En 2021, un travailleur sur cinq gagne au maximum le SMI et deux sur trois gagnent moins de 1 910 euros.

Le salaire brut moyen a augmenté de 2,9 % en 2021 pour atteindre 25 896,8 euros par an et le salaire le plus fréquent était de 18 502 euros par an

MADRID, 20 (CALPA PARIS)

Près d’un travailleur sur cinq (17,5 %) a gagné en 2021 au maximum le salaire minimum interprofessionnel (SMI), soit 13 370 euros par an, tandis que 46,8 % ont gagné entre une et deux fois le SMI. Ainsi, en additionnant les deux pourcentages, deux travailleurs sur trois ont gagné moins de 1 910 euros par mois l’année dernière.

Cela se reflète dans l' »Enquête sur la structure des salaires 2021″ de l’Institut national de la statistique (INE) publiée mardi, qui indique que le salaire brut le plus fréquent en Espagne était de 18 502,5 euros par an, perçu par 563 384 salariés. Le deuxième salaire le plus fréquent était de 16 487,2 euros par an et était perçu par 560 327 travailleurs.

Le premier salaire le plus fréquent est supérieur de 22,3 euros à celui de 2020, mais inférieur de 7 394 euros au salaire annuel brut moyen de 2021. Ce dernier a augmenté de 2,9 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 25 896,8 €, soit le niveau le plus élevé depuis au moins 2008. C’est la huitième année consécutive que le salaire moyen augmente.

L’institut statistique explique cette différence entre le salaire moyen et le salaire plus habituel par le fait qu’il y a peu de travailleurs avec des salaires très élevés, mais qu’ils ont une influence notable sur le salaire moyen, de sorte qu’il y a beaucoup plus de travailleurs avec des salaires bas. L’INE fait donc une division entre ceux qui ont un salaire plus élevé et ceux qui ont un salaire plus bas pour obtenir le salaire médian, qui s’élevait en 2021 à 21.638,69 euros, soit 3,4 % de plus qu’en 2020.

Le salaire annuel brut médian des hommes s’élève à 28 388,6 euros en 2021, soit 2,7 % de plus qu’en 2020, tandis que celui des femmes progresse de 3,2 % pour atteindre 23 175,9 euros. Malgré une croissance plus rapide, le salaire annuel moyen des femmes représente 81,6 % de celui des hommes (81,3 % en 2020). Toutefois, cet écart salarial se réduit si l’on considère des emplois similaires.

A lire aussi  L'industrie du taxi demande à l'autorité catalane de la concurrence de faire preuve d'équité et de dialoguer avec le secteur.

Sur une base horaire, le salaire brut moyen des hommes était de 17,30 € en 2021, en hausse de 2,3 %, tandis que celui des femmes augmentait de 2,6 % pour atteindre 15,61 €. Selon la définition européenne, l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes était de 9,8 % en 2021.

Une femme sur quatre (25%) gagnait en 2021 un salaire annuel inférieur ou égal au SMI, un pourcentage qui tombe à 10,7% chez les hommes. L’INE souligne que cette situation est influencée par le pourcentage plus élevé de femmes travaillant à temps partiel.

Parallèlement, 3,9% des hommes ont un salaire cinq fois supérieur ou plus au SMI en 2021, contre 2,2% des femmes.

En outre, 16,7 % des travailleurs gagnaient un salaire horaire inférieur aux deux tiers du salaire médian, et parmi eux, près de deux sur trois étaient des femmes.

LES SALAIRES DES TRAVAILLEURS INTÉRIMAIRES AUGMENTENT DE PLUS DE 3 %.

Selon l’enquête, les travailleurs en contrat temporaire gagnent en moyenne 19 842,69 € par an en 2021, soit 3,2 % de plus qu’en 2020, contre 27 228,8 € pour ceux en contrat à durée indéterminée (+2,3 %). En général, les travailleurs ayant un contrat à durée déterminée avaient un salaire annuel moyen inférieur de 27,1 % à celui des contrats à durée indéterminée.

En CDI, le salaire horaire des hommes (17,09 euros) est supérieur de 9 % à la moyenne, tandis que celui des femmes est inférieur de 3,7 %.

