La Cour européenne confirme que le logo Nike est différent du logo « Mó » après un recours de Multiópticas

BRUXELLES, 12 juil. (CALPA PARIS) –

La Cour générale de justice de l’Union européenne (CJUE) a rejeté mercredi le recours introduit par Multiópticas contre le logo de la ligne de lunettes de Nike au motif qu’il présentait des similitudes avec celui de « Mó ».

En 2020, Multiópticas s’est opposée à l’enregistrement de la marque de Nike sur la base des marques précédemment enregistrées pour les mêmes services, mais un an plus tard, l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) a rejeté l’opposition au motif que les signes opposés n’étaient pas similaires.

Multiópticas a alors fait appel de cette décision devant le Tribunal – première instance de la CJUE – qui, dans son arrêt de mercredi, a rejeté l’appel et confirmé la décision de l’EUIPO, qui avait déterminé que les signes opposés n’avaient aucun élément en commun et qu’ils étaient différents au niveau graphique et phonétique, puisque la marque de la société américaine, qui est purement figurative, ne peut pas être prononcée. Il a également considéré qu’il était impossible de comparer les signes sur le plan conceptuel, car ils ne lient aucun concept clair.

Le Tribunal considère que, sur le plan visuel, la marque de la société américaine se caractérise par la juxtaposition de deux formes géométriques noires – un carré au sommet arrondi et un cercle de base à sa droite, tous deux colorés en noir – et confirme la conclusion de l’EUIPO selon laquelle, étant donné qu’aucun contour clair ne peut être perçu comme des lettres, la marque de Nike Innovate est purement figurative. Par conséquent, le public concerné n’associera pas la combinaison des formes géométriques de base qui composent cette marque à une quelconque combinaison de lettres, mais la percevra comme un élément figuratif imaginé, dépourvu de tout élément verbal.

A lire aussi  Aldea Energy installe une communauté solaire dans le parc d'activités de Campollano (Albacete).

En revanche, dans toutes les marques antérieures de Multiópticas, il y a clairement des éléments verbaux : la lettre « m » juxtaposée à la lettre « o » avec un accent, qui seront immédiatement perçus par le public pertinent comme des éléments verbaux.

Le Tribunal considère que, puisque le public pertinent ne reconnaîtrait pas les lettres « n » et « o » dans la marque de la société américaine, il ne la décrirait pas en prononçant ces lettres, de sorte qu’il n’est pas pertinent de comparer les signes sur le plan phonétique. Par conséquent, la Cour européenne considère que l’EUIPO a eu raison de confirmer que les signes en conflit n’étaient pas similaires.

En outre, compte tenu de cette différence, le Tribunal relève que le motif de refus d’enregistrement fondé sur un avantage déloyal potentiel tiré du caractère distinctif ou de la renommée de la marque antérieure ou sur le préjudice potentiel qui pourrait être causé à ce caractère distinctif ou à cette renommée ne peut entrer en jeu.

Auteur/autrice