Fedea prévoit que la Catalogne sera la région qui paiera le plus d’intérêts sur sa dette, jusqu’à 2,412 milliards en 2026.

Elle prévient que les dépenses régionales en intérêts passeront de 3 608 millions en 2022 à 8 659 millions en 2026.

MADRID, 14 août (CALPA PARIS) –

La Fundación de Estudios de Economía Aplicada (Fedea) a présenté lundi un rapport dans lequel elle estime que la Catalogne sera la communauté autonome qui connaîtra la plus forte augmentation des dépenses d’intérêts liées à la dette publique au cours des trois prochaines années, en payant jusqu’à 2 412 millions d’euros en 2026.

Ceci apparaît dans le rapport intitulé « Estimation des dépenses futures en intérêts de la dette publique des communautés autonomes », recueilli par Europa Press, où l’on s’attend à ce que la Catalogne ait une variation de 1.383 millions d’euros en dépenses d’intérêts entre 2022 et 2026.

En termes de variation des dépenses d’intérêts entre 2022 et 2026, la Communauté de Valence est la deuxième communauté, avec 985 millions d’euros. Elle est suivie par l’Andalousie (633 millions), Madrid (343), Castille-La Manche (270), Castille et Léon (223), Murcie (219), Galice (204), Aragon (152), Baléares (141), Canaries (113), Pays basque (104), Estrémadure (92), Asturies (72), Cantabrie (56) et Navarre (30).

Pour réaliser cette estimation, Fedea a pris comme référence les prévisions de croissance du PIB nominal et les objectifs de référence pour le déficit public des régions autonomes contenus dans la mise à jour du programme de stabilité, la maturité moyenne et les échéances de la dette publique actuellement en cours, ainsi que les taux d’intérêt en vigueur depuis 2014.

UN TAUX D’INTÉRÊT DE 2,6 %.

Alors que sur la période 2014-2021, le taux d’intérêt moyen de la dette publique analysée a été de 0,529 %, il dépasse actuellement 3 %. En ce sens, les estimations de l’écart entre le taux d’intérêt de la dette émise au cours des années précédentes et le taux d’intérêt auquel elle est actuellement émise s’élèvent à 2,6 %.

A lire aussi  La part des jeunes sur le marché de l'immobilier diminue depuis un an en raison des prix et des taux élevés

Ainsi, si les régions autonomes n’émettaient de la dette que pour faire face aux échéances de la dette actuellement en circulation, les dépenses régionales en intérêts passeraient de 3 608 millions d’euros en 2022 à 8 659 millions d’euros en 2026. Il s’agit de multiplier par 2,2 les ressources actuellement consacrées à la prise en charge des frais financiers de la dette publique de la région autonome.

Auteur/autrice