropiación con avenimiento de los acreedores privilegiados presentado por el Poder Ejecutivo fue aprobado en la Legislatura provincial de Neuquén. El gobierno de Neuquén deberá ceder gratuitamente a la Cooperativa Fasinpat las instalaciones de la ex Cerámica Zanon.

Fuentes :
- www.obrerosdezanon.com.ar
y www.8300.com.ar

Repercusiones internacionales de lo que se decidió en Neuquén

Leonardo Boff y la expropiación de Zanon

“Es la anticipación de lo que puede llegar a ser la humanidad”

“Yo creo que la Cerámica Zanon es una forma de mostrar que son posibles los procesos productivos democráticos. Porque en la forma de producción que conocemos, la democracia se para en la puerta de la fábrica. No entra a la fábrica, donde reina la dictadura de los dueños” dijo a Rebelión el reconocido clérigo brasileño Leonardo Boff, cuando lo consultamos acerca del proceso de expropiación que hace casi una década se vive en Neuquén. “Aquí se ha mostrado que se pueden romper las puertas de la dictadura patronal y se puede gestionar y producir democrática y popularmente a través de los mismos obreros” siguió diciendo Boff, agregando que “yo me imagino que eso será, un poco, la anticipación de lo que puede ser la humanidad : integrada, con las diferencias culturales y donde la cooperación supera a la competencia”.

Invitado especialmente por la Pastoral de Migraciones perteneciente al Obispado de Neuquén, Leonardo Boff estuvo los últimos días del año pasado en Neuquén capital. Luego de visitar la fábrica Zanon, el ex obispo brasileño no dudó en expresar que “la cooperación que se demuestra en esta fábrica es importante incluso por razones de supervivencia, ya que eso significa la interdependencia de todos con todos como una lógica de la naturaleza. Y eso tiene que funcionar también en la sociedad humana”. “Los trabajadores de Zanon realizan esto que estoy diciendo y lo hacen de una manera muy inteligente, no solamente con un sentido productivista. La preocupación que exista una biblioteca en la misma fábrica, que haya apoyo para hechos culturales de los niños en las escuelas, la relación con otros grupos y el intercambio para crear redes de solidaridad, me demostraron que lo de Zanon es muy positivo” continuó entusiasmado Boff luego de su visita a la fábrica.

“Hablando ahí mismo con los obreros (de Zanon), me dí cuenta que no solo hacen productos sino que son trabajadores que tienen autoestima y alegría de colaborar junto con otros” dijo Boff a esta página web, enfatizando un deseo : “Yo espero que esto resulte y en Neuquén puedan expropiar esta fábrica para bien de la comunidad, bajo la gestión de los propios obreros”.

El pasado día 5, esto se concretó en Neuquén.

Interview de Luis Diaz réalisé par Bettina Ghio lors d’une visite à Paris en mai 2009, repris de la revue Contre temps

Au sein de l’usine, Luis travaille dans la maintenance où il s’occupe du contrôle de qualité des produits et de la surveillance. Travailler à Zanon c’est pour lui principalement un choix politique et le moyen de vivre en plus une utopie : travailler sans patron. Zanon existe depuis 1978. Elle a été récupérée par ses ouvriers en 2001. Luis Diaz y travaille depuis 8 ans.

Le mouvement d’occupation d’entreprises en Argentine, à la suite de la crise du 2001, a attiré l’attention du monde entier. Zanon en reste son modèle le plus fidèle, quelles ont été pourtant les étapes qui l’ont conduit à l’occupation par ses ouvriers ?

Travailler à Zanon[1], avant l’occupation, c’était comme travailler dans une grande entreprise pétrolière : les salaires étaient importants, mais les conditions de travail étaient déplorables. L’encadrement exerçait une forte pression sur les employés qui n’avaient pas le soutien du syndicat qui était à l’époque largement bureaucratique. Les conditions de travail se détérioraient avec le temps, même les soins médicaux étaient insuffisants pour les nombreux accidentés du travail. Dans ce contexte de travail et malgré une bureaucratie syndicale du côté du patronat, nous avons réussi à gagner, en 1998, un corps de délégués du personnel à caractère combatif en dehors de toute bureaucratie[2]. Cette nouvelle représentation syndicale a produit un important affrontement avec le patronat, car les revendications visaient à améliorer les conditions de travail, provoquant, avec ces réclamations, la mise à pied de certains employés.