Dans le cas des travailleurs temporaires, le salaire horaire (13,77 euros) était inférieur au salaire horaire moyen, tant pour l’ensemble des travailleurs que pour chaque sexe. Pour les femmes, il était inférieur de 14,8 %, tandis que pour les hommes, la différence était de 18,6 %. Cela signifie que le salaire horaire dans les contrats temporaires était 4,6 % plus élevé pour les femmes que pour les hommes.

A lire aussi  L'UE-27 va intensifier ses travaux sur les règles fiscales et M. Calviño s'attend à un premier accord en octobre

Par type de journée de travail, la variable qui influence le plus la rémunération, le salaire annuel moyen des travailleurs à temps plein était de 29.657,8 euros, soit 2,7 % de plus qu’en 2020, tandis que celui des travailleurs à temps partiel a augmenté de 3,5 % pour atteindre 12.049 euros.

Pour l’INE, il est plus pertinent d’analyser les revenus horaires car les salaires à temps plein correspondent à plus d’heures de travail que les salaires à temps partiel. Ainsi, le salaire horaire des travailleurs à temps plein en 2021 était de 17,35 euros, soit 2,8 % de plus qu’en 2021, tandis que les travailleurs à temps partiel gagnaient 11,59 euros de l’heure, comme en 2020.

L’écart salarial entre les hommes et les femmes se réduit si l’on compare les salaires horaires. Alors que le salaire annuel moyen des femmes représentait 81,6 % du salaire des hommes, ce pourcentage atteint 90,2 % si l’on tient compte des salaires horaires.

Par rapport à 2020, le salaire horaire des femmes à temps plein a augmenté en 2021 de 2,9 % pour atteindre 16,85 €, contre un rebond chez les hommes de 2,7 % pour atteindre 17,71 €. À temps partiel, le salaire horaire a diminué de 3,1 % chez les hommes, à 12,72 euros, tandis que chez les femmes, il a augmenté de 1,5 %, à 11,08 euros.

L’HÔTELLERIE ET LA RESTAURATION, LE SECTEUR AVEC LES SALAIRES LES PLUS BAS

L’activité économique avec la rémunération annuelle la plus élevée en 2021 était la fourniture d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné (52 985,8 euros), soit plus du double de la moyenne nationale. Elle était suivie par les activités financières et d’assurance (46 122,2 euros), l’information et les communications (36 630,4 euros par an), les industries extractives (34 866,3 euros) et l’administration publique (34 010 euros).

A lire aussi  L'agriculture évalue les stocks finaux d'huile d'olive à 247 284 tonnes

En revanche, les salariés de l’hôtellerie et de la restauration (14.632,8 euros par an), des services administratifs et de soutien (18.118,6 euros) et des autres services (18.220,7 euros) gagnaient les salaires les plus bas.

Les salaires ont augmenté en 2021 dans toutes les activités économiques, à l’exception de la fourniture d’énergie, où ils ont diminué de 1,5%, et des activités artistiques (-1,4%). Les hausses les plus prononcées ont été observées dans les activités immobilières (+6,3%), la distribution d’eau (+5,1%) et la construction (+4,5%).

PAYS BASQUE, LE SALAIRE LE PLUS ÉLEVÉ

Les directeurs et managers présentent un salaire annuel de 59 219,8 euros en 2021. Il s’agit du groupe professionnel le mieux rémunéré, avec un salaire supérieur de 128,7 % à la moyenne.

À l’inverse, les salaires les plus bas concernent les ouvriers non qualifiés des services, avec 13 874,2 euros par an, les ouvriers de la restauration et du commerce, avec 16 310,9 euros, et les ouvriers des services de santé et de soins (17 453,2 euros).

Selon cette enquête, le salaire annuel moyen des travailleurs de nationalité espagnole est le seul à être supérieur à la moyenne en 2021, avec 26 427,5 €. Tous les groupes de nationalité autre qu’espagnole avaient un salaire inférieur au salaire moyen, les plus bas étant ceux des travailleurs du reste du monde (16 128 euros) et des Amériques (16 747 euros).

Par communautés autonomes, le panorama n’a pas changé par rapport aux autres années : le Pays basque (31 063,68 euros par an et par travailleur), Madrid (29 512,58 euros) et la Navarre (28 459,3 euros) continuent d’enregistrer les salaires les plus élevés en 2021, tandis que l’Estrémadure (21 393 euros) et les îles Canaries (22 466,2 euros) présentent les salaires les plus bas.

Auteur/autrice