Accueil > Les activités > Lettre au Crédit Agricole

Lettre au Crédit Agricole

mardi 28 mai 2002

logo caChers Messieurs du Crédit Agricole,

Depuis que votre institution a pris le contrôle de la BANQUE BISEL S.A. d’ARGENTINE, vous nous avez vendu une image qui n’est évidemment pas vraie.

Vous savez, nous en sommes sûrs, que nous (plus de 6000 familles) sommes en train de vivre des moments d’angoisse et d’incertitude. Le départ du Crédit Agricole de la BANQUE BISEL n’a pas été seulement peu net mais il a été aussi sournois . Jusqu’à présent, on ne nous a rien communiqué sur la vraie situation de la banque ni sur notre relation de travail avec elle.

Après toute sa démonstration de puissance, après tous les projets et les qualifications professionnelles, nous avons senti que nous appartenions au Crédit Agricole, et cette idée, nous l’avons transmise à tous nos clients. Jour après jour, et devant chaque difficulté de la banque, nous en prenions la responsabilité, et nous continuons à le faire, nous "vendions" aux clients un mensonge. Nous avons été des vendeurs d’illusions, nous avons fait croire à tout le monde que nous avions la garantie du Crédit Agricole.

Ce n’était qu’une farce totale. Aujourd’hui, nous nous rendons compte que ces projets n’existaient pas, que la puissance était un mythe, que le Crédit Agricole ne garantit que les Français en France, qu’il a fait une grosse affaire dans notre pays et qu’il n’ a laissé que quelques miettes (c’est-à-dire NOUS), qu’il nous a fait l’escroquerie du siècle, il a escroqué notre avenir, il nous a escroqués moralement, il s’est moqué de nous cruellement et de surcroît ses représentants ont fui très loin.

D’où ils sont, ils n’écoutent pas nos cris, nos protestations, mais ils ne pourront pas regarder leurs enfants dans les yeux sérieusement et leur apprendre à être une personne "droite" et pas un bandit qui ne cherche que le bien-être matériel à n’importe quel prix, y compris en laissant à la dérive 6000 familles de travailleurs qui ont toujours répondu fidèles et avec responsabilité, celle qu’ils ne trouvent pas aujourd’hui dans les dirigeants du Crédit Agricole.

Bref, nous souhaitons dénoncer ceux qui ont décidé de quitter le navire d’une manière lâche, sale et cruelle et de laisser 6000 familles dans le désarroi.

Nous, nous vous saluons étant donné que vous n’avez pas voulu le faire.

Employés de la BANQUE BISEL S.A. - ARGENTINE