Mais le moment décisif a eu lieu en 2000, quand le SOECN, présent dans 4 usines, appelle à des élections. Le patronat de Zanon, par peur que les délégués choisis en 1998 emportent l’ensemble du syndicat, menace de licenciement les employés qui iront voter. Néanmoins, 95% des travailleurs de Zanon se présentent au vote et nos délégués emportent le syndicat des quatre usines, devenant ainsi une direction essentiellement combative.

En 2001, avec l’excuse de la crise, 100 employés sont licenciés. Le patronat réussit un accord avec le gouvernement, le « préventif de crise », par lequel il met en avant « une chute du chiffre d’affaires » de l’entreprise. Les délégués syndicaux exigent alors de consulter les fiches de revenus, ce qui leur avait été nié, alors ils font une étude comptable de la production, en calculant la production faite par jour dans toutes les unités. Lors du procès, ils arrivent à démonter que loin de produire des pertes, la production apporte du profit malgré la crise. Le patron de Zanon est alors accusé d’avoir fait fuir les capitaux et condamné à un look-out fiscal. C’est la première fois dans l’histoire du pays qu’un patron est condamné pour ces faits ; cela reste pour le moins surprenant car c’est la justice bourgeoise qui nous donne raison d’une certaine façon !

A partir de là, nous nous installons devant la porte de l’usine, la population et des représentants des différents mouvements sociaux et des partis politiques se solidarisent avec notre lutte. Au terme de cinq mois, nous faisons une assemblée, qui a pour mot d’ordre : ou nous acceptons les misérables « plans travail » que distribue le gouvernement ou nous nous emparons de l’usine ! Alors, nous avons décidé d’y entrer, nous étions 80 travailleurs, nous avons allumé les fours et commencé à travailler.

Depuis le début la consigne a été « expropriation sans paye » et « étatisation sous contrôle ouvrier », y a-t-il eu des avancées dans cette lutte ?

Les premiers temps, nous avons travaillé avec le soutien de l’organisation des Mères de la Place de Mai qui nous permettaient de commercialiser notre production avec leur numéro de CUIT[3] . Nos avocats nous proposent alors de créer une coopérative pour obtenir la légalité, car même si nous avions le numéro de CUIT des Mères, la gestion ouvrière restait illégale. Le problème de cette coopérative repose sur le fait qu’elle est transitoire car elle ne dure qu’un an. L’année finie, il faut ressortir lutter dans la rue, ce qui signifie en plus arrêter la production. Le mois d’août dernier, on nous prévient que les trois ans que nous avons obtenus pour la coopérative seront réduits à deux, alors les temps politiques s’accélèrent pour nous.

Nous avons recommencé la campagne pour l’expropriation et depuis le 20 octobre le gouvernement nous accorde le maintien de la coopérative. Nous sommes considérés pourtant comme une coopérative transitoire sans ordre légal juridique. Voilà où réside la différence fondamentale avec l’expropriation, parce qu’avec l’usine expropriée, les problèmes de légalité transitoire finiraient et nous aurions l’assurance juridique à vie. Nous avons besoin de cette assurance, car, en plus, dans notre cas, comme nous sommes principalement des combattants en termes politiques, nous risquons l’expulsion de l’usine, vu qu’aux yeux du gouvernement et du patronat nous sommes des usurpateurs.

