L’Association européenne des pilotes (ECA) soutient Sepla dans la défense du droit de grève

MADRID, le 26 mai (CALPA PARIS) –

Le Syndicat espagnol des pilotes de ligne (Sepla) a reçu le soutien de la communauté européenne des pilotes dans sa défense du droit de grève. L’Association européenne des pilotes (ECA) considère que les services minimums imposés par le gouvernement espagnol « violent la liberté d’association ».

Cette association européenne, qui regroupe plus de 40 000 pilotes à travers le continent, a publié une déclaration selon laquelle les services minimums imposés par le gouvernement espagnol sont contraires aux droits de la liberté d’association et aux conventions internationales de l’Organisation internationale du travail (OIT), que l’Espagne a signées et qu’elle s’est engagée à respecter et à mettre en œuvre.

L’ECA a accueilli « avec stupeur » l’imposition par le gouvernement espagnol de « services minimums qui contraignent plus de 90% des vols réguliers » et qui « obligent à transporter 98% des passagers ».

Pour l’association européenne, ces services minimums ont déjà été déclarés abusifs jusqu’à 15 fois par les tribunaux, donc si le gouvernement continue d’insister pour imposer ces niveaux de services minimums « ce serait une preuve de mauvaise foi hautement condamnable ».

L’association européenne souligne que l’OIT indique clairement que « le transport aérien ne peut être considéré comme un service essentiel au sens strict » et que « le seul critère admis pour le limiter est l’existence d’une menace évidente pour la vie, la sécurité ou la santé ».

C’est pourquoi l’ECA demande au gouvernement espagnol de se conformer aux obligations internationales en matière de travail et de revoir l’application des services minimums « afin de ne pas interférer avec les négociations collectives entre les pilotes et la compagnie ».

A lire aussi  Le gouvernement souligne la nature stratégique de Telefónica et évite de parler d'une éventuelle entrée de SEPI.

Auteur/autrice