Aena gagne 607,7 millions d’euros jusqu’en juin et retrouve les chiffres d’avant la pandémie grâce à l’activité commerciale

Proposition d’augmentation de 4,09% des redevances aéroportuaires d’ici 2024

MADRID, 26 juil. (CALPA PARIS) –

Aena a enregistré un bénéfice net de 607,7 millions au cours des six premiers mois de l’année, dépassant à la fois les 277,5 millions d’euros enregistrés au cours de la même période de 2022, et les 559 millions en 2019, a informé mercredi la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV), à laquelle elle a également communiqué l’approbation de la proposition tarifaire de l’année prochaine qui représente une augmentation de 4,09% par rapport à 2023, qui sera supervisée par la CNMC.

Aena a obtenu entre janvier et juin 2023 un excédent brut d’exploitation (EBITDA) de 1 170,3 millions d’euros, ce qui représente une croissance de 49,5% par rapport à la même période en 2022 (783 millions d’euros), bien qu’il reste légèrement inférieur à celui de 2019 (1 189,

Le nombre total de passagers pour le groupe Aena (Espagne, Luton et les aéroports du Nordeste brésilien) a augmenté à 144,1 millions, soit une hausse de 22,8 % par rapport à la même période en 2022, ce qui représente une récupération de 100,5 % du trafic pré-pandémique (2019).

Dans les aéroports d’Aena en Espagne, le trafic des six premiers mois de l’année a atteint 129,4 millions de passagers, soit une augmentation de 23,4 % par rapport à la même période de l’année dernière et l’équivalent de 101,2 % du trafic des six premiers mois de 2019.

Le total des recettes consolidées pour le premier semestre 2023 a augmenté pour atteindre 2 333,2 millions d’euros, soit une augmentation de 24,1% par rapport au premier semestre de l’année précédente. Les recettes aéronautiques se sont élevées à 1 277,1 millions d’euros, en hausse de 19,4 % par rapport à 2022.

A lire aussi  L'Ibex recule légèrement à la clôture, à 9 430 points

Les revenus commerciaux, soutenus par une croissance des ventes dans les activités commerciales dépassant les niveaux de 2019, se sont élevés à 715,3 millions d’euros, en hausse de 29% par rapport au premier semestre 2022.

LES VENTES COMMERCIALES DÉPASSENT LES NIVEAUX D’AVANT LA PANDÉMIE.

Le directeur souligne la bonne performance de l’activité commerciale au cours des six premiers mois de l’année, au cours desquels les niveaux d’activité prépandémiques se sont améliorés de manière significative.

Ainsi, le chiffre d’affaires total des activités commerciales dépasse de 13,5 % celui de 2019, et les loyers fixes et variables facturés et encaissés sur la période dépassent de 19 % ceux de 2019.

« Les activités régulées ont toutefois été partiellement freinées par la non-reconnaissance dans les tarifs aéroportuaires de la forte augmentation des coûts de la prestation des services aéroportuaires depuis l’approbation de la DORA 2 », a expliqué la compagnie.

La dette financière nette comptable consolidée du groupe Aena s’élève à 7 071,8 millions d’euros, contre 6 242,9 millions d’euros en 2022, diminuant le ratio de la dette financière nette du groupe consolidé sur l’EBITDA à 2,87 fois, contre 3,00 fois au 31 décembre 2022.

Il a également produit une solide génération de trésorerie. La trésorerie nette générée par les activités opérationnelles s’est élevée à 1 048,5 millions d’euros, contre 783 millions d’euros au premier semestre 2022.

Les investissements payés entre janvier et juin 2023 se sont élevés à 1 043,9 millions d’euros, soit une augmentation de 660,2 millions d’euros par rapport aux six premiers mois de 2022. Ces investissements ont principalement porté sur l’amélioration des installations aéroportuaires et de la sécurité opérationnelle et comprennent 611,5 millions € pour les paiements obligatoires pour la concession du bloc des onze aéroports au Brésil.

A lire aussi  L'Ibex est encore plus éloigné des 9 500 à la mi-séance, en baisse de 0,61 %.

Parallèlement, les Opex du groupe Aena, qui comprennent les achats, le personnel et les autres dépenses d’exploitation, s’élèvent à 1 140,3 millions d’euros au premier semestre 2023, contre 1 055,2 millions d’euros à la même période en 2022. L’évolution de ces dépenses reflète l’augmentation de l’activité et de l’exploitation des terminaux et des espaces ouverts des aéroports du groupe Aena.

En ce qui concerne les autres dépenses d’exploitation, il convient de souligner la réduction des dépenses d’électricité dans le réseau espagnol, qui s’élèvent à 63,7 millions d’euros (en baisse de 50,9 % par rapport au premier semestre 2022).

Hors impact de l’énergie, l’augmentation en glissement annuel des autres charges d’exploitation sur le réseau aéroportuaire espagnol s’élève à 64,6 M€, en hausse de 13,2 % par rapport à janvier-juin 2022.

PROPOSITION TARIFAIRE POUR 2024.

Le conseil d’administration d’Aena a approuvé lors de sa réunion d’hier la proposition tarifaire applicable à compter du 1er mars 2024, fixant la recette maximale annuelle ajustée par passager (RMAAJ) pour 2024 à 10,35 euros par passager, ce qui représente une variation de 4,09 % par rapport à la RMAAJ pour 2023 (9,95 euros par passager).

Ce pourcentage inclut  » notamment  » le calcul de l’indice P 2022, fixé à 3,5 %, issu de l’augmentation des coûts de prestation des services aéroportuaires. L’IPC pour 2022 a enregistré une valeur moyenne en Espagne de 8,4%.

L’Aena explique que « la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC) a reconnu la valeur de l’indice P mentionné dans sa résolution du 8 juin 2023 ».

Les redevances aéroportuaires d’Aena sont la contrepartie qu’Aena est en droit de recevoir pour la fourniture de services aéroportuaires de base.

A lire aussi  Les économistes maintiennent leur prévision de croissance pour 2023 à 2,3 % et abaissent leur prévision de déficit.

Auteur/autrice