Accueil > Actualités > Lancement d’un nouveau courant politique-syndical émanant des entreprises en (...)

Lancement d’un nouveau courant politique-syndical émanant des entreprises en lutte, pour une indépendance des travailleurs face au gouvernement et aux bureaucraties syndicales.

mercredi 21 octobre 2009

(Buenos Aires, 17 de octubre de 2009).

Communiqué de presse

Délégués de Kraft, Zanon, du Métro et de dizaines d’entreprises lancent un courant national politique et syndical

Plus de 400 délégués des syndicats et commissions internes se sont réunis dans l’auditorium de l’Hôtel Bauen pour débattre du lancement d’un courant politique-syndical au niveau national, à l’invitation du syndicat des Céramistes de Neuquen (SOECN) avec la présence de ses dirigeants historiques Alejandro Lopez et Raoul Godoy (anicens dirigeants) et des actuels (Andres Blanco, Fabaian Ruiz, Cristian Mellado, Alberto Esparza) et le délégué Dzamien Videla de la COmmission Interne des Céramistes Stefani de Cutral. La nombreuse délégation de Kraft a été accueillie par une ovation. Etait présent Javier Hermosilla, membre de la commision interne, les délégués Oscar Coria, Camilo Mones et Critian Abarza, représentants du large secteur de l’usine qui refuse l’accord imposé par le Ministère du Travail, qu’ils ont qualifié d’offensive félonne contre la lutte pour la réintégration des travailleurs licenciés et suspendus.

La proposition de créer un courant politique-syndical qui non seulement lutte contre les directions patronales, le gouvernement et les bureaucraties syndicales, aussi bien les syndicats alignés avec la CGT comme ceux qui appartiennent à la CTA, mais qui défend aussi un programme ferme d’indépendance politique des travailleurs a reçu l’appui non seulement de la coordination des organisations ouvrières combattives et antibureaucratiques mais aussi de la plupart des délégués des principaux mouvements de lutte et d’organisation de base du mouvement ouvrier : une délégation d’une dizaine de délégués du Métro, menée par Claudio Dellecarbonara, des membres de la commission interne de Pepsico Snacks comme Catalina Balaguer et leo Norniella et des membres de la Commission Interne de Stani Cadbury, les entreprises les plus importantes avec Kraft de l’industrie alimentaire de la zone Nord de Buenso Aires, Antonia Trigo (Secretaria General) y miembros de la Comisión Directiva del Sindicato de Trabajadores del Ajo de Mendoza (SITRAJ), que asistieron junto a un delegado del Grupo 2 de la Empresa Provincial de Transportes de Mendoza (colectiveros pertenecientes a ATE) ; integrantes de los Autoconvocados de la Salud de Tucumán y un delegado de la alimentación de dicha provincia ; delegaciones de obreros de las duras luchas contra los cierres de fábrica de Paraná Metal (Villa Constitución), Mahle (Rosario) y CIVE (Córdoba) ;Guillermo Bentancourt, delegado de Siderca, recientemente expulsado de la UOM-Campana por ser opositor y apoyar el reclamo de los trabajadores ; delegados de Siderar (UOM-San Nicolás), de la UOM-Villa Constitución, de la UOM-Quilmes y trabajadores de la UOM-San Martín, UOM-Matanza y UOM-Capital ; delegados de plantas automotrices del SMATA ; miembros de las Comisiones Internas de Alicorp (ex Jabón Federal), Donnelley (ex Atlántida), de la Papelera Molarsa (Neuquén) ; activistas que protagonizaron las luchas contra los despidos en Pilkington (zona norte del GBA) ; delegados de FATE (SUTNA) ; delegados y trabajadores aeronáuticos (APA) de LAN y Aerolíneas Argentinas ; delegados de FOETRA-Buenos Aires y de Correos ; Lista Bordó, oposición a Pedraza en la Unión Ferroviaria del Ferrocarril Roca ; de la Agrupación Marrón del SUTIAGA (Aguas Gaseosas), de textiles de Capital ; Ana Laura y Liliana Gasco de la Junta Interna de ATE-INDEC ; de las Juntas Internas de ATE- IOMA-La Plata, del Hospital Centenario de Neuquén, del Hospital Garrahan, de Desarrollo Social de Neuquén, del Ministerio de Producción y del Ministerio de Economía de La Plata, de ATE-RUB ; delegados del Astillero Río Santiago, Hospital Posadas, del INCAA, de ATE Rosario y Mendoza, de la Dir. Nac. De Música y de Contaduría (CABA), del PAMI ; delegados de Luz y Fuerza de Rosario, del Plástico de Morón ; miembros de la Comisión Directiva de los SUTEBA La Plata y Matanza (por la minoría), de la AGD-Sociales-UBA ; congresales y delegados de varias seccionales de SUTEBA ; delegados de ATULP (no docentes La Plata), entre otros.