Le processus d’expropriation[4] est alors ouvert depuis septembre de l’année dernière, à la suite du changement de gouvernement dans la province de Neuquén, qui a adopté la tactique du dialogue envers les mouvements sociaux, suite au mécontentement social généralisé. Comme la crise s’est ressentie très fort au sein l’usine, cela nous oblige à mettre pression sur le dialogue. Le gouvernement propose alors d’acheter l’usine « pour les travailleurs » ; un montant représentant 250 millions de pesos. Nous trouvons cela absurde, vu que Neuquén reste une province marginale où l’état des hôpitaux et des établissements scolaires est lamentable, entre autres. Le gouvernement fait par la suite une nouvelle proposition : expropriation avec l’accord des principaux créanciers, la Banque Mondiale et le DADEP, un institut de développement de la Patagonie, qui permettait à l’ancien gouvernement de la province de prêter de l’argent à Zanon. Ce nouveau chiffre représente 32 millions de pesos, estimant le terrain, qui a été donné par le gouvernement de la dictature à Zanon, beaucoup plus cher que les machines.

Le débat a été accéléré à cause de la crise. Nous luttons actuellement pour obtenir la subvention de 150 dollars que le gouvernement attribue aux entreprises, pour chaque travailleur, afin d’éviter les licenciements en période de crise ; en même temps que nous réclamons la subvention du 80% du coût du gaz et de l’électricité, qu’ont les autres entreprises et que Zanon a toujours eu.

Nous demandons « l’expropriation sans paye » parce que l’usine est déjà payée avec l’argent reçu par le gouvernement à travers les créanciers.

Mais l’expropriation ne suffirait pas non plus, il faut aller ensuite vers l’étatisation parce qu’avec l’expropriation on a de l’assurance juridique mais des dettes financières. « Etatisation sous contrôle ouvrier », cela veut dire, nationaliser l’usine sans donner son contrôle au gouvernement. Nous avons besoin, en outre, de l’étatisation pour que l’Etat commercialise nos produits et pour mettre de cette façon l’usine au service de la communauté, afin que l’Etat construise des logements dont la population a besoin. Nous réclamons donc un plan d’œuvres publiques car, en Neuquén, il manque 60.000 logements pour lesquels nous allons fournir le carrelage. En même temps, nous exigerions de l’Etat qu’il garantisse nos salaires, car aujourd’hui avec la crise, la production et les ventes de l’usine ont considérablement chuté.

Comment la gestion ouvrière organise-t-elle le travail au sein de Zanon ?

Zanon compte avec 460 employés qui travaillent dans les 20 secteurs de l’usine. Depuis le début, toutes les décisions sont prises par des assemblées ; chaque secteur choisit un coordinateur qui peut être révoqué n’importe quand par le même secteur. Les coordinateurs se réunissent une fois par semaine pour prendre les décisions les moins importantes, c’est lors des assemblées qui se discutent les points les plus transcendants. Tous les 30 jours, nous arrêtons la production pour consacrer une journée à la discussion sur le code du « travailler ensemble », c’est à dire sur des normes de comportement pour le fonctionnement interne de l’usine. Ces derniers jours, les assemblées sont devenues une affaire de tous les jours, vu l’urgence de la lutte.

Par rapport aux salaires, nous touchons tous le même, sans tenir compte ni des tâches ni des spécialisations : le mécanicien de four reçoit la même paye que celui qui tond la pelouse, par exemple. Ceux qui touchent un salaire un peu plus élevé sont ceux qui ont de l’ancienneté. Cette décision a été prise, bien sûr, à la suite de nombreuses discussions. Comme l’usine est une coopérative, nous en sommes les propriétaires, nous ne touchons pas un salaire au sens traditionnel du terme, nous touchons une « anticipation sur l’excédent » durant l’année. Quand on fait le bilan annuel, selon les gains, on décide si l’excédent sera destiné à l’achat du matériel ou à l’augmentation de la paye des ouvriers.

