La Commission européenne déclare que l’Europe abordera l’hiver prochain « en ayant fait ses devoirs » en matière d’énergie

MADRID, le 26 mai (CALPA PARIS) –

L’Union européenne aborde l’arrivée de l’hiver prochain « aussi bien préparée que possible », selon la directrice générale de l’énergie de la Commission européenne, Ditte Juul Joergensen, malgré la persistance de la crise énergétique aggravée par l’invasion russe de l’Ukraine, ainsi que le risque d’autres facteurs échappant au contrôle de l’Europe, comme la reprise attendue de la demande chinoise.

« Nous sommes aussi préparés que possible. En ce qui concerne l’hiver à venir et les suivants », a assuré la fonctionnaire européenne dans son discours lors d’un événement organisé par le Forum de la nouvelle économie. « Nous avons fait tous nos devoirs », a-t-elle résumé.

En ce sens, Mme Joergensen a souligné que l’UE disposait désormais des outils nécessaires pour mieux affronter la crise et des infrastructures nécessaires pour importer le GNL dont elle a besoin, ainsi que d’un niveau très élevé de carburant stocké à ce stade.

« Nous allons aborder l’hiver prochain pleins de gaz et avec des niveaux beaucoup plus élevés d’énergies renouvelables dans notre système », a-t-il déclaré, ajoutant que les investissements réalisés contribueront à nous rendre plus sûrs et plus efficaces sur le plan énergétique, y compris le mécanisme d’achats conjoints de gaz qui donne à l’UE une position beaucoup plus compétitive sur le marché.

Toutefois, elle a souligné que l’Europe se trouve toujours au cœur d’une crise énergétique dans laquelle les problèmes de l’année dernière subsistent, et elle a exhorté l’UE à continuer à économiser l’énergie et à être plus efficace dans sa consommation.

Il a également averti que d’autres facteurs échappent au contrôle de l’Europe, tels que l’évolution de la demande chinoise, qui devrait augmenter fortement après la réouverture à la fin des restrictions de la Covid-19, bien qu’une augmentation significative n’ait pas encore été enregistrée, ainsi que le risque pour les infrastructures critiques.

A lire aussi  Wilko finalise des milliers de licenciements et de fermetures de magasins après avoir échoué à trouver un repreneur pour la chaîne

« Nous sommes aussi préparés que possible, mais nous allons continuer à être vigilants et à utiliser avec précaution l’énergie dont nous disposons et à accélérer le déploiement des énergies renouvelables pour rester dans une position sûre », a-t-il ajouté.

RÉFORME DU MARCHÉ DE L’ÉLECTRICITÉ.

D’autre part, le fonctionnaire européen a souligné la nécessité d’apporter « quelques ajustements » à la conception du marché européen de l’électricité, en insistant sur l’importance de combiner la certitude pour les investisseurs et la protection des consommateurs contre la volatilité des prix.

« Nous avons une très bonne conception du marché, mais la conception actuelle a peut-être besoin de quelques ajustements », a-t-il déclaré, faisant référence à la forte volatilité des prix provoquée l’année dernière par la crise du gaz, ainsi qu’à l’impact de certaines mesures à court terme introduites au niveau national qui pourraient remettre en question le fonctionnement du marché et créer des incertitudes.

M. Joergensen estime donc qu’il est nécessaire d’apporter une réponse plus commune aux défis visant à protéger les consommateurs contre les augmentations de prix volatiles à court terme et à créer une certaine certitude pour les investisseurs.

« Ce que nous voulons, c’est créer un marché plus prévisible, plus stable, où les prix sont plus stables », a-t-il déclaré, en faisant référence aux fournisseurs qui savent qu’ils obtiendront le bon rendement afin de pouvoir continuer à investir et accéder au capital dont ils ont besoin, mais aussi en favorisant les consommateurs, y compris les consommateurs industriels, afin qu’ils puissent avoir une certaine prévisibilité quant au coût de leur énergie.

A lire aussi  Selon la BCE, les banques de la zone euro résisteraient au test le plus difficile avec un capital de 10,4 %.

Il a également indiqué que d’autres éléments ont été suggérés et devraient être inclus dans la conception du marché de l’électricité afin d’encourager les énergies renouvelables et d’aborder sa complexité, étant donné qu’il s’agit d’un approvisionnement quelque peu intermittent, ainsi qu’en ce qui concerne l’utilisation et la consommation de gaz, qui a beaucoup diminué grâce aux mesures adoptées, mais aussi parce que les prix étaient très élevés.

« Maintenant que les prix ont baissé, il y a un risque que la demande de gaz augmente à nouveau dans ce contexte et nous devons nous assurer que nous avons le bon cadre pour que les consommateurs se tournent vers les énergies renouvelables et pas tellement vers le gaz », a-t-il soutenu.

A cet égard, le Danois a rappelé que l’introduction d’un plafond de revenus était une mesure nécessaire pendant la crise parce que les prix étaient trop élevés et que les ménages et les entreprises souffraient beaucoup.

« Nous sommes en train d’analyser s’il est nécessaire de maintenir ces mesures en place ou non. La situation des prix est aujourd’hui très différente de ce qu’elle était l’année dernière », a-t-il déclaré, ajoutant que les changements suggérés dans la conception du marché de l’électricité visent à offrir des solutions plus structurelles.

« Nous allons analyser cette question dans ce contexte et nous allons faire une proposition dans les mois à venir pour savoir s’il vaut vraiment la peine de maintenir cette mesure ou si la réponse plus structurelle dans la conception du marché de l’électricité est la plus appropriée », a-t-il conclu.

ASPECTS DISCRIMINATOIRES DES SUBVENTIONS AMÉRICAINES

Le directeur général de l’énergie de la Commission européenne a également souligné l’importance de la conception du marché de l’électricité pour attirer les investisseurs en Europe, en particulier dans le secteur des énergies renouvelables, ainsi que la nécessité d’accélérer les procédures d’autorisation et de réduire les goulets d’étranglement.

A lire aussi  Les prix du gaz dépendent du retour de l'usine norvégienne pour la stabilité et de l'espoir que l'Asie "n'augmente pas la demande".

« L’aspect le plus important est de s’assurer que nous avons un climat d’investissement stable, car si nous créons de l’incertitude quant à la direction que nous prenons, en termes de cadre juridique, cela fera fuir les investisseurs », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, en ce qui concerne la législation adoptée aux États-Unis, le Danois considère comme une bonne nouvelle le fait que la première économie mondiale investisse dans la transition verte et qu’elle s’implique dans la lutte contre le changement climatique.

Dans ce sens, elle a souligné que les investissements qui sont actuellement réalisés aux États-Unis permettront de réduire les coûts et d’innover, ce qui est positif en soi et très similaire à ce que fait l’UE avec le « Green Deal ».

« La grande différence entre ce que font les États-Unis et ce que nous faisons, c’est que les États-Unis ont mis en place certaines exigences nationales », a-t-elle déclaré. « Certains aspects de cette loi sont discriminatoires et c’est un problème », a-t-elle ajouté.

Sur la base de ces différences, elle a donc souligné la nécessité de poursuivre le dialogue avec les États-Unis pour tenter de résoudre ce problème et de garantir des conditions de concurrence équitables pour tous les acteurs. « Nous travaillons avec eux pour essayer d’aborder ces points et nous espérons qu’il sera possible de le faire », a-t-il ajouté.

Auteur/autrice