Accueil > Actualités > Mercredi 19 Mai : La gendarmerie a reprimé sauvagement les chômeurs de (...)

Mercredi 19 Mai : La gendarmerie a reprimé sauvagement les chômeurs de General Mosconi au Nord de la Province de Salta,

mardi 25 mai 2010, par CALPA

Traduit de Agencia Walsh - Thursday, May. 20, 2010 at 3:49 AM

Les chômeurs qui faisaient un piquet sur la route 34 au niveau de la porte de « La Contreras »- entreprise sous traitante des multinationales pétrolières – exigeaient qu’ils respectent leur promesse d’embauche de 300 travailleurs et qu’ils réincorporent les 20 travailleurs licenciés. Ils ont été sauvagement réprimé par l’infanterie et la gendarmerie envoyées par le Gouverneur de la Province.
Après que le piquet ait été délogé à coup de gaz lacrymogènes et de tirs, les travailleurs ont du se réfugier dans le quartier 17 Aout de General Mosconi. La gendarmerie a encerclé le quartier et l’a occupé militairement, en réprimant maison par maison et en blessant par balles de caoutchouc plusieurs jeunes. Elle s’est ensuite retirée du quartier pour aller contrôler la route.

Cette attaque contre les travailleurs n’est pas la première. Depuis deux semaines, les compagnons « Tyson » Fernandez et david Flores, tous deux membres de la UTD General Mosconi ont été emprisonnés pour avoir réclamé un travail digne à l’entreprise « Las contreras ».
C’est ainsi que les gouvernements nationaux de Kirchner et provinciaux d’Urtubey, au service des multinationales pétrolières de la Province de Salta traitent les travailleurs qui osent affronter leurs politiques de soumission et de cession des biens nationaux aux multinationales.
C’est le même gouvernement qui maintient 4500 travailleurs dont le compagnon Martino du FAR-MTR sous la menace d’actions judiciaires.

Les bureaucraties de la CGT et de la CTA et leurs bandes parapolicières garantissent l’impunité aux esclavagistes qui licencient des centaines de milliers de travailleurs et abandonnent à leur sort les chômeurs tout en bradant l’intérêt des salariés avec des paritaires trafiquées.
Après la répression, les travailleurs du piquet nord sont revenus occupés la route 34, mais un peloton de gendarmerie les a empêché d’avancer pendant qu’un autre peloton de ces assassins qui ont sur leurs mains le sang des compagnons Anibal veron, Teresa Rodriguez et des dizaines de martyrs de la classe ouvrière, a continué à réprimer le piquet Sud. Ils ont emprisonnés 20 travailleurs dont Pepino Fernandez et ont blessé des dizaines de compagnons qui ont été sauvagement frappés.

La repression s’est arrêtée. D’autres compagnons sont Venus en renfort pour exiger la libération des détenus et la majorité de la population du quartier fait barrage pour empêcher que la police revienne occuper le quartier.

Nous appelons toutes les organisations ouvrières et étudiantes à organiser des mobilisations, barrages de routes, grèves, piquets, assemblées et tout type d’actions de solidarité qui permettent de faire cesser la répression et libérer les compagnons détenus.

Assez ! Il faut arrêter la repression et libérer les compagnons détenus ¡ Dehors la Gendarmerie ¡ Il faut reformer la coordination départementale du Nord de Salta de toutes les organisations ouvrières !

Les chômeurs de Salta ne peuvent rester isolés ! C’est une mission pour tout le mouvement ouvrier, les salariés et les chômeurs ! Que tous les secteurs en lutte, les organisations ouvrières combatives de tout le pays, les commission internes, les délégations arrachées des mains de la bureaucratie syndicale, le mouvement piquetero et les organisations étudiantes combatives envoient des délégués à General Mosconi pour unifier la lutte et appuyer toutes nos exigences !

Il faut exiger la liberté immédiate pour tous les prisonniers politiques et la levée des inculpations judiciaires de tous les ouvriers et citoyens en lutte !