Accueil > Actualités > DECLARATION CALPA

DECLARATION CALPA

samedi 8 septembre 2018, par CALPA

Le lundi 3 septembre, la répression a assassiné le jeune de 13 ans Ismael Ramirez à Roque Sanez Peña (Chaco). Un autre jeune a été gravement atteint. Leur « délit « : se procurer de quoi manger dans un supermarché. La province de Chaco est gouverné par le péroniste Domingo Peppo.

La répression est le résultat immédiat de la politique du gouvernement national de Macri et des gouvernements péronistes des provinces. C’est la politique capitaliste de l’austérité, du payement de la dette, de la soumission auprès de l’impérialisme. La population laborieuse et en particulier les quartiers populaires soufrent de la misère et du chômage. Une province comme celle du Chaco, gouverné par les péronistes (dont Capitanich, ancien chef de cabinet de Cristina Kirchner) concentre cette misère, la discrimination contre les indigènes tobas, le manque d’éducation et de santé, le désespoir de la jeunesse, la surexploitation des ressources naturelles. L’Argentine est soumise aux lois de l’exploitation capitaliste et de la domination impérialiste.

Le pays traverse une crise terrible, que reflète la crise capitaliste mondiale. Le gouvernement de Macri a une seule politique : faire payer la crise par les travailleurs et le peuple et répondre aux mobilisations ouvrières et de la jeunesse avec la répression. Macri négocie un nouveau programme de austérité avec le FMI. Toutes les fractions de la bourgeoisie acceptent cette orientation. La fraction péroniste dirigée par Cristina Kirchner nous dit d’atteindre les élections de 2019 et ne propose pas aucune alternative de lutte. La CGT organise une nouvelle grève générale complètement enrégimentée et passive pour le 25 septembre.

Le CALPA soutient que la seule réponse a la misère capitaliste est la mobilisation de la classe ouvrière, de la jeunesse et de la population, la grève politique de masses, l’organisation anticapitaliste sur la base d’ un programme de rupture avec le régime politique et social. La mobilisation est à l’ordre du jour. C’est le cas en décembre contre les nouvelles lois de retraite ; c’est le cas aujourd’hui avec la mobilisation exemplaire de femmes et de la jeunesse pour l’avortement,
la grève des enseignants et la présence de la jeunesse dans la rue le vendredi 31 août en défense de l’enseignement publique ; les grèves ouvrières contre le chômage : Rio Santiago, Telam et autres ; les manifestations de « piqueteros » (la population sans travail) contre la famine. Tous ces mouvements doivent s’approfondir et s’unifier.

Le CALPA appelle aux soutien matérielle et morale de ses luttes, surtout avec de protestations auprès de l’ambassade argentine. Nous appelons à l’organisation d’une manifestation unitaire.

Le programme des luttes est claire : A bas le gouvernement de Macri ! Le FMI, dehors de l’Argentine ! Pour le non payement de la dette ! Nationalisation de la banque, du commerce extérieur, des entreprises prestataires de services et la grand propriété capitaliste ! Contrôle ouvrier et populaire !

Ce programme doit être exécuté par un gouvernement des travailleurs, de la jeunesse et du peuple, UN GOBIERNO OBRERO Y POPULAR .

Paris, le 7 septembre 2018