Le CEOE et les syndicats appellent au respect du dialogue social en cas de changement de gouvernement


777424.1.260.149.20230612210911


Archive – (de gauche à droite) Le président de la CEOE, Antonio Garamendi, et les secrétaires généraux des CCOO et de l’UGT et des CCOO, Unai Sordo et Pepe Álvarez – A. Pérez Meca – Europa Press – Archive

MADRID, 12 juin (CALPA PARIS) –

Les employeurs et les syndicats espagnols ont demandé que les accords conclus dans le cadre du dialogue social au cours des dernières années soient respectés en cas de changement de gouvernement en Espagne après les prochaines élections du 23 juillet.

Pour le président de la CEOE, Antonio Garamendi, ainsi que pour le secrétaire général de Comisiones Obreras, Unai Sordo, et le secrétaire général de l’UGT, Pepe Álvarez, les pactes bilatéraux et tripartites conclus au cours de cette législature sont une garantie de paix sociale, c’est pourquoi ils doivent être préservés à long terme car ils font partie du mandat constitutionnel des partenaires sociaux et répondent aux intérêts de la société.

« Les pactes sont destinés à être stables dans le temps et doivent durer jusqu’à la fin. Nous demanderons le respect et nous les défendrons. Ce qui est signé est signé », a déclaré M. Garamendi lors de son intervention à la table ronde conjointe organisée par Cinco Días dans le cadre d’une conférence à l’occasion de son 45e anniversaire.

L’ESPAGNE, UN PAYS DE CONFIANCE

La consolidation de ce processus de dialogue social au cours des dernières années fera de l’Espagne un pays dans lequel on peut avoir « une grande confiance », selon les termes du dirigeant de l’UGT, car il jouit d’une stabilité à la fois juridique et sociale.

A lire aussi  M. Sánchez promet 700 000 emplois "verts", davantage d'engagements en matière de climat et une réforme du marché de l'électricité.

Ainsi, selon lui, quiconque veut agir en dehors de ce contexte doit l’expliquer, car l’opinion publique « ne peut pas être menée en bateau ». Unai Sordo s’est également exprimé dans ce sens, estimant qu’il est « totalement absurde » de ne pas compter sur les syndicats dans un hypothétique gouvernement auquel participerait l’ultra-droite, comme c’est le cas, selon lui, en Castille et Léon.

« Si l’extrême droite entre au gouvernement, il y aura sans aucun doute une offensive syndicale. Je crains pour le titre préliminaire de la Constitution. L’irruption ou l’importance excessive de l’ultra-droite et du populisme d’extrême droite est un risque pour notre pays », a-t-il déclaré.

Ainsi, les organisations syndicales et patronales ont encouragé à ne pas quitter ce cadre de dialogue social. Selon M. Garamendi, bien qu’il y ait « beaucoup de poils dans le siège du chat », un pacte « va beaucoup plus loin » que quelque chose qui n’a pas été convenu et, ces dernières années, d’importants accords ont été conclus qui donnent de la tranquillité d’esprit et de la stabilité aux citoyens et aux entreprises. « Le dialogue social s’articule et fonctionne en Espagne », a-t-il déclaré.

« Le dialogue social est une formule de compromis qui nous permet d’avancer moins que ce que nous voulons ou pouvons tous faire, mais avec beaucoup plus de fermeté », a déclaré Pepe Álvarez.

Auteur/autrice