Par rapport aux postes de travail, nous utilisons le « système de rotation » : celui qui tond la pelouse n’est pas directement concerné par la production comme le mécanicien de four, mais par la rotation, le mécanicien se retrouve des fois à tondre la pelouse. C’est une façon d’équilibrer les salaires. Les rotations se décident toujours démocratiquement, selon les vœux et les besoins des collègues. Ce fonctionnement a été fondamental, spécialement parce qu’il y a des secteurs qui ont une tendance naturelle à la bureaucratisation : comme l’administration ou le secteur commercial ou comptable. La rotation permet, en plus, l’apprentissage de différents postes, c’est un moyen de les rendre tous accessibles à tous, car la plupart de travailleurs, nous n’avions pas de formation comptable ou commerciale, personne n’était compétent pour la vente ou pour les démarches administratives. Une anecdote : il y a quelques jours, l’un de nos collègues nous a fait un topo sur le fonctionnement des finances à l’intérieur de l’usine, cela nous a fait réfléchir sur la satisfaction que produit le fait de voir un ouvrier maîtrisant le langage de l’économie ou de la finance, monopolisé auparavant par les patrons. C’est dans ces exemples-là que l’on voit que la gestion ouvrière donne l’opportunité de se développer en tant qu’êtres humains. En outre, nous ne sommes plus contraints à rester face à la même machine tout au long de nos vies -comme c’est le cas dans le système patronal- on n’arrive pas aux limites du stress et de la déprime, produits par le travail aliéné. Nous comptons, par ailleurs, un cabinet psychopédagogique- nous avons amélioré au maximum le service d’infirmerie- et quand un collègue souffre une dépendance à la drogue ou à l’alcool, l’usine lui offre de l’assistance et un traitement médical, tout en continuant à lui payer son salaire.

Quelle est votre relation avec les autres usines récupérées de l’Argentine ?

En 2001, il y a eu une grande vague d’occupation d’usines par leurs travailleurs, 280 à peu près, mais elles ont toutes eu des destinées différentes. Nous avons fait auprès d’elles une tâche particulièrement politique, afin de parvenir à une coordination, vu l’isolement de la plupart dans leurs luttes. La coordination est très difficile, à cause de la distance géographique qui existe en Argentine, pourtant nous avons réussi une communication proche avec une trentaine de ces usines. Chaque fois qu’une usine entre en lutte, nous sommes présents pour l’aider et la soutenir en apportant notre expérience, mais dans la pratique, c’est très difficile, parce qu’une fois que nous les quittons, les camarades de ces usines restent complètement seuls.

La plupart de conflits qui ont eu lieu ont été perdus, comme la plupart sont des luttes isolées, le gouvernement acquiert de la puissance devant elles et la répression policière est très forte. D’ailleurs, il y a une faible conscience de « classe ouvrière », une grande partie de travailleurs ne considèrent pas ces conflits comme une lutte, mais comme la simple possibilité d’accéder au travail. Le travailleur est malheureusement soumis au désir de consommation, car le néolibéralisme offre aujourd’hui la possibilité de consommer et cela reste une priorité pour un grand nombre d’entre eux.

Ces derniers mois, il y a eu une nouvelle vague d’occupations d’usines liée à la crise actuelle, car les licenciements se généralisent et cela amène les ouvriers à poser le problème de la récupération de leur entreprise. Le souvenir de 2001 et du mot d’ordre « qu’ils s’en aillent tous » est toujours vivant, et nous sommes aujourd’hui dans une situation parallèle : un taux d’inflation de 20% sans augmentation des salaires. Pourtant, en ce moment la répression va être difficile de la part du gouvernement car on approche des élections législatives. Lors de ces occupations beaucoup d’ouvriers disaient « faisons comme à Zanon ! », il y a maintenant une revalorisation de notre lutte qui s’est vue légitimée par la crise financière internationale.

Quelle est la relation de Zanon avec les partis de gauche et l’ensemble de mouvements sociaux ?

Elle est très bonne depuis le début car ils nous ont toujours soutenus et à chaque fois qu’il y a des conflits sociaux nous y sommes présents ; nous arrêtons des fois la production et sortons dans la rue soutenir les mouvements. Nous avons une bonne réputation face aux partis de gauche, aux syndicats et aux travailleurs en général, principalement face à ceux de la santé publique et de l’éducation nationale. Par exemple, dernièrement à la province de Rio Negro[5], il y a eu un conflit énorme qui a duré presque 40 jours, avec des blocages de route dans la moitié de la province et nous y étions présents tous les jours par nos représentants.

