Accueil > Actualités > Les coopératives de Mosconi persécutées par les autorités locales et nationales (...)

Les coopératives de Mosconi persécutées par les autorités locales et nationales ont lancé une pétition

samedi 20 décembre 2014

Pétition « Noël des pauvres »

"Les manifestants chômeurs de Mosconi et du département de General San martin présents sur la route N° 34, nous exprimons : le plus profond rejet du harcèlement judiciaire permanent que subissent notre leader Jose « Pepino » Fernandez et maintenant aussi nos camarades Jesus Sedan, Eva Fernandez, HUGO CARABAJAL, TITO CHANAMPA, DANIEL VALENCIA, OSCAR RUIZ Y ELVIRA NAVAMUEL, avec des causes déjà jugées comme la N°55/08 sur la manifestation de 2003 a Tecpetrol contre le renouvellement de sa concession par le gouvernement provincial et le non payement des actions aux ex salariés de YPF et la cause N°1735 concernant la manifestation sur la route N°34 en protestation contre le détournement des fonds destinés aux 20 coopératives de construction par la municipalité de Mosconi.

Nous exigeons que la justice enquête sur les donneurs d’ordre et sur les vrais responsables de l’incendie volontaire dans les bureaux de Tecpetrol et de Refinor qui a été utilisé pour salir et impliquer ceux qui manifestaient pacifiquement sur le bord de la route 34. Ces entreprises ont été indemnisées et ont atteint leur objectif qui était de criminaliser les militants sociaux.

Nous exigeons que Madame La Présidente de la Nation défende maintenant les intérêts des ex salariés de YPF comme l’a fait Nestor Kirchner en défendant les intérêts de YPF et des salariés de Santacruz. Parce qu’aujourd’hui son obligation est de rendre à tous les Argentins une justice réparatoire et en particulier aux ex YPF avant qu’ils ne meurent tous.

Nous exigeons que les législateurs provinciaux et nationaux présentent rapidement un projet de loi qui amnistie une fois pour toutes les peines judiciaires qui ont été infligées à Pepino Fernandez et à tous les citoyens de notre région et de tout le pays, puisque nous ne sommes pas responsables de la débâcle économique qu’a connu le pays par la faute du gouvernement national dans les années 90 et qu nous a laissé orphelins de protection social. Nous exigeons que pour une fois au moins, la justice enquête et juge ceux qui contaminent notre environnement, qui détruisent la forêt et la faune autochtone, les fonctionnaires corrompus qui s’enrichissent aux dépens du désespoir du peuple, ceux qui s’approprient de la terre de nos frères indigènes, des créoles et des terres fiscales publiques, ceux qui ont des politiques provoquant la faim et des atrocités sociales INHUMAINES.

Nous exigeons que l’hôpital de General Mosconi offrent des soins dans tous les domaines et pas seulement comme aujourd’hui un service d’urgence.

Nous exigeons que des travaux hydrauliques soient entrepris pour donner accès à l’eau potable au peuple et à l’eau d’irrigation aux petits producteurs du département de San Martin à partir des fleuves Bermejo, Itau, Gran Trija et Seco.

Nous exigeons que soit mis en œuvre en urgence un programme de reforestation des champs et des montagnes qui ont été déboisés par les compagnies forestières, pétrolières et de soja en donnant du travail aux chômeurs.

Nous exigeons que soit nationalisé le service d’énergie électrique, parce que l’entreprise Edesa n’entretient pas ses lignes ce qui provoque des coupures de courant incessantes causant la destruction des appareils électriques sans prendre en charge les dommages des usagers et que les factures mensuelles sont plus élevées que dans d’autres provinces. En plus elle s’est octroyée le droit de facturer la consommation de l’eau et les impôts municipaux.

Nous exigeons qu’YPF restitue ses terrains aux populations concernées.

Nous exigeons que en urgence YPF investisse dans la prospection et l‘exploitation d’hydrocarbures et crée des emplois et du développement social.

Nous exigeons l’installation de la centrale thermoélectrique promise à General Mosconi.

Nous exigeons que les tarifs des produits pétrochimiques soient au même niveau entre le fleuve Piedras et le nord du pays qu’au sud du 42 ème parallèle , parce qu’il est impossible qu’en étant au dessus des puits de gaz nous payons les bonbonnes de gaz « non sociales » de 10 kg à 85 pesos et celles de 15 kg à 185 pesos ??

Nous exigeons que la Province de Salta nous paye les travaux réalisés et livrés il y a 5 ans pour un montant de 200.000 pesos à actualiser.

Nous exigeons que la municipalité et la province nous payent les travaux d’égout réalisés dans le quartier du 8 décembre, les débroussaillages et les services publics fournis à la municipalité de Mosconi d’une valeur de 3.000.000 pesos.

Nous exigeons des informations du Ministère du Logement de la Nation, d’IPV de Salta et de la municipalité de Mosconi sur les fonds versés par le Ministère de l’équipement de la nation pour la IIème et IIIème étape des logements à Mosconi en 2009 qui ne sont jamais arrivés jusqu’aux 20 coopératives alors que la fondation Fundatrad et l’UTD Mosconi ont assumé les coûts correspondant à ces étapes et pourquoi nous n’avons pas obtenu d’accord sur la construction de 80 logements prévus dans la 4ème étape.

Nous exigeons finalement le payement immédiat et avant le 24 décembre des 1000 pesos qui n’ont pas été versés à chacun des 600 coopérateurs pour une « négligence du programme de travail autogéré » et sans l’augmentation qui a été accordée dans tout le pays. Ils n’ont pas non plus autorisé la ligne II pour les matériels et les outils qui ont dû être assumés par les ressources propres de l’UTD Mosconi.

Nous exigeons ce payement unique pour ces compagnons qui n’ont pas la possibilité d’obtenir une « prime de fin d’année » comme ceux qui ont un emploi. C’est pour cela que nous disons que ce n’est pas digne de passer un nouveau Noël des pauvres.

Nous exigeons la « tolérance zéro » pour la faim, la mal nutrition infantile, le chômage et l’injustice.

Les politiques, les multinationales et le pouvoir économique avec leurs juges et leurs policiers exigent que nous ne manifestions plus. Qu’ils commencent par respecter les principes de la constitution nationale à laquelle ils ont prêté serment et alors ,oui, le peuple ne leur causera plus de problèmes ! "

GENERAL MOSCONI, 16/12/2014