85 % des consommateurs espagnols sont intéressés par les nouveautés alimentaires, mais les considèrent comme un peu chères

Jus, boissons non alcoolisées, plats préparés et sucreries, les produits dans lesquels l’industrie agroalimentaire innove le plus

MADRID, 18 août (CALPA PARIS) –

84,6 % des consommateurs espagnols se montrent intéressés par les nouveaux produits alimentaires qui arrivent sur le marché, selon les données du Barómetro del Clima de Confianza del Sector Agroalimentario publié par le ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation.

Plus précisément, le rapport note l’intérêt croissant pour les produits innovants, car lors de la précédente étude réalisée en 2018, ce pourcentage était inférieur de 21,7 points (62,9 %).

Le baromètre montre que les femmes tiennent un peu plus compte (85%) que les hommes (83%) des nouveaux produits alimentaires qui arrivent sur le marché.

En ce qui concerne l’âge, les segments les plus jeunes, âgés de 25 à 39 ans, sont également plus susceptibles d’être au courant des produits innovants (93 % les remarquent), tandis que les personnes âgées de 55 ans et plus sont moins intéressées (70 %).

Les jeunes consommateurs privilégient donc les produits hypocaloriques aux produits allégés en matières grasses et en sucres, typologies les plus recherchées en 2023.

Les boissons, comme les jus et les sodas, les plats préparés et les sucreries sont les aliments dans lesquels l’industrie agroalimentaire innove le plus.

57,7 % des consommateurs reconnaissent acheter ces produits dans leur lieu d’achat habituel, tandis que la connaissance du produit par le bouche à oreille et la curiosité pour la nouveauté sont les facteurs les plus influents lorsqu’il s’agit d’acquérir ces innovations.

Cependant, la plupart des consommateurs considèrent que le prix de départ des nouveaux produits est quelque peu élevé par rapport à d’autres aliments similaires déjà présents sur le marché.

A lire aussi  L'Ibex augmente de 0,5 % à l'ouverture et atteint 9 400 points dans l'attente de l'IPC américain.

C’est l’une des raisons pour lesquelles 62 % des consommateurs admettent qu’ils n’achètent pas les produits dans un premier temps, même s’ils finissent par les acheter plus tard. Quelque 20 % admettent qu’ils les essaient dès qu’ils sont en vente, tandis que 18 % disent ne pas croire en ces produits.

Auteur/autrice