A l’intérieur de l’usine, il y a différentes tendances de la gauche, mais aussi des collègues indépendants et du centre-gauche ; c’est à dire que nous ne persécutons ni n’écartons personne à cause de son orientation politique. Les assemblées sont complètement démocratiques et les idées de chacun sont soumises aux votes de tous.

Quelle est le comportement de l’actuel gouvernement envers les usines récupérées et comment se positionne Zanon face à la politique des Kirchner ?

Nous avons été rejetés par tous les gouvernements. Le gouvernement actuel a décidé de coopter une série d’entreprises récupérées, il donne par exemple des subventions pour les entreprises en crise, une façon astucieuse d’arriver à les acheter. Il a aussi mis en place un organisme qui chapote les coopératives en leur interdisant de faire de la politique. Dans l’un des articles de cette mesure, l’interdiction de faire de la politique est justifiée par un extrait de l’écrivain Garcia Marquez, qui dit qu’ « elle provoque un chaos urbain »

La position que nous avons eu face au conflit entre le gouvernement et les entreprises de l’agroalimentaire de l’année dernière a varié selon les tendances politiques à l’intérieur de l’usine. Le MST a soutenu les petits-producteurs et par-là le blocage mené par l’agroalimentaire, le PTS, par exemple, a pris une position neutre, c’est à dire une troisième ligne pour soutenir les paysans, mais pas le secteur agroalimentaire.

« Des ouvriers mais aussi des lutteurs », tu penses que c’est la façon la plus juste de qualifier un ouvrier de Zanon ?

Nous avons survécu grâce au rapport de force, nous ne sommes pas restés isolés comme beaucoup de mouvements d’occupation d’usines. Ce que nous avons fait c’est d’ouvrir l’éventail, nous nous sommes déplacés dans différents points du pays pour accompagner les luttes et nous avons insisté sur le fait que nous ne cherchons pas à nous approprier l’usine, qu’elle ne nous appartient pas, mais à la communauté. Dans cette perspective, nous donnons à peu près 1500m2 de carrelage mensuels pour les nécessités de la communauté, nous recevons grand nombre de courriers de la part de la population pour nous soumettre des demandes. Par exemple, nous avons construit une maison pour une famille dont les parents sont morts laissant huit enfants orphelins et à laquelle le gouvernement avait refusé son aide. Nous avons construit aussi une salle médicale pour une école maternelle, mais comme c’était nous qui l’avions fait le gouvernement n’a pas voulu leur envoyer du personnel médical. Nous avons aussi réparé des maisons brûlées, tous ces exemples montrent que le côté social a toujours été notre priorité. Cela a éveillé une grande sympathie envers nous de la part de la population, on nous demande même des fois des autographes quand on nous croise dans la rue avec nos maillots de céramistes, même à Buenos Aires. Je me rappelle une fois qu’une journaliste m’a arrêté en pleine rue pour m’embrasser et a commencé à pleurer tout en me disant : « Je ne peux pas le croire, un ouvrier de Zanon ! ». Voilà en quoi la gestion ouvrière dépasse le simple travail et devient un instrument social.

L’usine Zanon représente-t-elle la réalisation d’une utopie ?

Lors de nos déplacements nous incitons des collègues qui n’ont jamais fait face au public à exposer l’expérience de Zanon, car au sein de l’usine même, il y en a beaucoup qui ne réalisent pas le rêve que nous sommes en train de vivre, parce que ce ne sont pas tous des révolutionnaires. Il y en a beaucoup qui pensent que la lutte est une perte de temps, cette discussion est toujours présente, c’est pour cela que nous essayons d’amplifier l’éventail et de donner la possibilité à tous les collègues de prendre conscience de l’ampleur politique qui accompagne l’expérience de Zanon. Nous sommes surpris que notre lutte soit connue aussi ici en Europe, nous essayons de faire en sorte que tous nos collègues aient conscience de la dimension que notre lutte a atteinte. Moi, personnellement, j’en avais déjà la conscience de par mon parcours politique et militant et quand j’ai commencé à accompagner la lutte de Zanon et après à y travailler, c’était pour moi une façon de vivre l’utopie, mais beaucoup de collègues n’ont pas cette conscience, plusieurs se sont retrouvés à occuper l’usine sans aucune trajectoire politique ou militante, leur but était principalement de défendre leur poste de travail. Il y en a certains qui ont évolué dans la conscience des luttes et d’autres qui ont malheureusement reculé, mais des fois c’est normal ce recul, car une gestion ouvrière ne suffit pas à elle toute seule pour contenir un changement révolutionnaire, qui peut prendre plusieurs générations, car il faut que cela rentre dans la conscience des gens.