Les leçons du conflit de Kraft Terrabusi qui s’inscrit dans une vague de conflits où la classe ouvrière montre qu’elle commence à se remettre debout ont été tirées par beaucoup de participants qui ont réaffirmé la nécessité de construire un courant dans tout le pays qui se différencie par sa pratique et son programme non seulement des directions patronales des gouvernements et des directions des centrales syndicales sinon aussi des organisations qui tout en étant en lutte contre les différentes variantes de bureaucratie syndicale sont confiantes dans la neutralité du Ministère du travail et ne voient pas que ses arbitrages se font systématiquement dans un sens qui garantisse la paix sociale des patrons. D’autres délégués ont signalé que ce n’est pas un hasard si ces secteurs se sont alignés sur les positions des patrons du Soja (d’autres avec le gouvernement) dans le conflit "del campo" de l’année dernière montrant ainsi que l’indépendance politique des travailleurs n’est pas seulement un positionnement général sinon qu’elle a des conséquences concrètes dans la lutte. D’autres compagnons ont signalé la nécessité que ce courant politique-syndical débatte de l’importance de mettre sur pied un outil politique au service des travailleurs et de leurs luttes pour récupérer les syndicats et les commissions internes.

En plus, ont participé au débat, des délégués et dirigeants syndicaux de fédérations et de courants politiques de gauche. Aussi bien ceux qui ont adhéré aux propositions, que ceux qui ne l’ont pas fait et ceux qui continuent à en discuter sont tombés d’accord sur le besoin de coordonner les secteurs combattifs.

Tous les participants ont décidé de maintenir le processus de coordination et de réaffirmer le soutien aux compagnons de Kraft terrabusi, en créant un grand fond de grève pour les travailleurs licenciés, comme moyen basique de soutien concret à la lutte pour leur réintégration. Cet appel est lancé à toutes les organisations de la forme la plus large possible.

La présidence honoraire de la plénière a été proposée et approuvée par acclamation aux travaillerus du SYndicat mexicain des Electriciens qui luttent avec de smobilisations multiples pour empêcher la fermeture de l’entreprise Luz y Fuerza du Centre qui provoquerait le licenciement de milliers de travailleurs.

Finalement, a été annoncé que le 14 novembre sera organisée une plénière des travailleurs de ce courant à Neuquen qui sera la première étape d’autres plénières organisées dans différentes régions et provinces du pays, avec une participation plus large, non plus seulement les délégués mais de tous les travailleurs qui adhérent au courant qui se met en place.

Pour plus d’information :

Andrés Blanco 0299 155.226.569

Fabián Ruiz 0299 154.713.625

Alberto Esparza 0299 154.299.136

Alejandro López 0299 154.299.121.

Raúl Godoy 0299 154.052.657

Damian Videla 0299 155.154.223

Claudio Dellecarbonara 011 155.5927546

Javier Hermosilla 011 156.2050074

www.obrerosdezanon.com.ar / prensaobrerosdezanon@neunet.com.ar