La Chine clôt l’enquête sur Ant Group en imposant une amende de 904 millions d’euros

MADRID, 7 juil. (CALPA PARIS) –

La Banque populaire de Chine (PBOC) a imposé une amende de 7,123 milliards de yuans (904 millions d’euros) à Ant Group, la société de services financiers mère d’Alipay, mettant fin à près de trois ans d’une enquête qui avait alors contrarié l’introduction en bourse de la société fondée par Jack Ma, prévue pour novembre 2020.

L’amende, la plus importante jamais imposée par les autorités chinoises à une société internet, sanctionne les violations par Ant Group et ses filiales des lois et règlements sur la gouvernance d’entreprise, la protection financière des consommateurs, les activités de paiement et de règlement et le respect des obligations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, ont indiqué la banque centrale chinoise et la Commission chinoise de régulation des valeurs mobilières (CSRC).

À cet égard, l’institution a rappelé que « depuis novembre 2020″, dans la perspective de renforcer la supervision conformément à la loi et de prévenir efficacement les risques, le département de la gestion financière a supervisé et guidé Ant Group, Tencent Group et d’autres grandes plateformes pour rectifier de manière exhaustive les violations des lois et règlements dans les activités financières. »

« À l’heure actuelle, la plupart des problèmes en suspens dans les activités financières des sociétés de plateforme ont été résolus », a déclaré la Banque populaire de Chine, ajoutant qu’à partir de maintenant, l’accent est passé de la promotion de la rectification centralisée des activités financières des sociétés de plateforme « à la supervision standardisée ».

Outre l’amende record imposée à Ant Group, les autorités financières chinoises ont imposé des sanctions administratives à Postal Savings Bank, Ping An Bank, PICC Property Insurance et Tenpay.

A lire aussi  Le FMI et le CSF mettent en garde contre la capacité des crypto-actifs à menacer la stabilité financière mondiale

Les problèmes réglementaires ont fait capoter à la dernière minute les débuts d’Ant Group sur les bourses de Shanghai et de Hong Kong, prévus pour début novembre 2020, dans ce qui devait être la plus grande introduction en bourse de l’histoire, avec une levée de fonds de près de 35 milliards d’euros.

Des mois plus tard, la BPC a indiqué qu’Ant Group pourrait reprendre ses projets d’introduction en bourse une fois que la fintech aurait résolu ses problèmes.

En mars dernier, l’entrepreneur chinois Jack Ma, fondateur de la plateforme de commerce électronique Alibaba et d’Ant Group, a fait sa réapparition publique en Chine plus d’un an après sa dernière apparition, après que l’entrepreneur ait disparu de la vie publique fin 2020 à la suite de son conflit avec les autorités financières chinoises qui ont finalement fait échouer l’introduction en bourse de sa fintech Ant Group.

Selon plusieurs médias, la réapparition de Jack Ma servirait à envoyer un message au secteur privé chinois sur une position plus souple de la part de Pékin dans le but de dynamiser un secteur qui contribuerait à réactiver la croissance de l’économie chinoise.

Jack Ma, jusqu’alors l’une des personnalités les plus populaires du géant asiatique, a brusquement disparu de la scène publique en novembre 2020, quelques jours avant l’introduction en bourse ratée d’Ant Group, après avoir ouvertement critiqué le gouvernement en affirmant que le système financier du géant asiatique était géré « comme un prêteur sur gages ».

Auteur/autrice

A lire aussi  M. Sánchez promet d'allonger la durée des prêts hypothécaires jusqu'à 7 ans pour les familles dont les revenus sont inférieurs ou égaux à 37 800 euros.