Nous sommes en train de revivre des expériences qui ont eu lieu, sans grand succès, durant la Révolution Russe, en 1936 en Catalogne, en 1948 en France ou pendant la Commune de 1870. Dans ce sens Zanon, FaSinPat, a l’envergure historique pour survivre dans le temps et devenir un modèle pour d’autres occupations. Le fait que je sois ici, en Europe, démontre que parmi les entreprises autogérées Zanon a ce record politique plus que productif, spécialement car beaucoup d’usines occupées n’ont pas pu survivre parce que le système retrouve toujours une ruse légale pour les écraser. Malheureusement, on ne peut pas échapper aux règles du marché du système néo-libéral, car si nous ne réussissons pas à vendre au gouvernement les 100.000 mètres de carrelage par mois, nous ne pouvons pas survivre.

Les séquestrations des patrons qui ont eu lieu en France les derniers mois, sont pour vous un premier pas vers une expérience comme celle de Zanon ?

Nous en avons reçu l’information et dans le cas de la tendance politique à laquelle j’appartiens (le PTS) nous sommes d’accord, car cela représente pour nous une façon de radicaliser les méthodes de luttes. Ces évènements sont très importants, car depuis un bon moment la classe ouvrière était endormie en France, en 1995 elle avait essayé de se réveiller par la grande grève ou en 2005 par les émeutes de banlieue, mais aujourd’hui le fait de savoir qu’il y a des occupations d’usines où les patrons sont séquestrés, cela nous le trouvons fondamentale. Ce qui est important, c’est d’occuper l’usine et à partir de là de produire, au-delà de la séquestration des patrons qui finalement n’est qu’anecdotique. Je pense qu’au fur et à mesure que la crise financière deviendra plus aiguë les occupations d’usines se multiplieront et les luttes seront encore plus radicales. Car, il s’agit d’un problème de classe, c’est la classe financière, capitaliste, qui produit le chaos, ce ne sont pas les travailleurs, d’où la consigne que c’est à elle de payer cette crise et non pas à nous. Ici, en France, c’est scandaleux qu’avec de l’argent public on porte secours aux grands financiers. Je crois aux luttes qui arrivent, car, en même temps que la crise s’accentue, les mouvements sociaux vont devenir plus forts.

Propos recueillis par Bettina Ghio

[1] Zanon est une usine de production de carrelages qui se trouve dans la province de Neuquén, dans le sud du pays, à 1200 km de la ville de Buenos Aires. En 2004, ses ouvriers changent son nom par FaSinPat (Fabrica sin patrones- Usine sans patrons), l’usine reste pourtant connue sous le nom de Zanon.

[2] Le syndicat à l’intérieur de Zanon, dépendant de la CGT, est le SOECN (Syndicat d’Ouvriers Employés Céramistes de Neuquén) qui est au même temps une filière de la FOCRA (Fédération d’Ouvriers Céramistes de la République Argentine) qui compte avec 21 sections dont SOECN.

[3] Numéro légal qui permet, en Argentine, de mettre un produit sur le marché et de le commercialiser.

[4] Le 21 mai dernier, après huit ans de lutte, le projet de l’Expropriation de l’usine a été présenté formellement par le gouvernement de la province de Neuquén à la Législature provinciale.

[5] Province voisine de celle de Neuquen.