Accueil > Actualités > LES LUTTES EN ARGENTINE DEMANDENT NOTRE SOLIDARITE

LES LUTTES EN ARGENTINE DEMANDENT NOTRE SOLIDARITE

mardi 26 décembre 2017, par CALPA

En Argentine, un nouveau période politique a été ouvert par l’extraordinaire mobilisation du mouvement ouvrier et de la jeunesse contre la nouvelle loi de retraites, qui est une attaque sans précédents contre les droits de retraités. Le jeudi 14 et le lundi 18 janvier, la ville de Buenos Aires et aussi les villes de province comme Rosario, a connu d’énormes manifestations contre la politique d’austérité.

Comme on pouvait s’attendre, la seule réponse du gouvernement a été une répression sauvage. Le présidente Macri utilise ouvertement les méthodes de répression d’un « Etat d’exception ». Les partis et organisations de gauche, de la jeunesse, les différents groupements de militants ouvriers et populaires, réunis dans MEMORIA VERDAD Y JUSTICIA ont publié un document accablant le 21 décembre, pour dénoncer ces faits : attaques de la police contre les manifestants avec balles de gomme et camions hydratants, des vrais partie de chasse contre les militants, des tirs à l’hauteur du visage au point que 3 manifestants ont perdu un œil et 2 risque de le perdre, des dizaines de personnes ont du être hospitalisés ; la police a procédé a plusieurs centaines de détentions brutales et 45 détenu ont été déferrés à la justice.

Le gouvernement, la justice et la presse capitaliste ont lancé une chasse à l’homme contre les militants de la gauche et du mouvement ouvrier et leurs organisations, avec des accusations mensongers d’ »utilisation de la violence ». On invente l’existence d’un « plan organise subversif » pour envahir le bâtiment du Congrès et empêcher la session de la Chambre de Députés. Les méthodes de la dictature militaire ne sont pas loin.

La répression brutale a continué. Le jeudi 21, la police a attaqué les ouvriers et ouvrières de la raffinerie de sucre La Esperanza, à la province de Jujuy au Nord du pays, qui manifestaient contre 400 licenciements dans l’entreprise ; on a arrête 25 manifestant(e)s, dont 4 reste encore en prison. Quelques semaines avant, on avait réprime une manifestation ouvrière à Neuquén et le député Raul Godoy a été blessé par balle.

La répression est dirigée contre le mouvement ouvrier et de la jeunesse, contre les organisations de gauche, contre les militants et militantes des syndicats et des quartiers. En Argentine, une nouvelle réalité de la lutte de classes s’impose : la classe ouvrière se libère du carcan du péronisme de la conciliation de classe et avance vers les méthodes et les traditions de la lutte de classe. Ce mouvement historique avec déjà commencé dans les gouvernements Kirchner et leur politique capitaliste s’est accéléré dans les 2 derniers années, avec le gouvernement néolibérale de Macri.

La situation de la répression est grave en Argentine et demande notre solidarité. Le CALPA appelle les organisations militantes de solidarité avec l’Argentine à nous concerter et organiser des actions concrètes dans les semaines à venir.

POUR UNE ANNEE 2018 DE LUTTE ET DE SOLIDARITE

CALPA, 26 décembre 2017.