Agile Content prévoit de poursuivre ses activités en Europe afin de « continuer à gagner des parts de marché ».

Préconise d’encourager la création de « champions paneuropéens » ayant une plus grande capacité d’investissement sur le marché des télécommunications de l’UE.

MADRID, 21 mai (CALPA PARIS) –

La société technologique Agile Content envisage de nouvelles acquisitions en Europe dans le domaine de la diffusion en continu, étant donné qu’elle voit des possibilités de « continuer à gagner des positions » dans ce segment et de se consolider, en particulier dans les régions où la société « n’est pas aussi forte » aujourd’hui, comme dans la région centrale du Vieux Continent.

Selon le président d’Agile Content, Hernán Scapusio, dans une interview accordée à Europa Press, l’entreprise est en bonne santé pour entreprendre des opérations de ce type, comme en témoignent les résultats de l’exercice 2022 présentés en février dernier.

Dans le même ordre d’idées, le président de la société a souligné que l’année dernière Agile Content a réussi à réduire sa dette de 8 millions d’euros (qui s’élevait à 20,3 millions d’euros) parce qu’elle a « fait ses devoirs de manière assez orthodoxe » pour se désendetter, malgré le changement du « contexte » du marché, dans lequel les taux d’intérêt se sont durcis.

« Nous sommes en mesure d’exécuter une opération d’un point de vue financier. Oui, mais c’est aussi une année où nous pensons qu’il y aura moins de croissance (…) Nous devons encore profiter davantage des synergies qui sont déjà établies, donc c’est une année pour générer de plus en plus de cash », a déclaré le dirigeant.

« Je dirais que nous sommes prêts. Nous ne voyons pas l’avenir sans continuer à faire des opérations, parce que nous croyons que l’opportunité est là, nous sommes un acteur consolidé qui a la capacité de continuer à le faire, mais nous ne sommes pas pressés », a-t-il ajouté.

A lire aussi  63 % des Espagnols reconnaissent consommer des produits "à bas prix".

Ainsi, la société envisage qu’à la fin de cette année ou au milieu de l’année prochaine, il pourrait y avoir « plus d’opérations », bien que, selon Scapusio, Agile Content sera « prudente » à cet égard, parce qu’elle n’a pas besoin de fermer des opérations « avant l’heure ».

CHANGEMENT DE SIÈGE AU PAYS BASQUE

L’entreprise technologique, qui a racheté à MásMóvil les activités de télévision d’Euskaltel pour 32 millions d’euros en 2021, a inauguré fin février son nouveau siège au Pays basque, où elle investira 26 millions d’euros dans l’innovation.

En ce qui concerne le changement de siège au Pays basque, M. Scapusio a souligné que l’entreprise a toujours aimé « les territoires où il y a un écosystème et où il y a des possibilités de générer de la valeur ».

Il a donc décrit le déménagement au Pays basque comme une « étape logique » pour « être proche » d’autres acteurs du marché qui font la même chose qu’eux, ce qui a été accéléré après l’achat des activités de télévision d’Euskaltel et qui s’ajoute au fait que l’entreprise disposait déjà d’un centre d’innovation à Bilbao.

« En fin de compte, nous sommes plus proches du client, d’Euskaltel. Nous avons 500 000 utilisateurs, des familles qui regardent la télévision trois heures par jour dans le nord. Il était logique d’être dans un écosystème qui favorise l’émergence d’entreprises qui travaillent en grappes et qui ont un potentiel d’innovation. Nous sommes nés en Catalogne, qui en général a toujours été un écosystème ‘business friendly’ (…), mais le changement et l’incorporation de personnes importantes dans le périmètre, comme la télévision basque, nous ont fait envisager d’y installer le siège social », a-t-il expliqué.

A lire aussi  Orange et Snap s'associent pour créer des "expériences immersives" sur Snapchat grâce à la 5G et à la réalité augmentée

PAIEMENT À L’UTILISATION DU RÉSEAU

La Commission européenne a ouvert en février dernier une consultation publique sur l’établissement d’un modèle économique durable pour le secteur des télécommunications dans l’Union européenne (UE). Cette consultation a permis d’établir deux camps opposés sur la manière de financer les investissements nécessaires pour que l’infrastructure du réseau de l’UE s’adapte à l’augmentation du trafic dans les années à venir.

D’un côté, les grands opérateurs télécoms demandent aux grandes plateformes numériques, qui sont les principaux générateurs de trafic sur le réseau, de payer pour l’utilisation de l’infrastructure afin de la moderniser, tandis que les OTT considèrent qu’il s’agirait d’une « double imposition » et que cela porterait atteinte à la neutralité de l’internet.

Interrogé sur cette question, le président d’Agile Content estime qu’il est « tout à fait évident » qu’il existe dans l’UE une « réglementation asynchrone » entre les différents acteurs concernés.

« La réglementation européenne s’intéresse toujours aux marchés classiques, mais ne reflète pas la polyvalence des entreprises numériques. Au final, je réglemente les opérateurs de télécommunications, mais je ne réglemente pas Netflix ou Google, qui ont finalement une plus grande part de marché, même si le périmètre du marché n’est pas facile à voir. Je pense qu’il y a une inégalité des règles du jeu, comme le dit Telefónica, qui est réelle. Il y a une réglementation qui comprime un côté et qui ne comprime pas tout le monde de l’autre côté dans la même proportion. Je pense qu’elle devrait faire l’objet d’un réexamen afin que les règles de concurrence soient les mêmes pour tous », a-t-il déclaré.

Toutefois, il estime qu’il n’est pas tout à fait clair si la solution consiste à faire payer l’utilisation du réseau par les grandes entreprises technologiques, qui « font valoir qu’elles contribuent également au fonctionnement de l’écosystème ». « La solution n’est pas facile », a-t-il déclaré.

A lire aussi  L'Ibex 35 atteint 9 400 points après une ouverture en hausse de plus de 0,6 %.

« Il semble évident que nous devons mettre en place certaines mesures, que nous devons essayer d’avoir des règles égales pour tout le monde et, en particulier, de protéger l’Europe, parce qu’en fin de compte, il s’agit aussi d’un facteur géopolitique. Mais d’une manière ou d’une autre, nous devons trouver des solutions qui soient viables pour tout le monde », a-t-il fait remarquer.

Dans ce contexte, il a également souligné que le marché européen est beaucoup plus fragmenté que les marchés américain ou chinois, une question qui, selon lui, a été encouragée par l’UE au profit de l’utilisateur.

« Sans être naïf, est-ce que ce sont les « telcos », les entreprises technologiques ou l’utilisateur qui paient en fin de compte ? C’est une question entre trois acteurs », a-t-il déclaré.

Il estime ainsi qu’il est « raisonnable » d’autoriser les fusions en Europe et d’encourager la création de « champions européens » plus solides et dotés d’une plus grande capacité d’investissement.

Au-delà de ce débat, Scapusio a indiqué que l’Europe ne peut pas « s’endormir » car, selon lui, elle perd des positions dans le cadre de la mise en place de la 5G.

« Il est clair que nous sommes en danger et l’une des solutions est de permettre à des entreprises plus fortes et à des champions paneuropéens de voir le jour. Cette réglementation État par État, comme si l’État américain du Texas voulait avoir trois entreprises de télécommunications au Texas, semble absurde pour un Américain, et c’est pourtant ce que nous faisons en Europe », a-t-il déclaré.

Auteur/autrice