Le Congrès valide le dernier décret anti-crise sans aucune voix contre et avec l’abstention de Vox et Cs.

La loi prolonge les aides qui ont expiré en juin, inclut des mesures de soutien à La Palma et élimine la prolongation automatique des loyers.

MADRID, 26 juil. (CALPA PARIS) –

La Députation permanente du Congrès des députés a validé ce mercredi le décret d’aide à la crise de guerre en Ukraine sans aucun vote contre et avec l’abstention de Vox et Ciudadanos.

Plus précisément, le décret « omnibus » a reçu 53 votes en faveur du PSOE, PP, Unidas Podemos, PNV, ERC, Coalición Canaria, PRC et Compromís.

L’objectif principal du décret est de prolonger certaines des mesures destinées à faire face aux conséquences économiques de la guerre en Ukraine qui ont expiré le 30 juin, telles que les rabais de TVA sur les denrées alimentaires et les aides aux transports publics.

Mais il inclut aussi la transposition de plusieurs directives européennes, introduit des limitations sur les VTC et interdit les licenciements pour coûts énergétiques. Il supprime également certaines mesures établies dans les précédents paquets anti-crise. C’est le cas de la possibilité de prolonger automatiquement la location pour six mois aux mêmes conditions que le contrat en vigueur jusqu’alors.

Au total, il s’agit d’un texte qui mobilise 3,8 milliards d’euros supplémentaires, bien que l’impact total – en tenant compte de l’ensemble des aides, avec les réductions fiscales et les subventions – soit de 8,9 milliards d’euros dans la deuxième partie de l’année.

BOLAÑOS DÉFEND LA GESTION DU GOUVERNEMENT

Félix Bolaños, ministre par intérim de la Présidence, des relations avec la justice et de la mémoire démocratique, était chargé de défendre le décret, avec le soutien de la ministre des Finances et de la fonction publique, María Jesús Montero.

A lire aussi  27 pays donnent leur feu vert à l'accord de l'OMC sur l'interdiction des aides à la pêche illégale et non réglementée

M. Bolaños a basé son discours sur une ventilation générique des différentes aides et mesures incluses dans ce décret « omnibus », allant de l’extension des remises sur le transport et l’alimentation, aux incitations fiscales pour l’achat de véhicules électriques, à la transposition des directives européennes sur les fusions d’entreprises et le droit à l’oubli dans les cas de cancer, entre autres.

Le ministre n’a pas manqué l’occasion de lancer une « fléchette » au PP et de rappeler que le paquet comprend également des propositions axées sur le logement, compte tenu de la non-application de la récente loi sur le logement dans de nombreuses communautés autonomes gouvernées par les « populares ».

À son tour de parole, M. Bolaños a également passé en revue certains indicateurs et prévisions macroéconomiques. Il a notamment souligné que l’Espagne a déjà retrouvé le niveau de produit intérieur brut (PIB) d’avant la pandémie et qu’elle est le deuxième pays d’Europe où l’inflation est la plus faible, à savoir 1,6 % en termes harmonisés, a indiqué le ministre.

PP ET VOX DÉNONCENT L’ABUS DU DÉCRET

La députée socialiste Montse Mínguez a appuyé les déclarations du ministre et a défendu ce décret-loi ainsi que les politiques déployées par le gouvernement de coalition en matière de logement, d’énergie et d’emploi.

« Aujourd’hui, il y a plus d’emplois et de meilleure qualité, aujourd’hui il y a 21 millions de personnes affiliées à la sécurité sociale », a souligné Mme Mínguez, qui a ensuite fait l’éloge de la récente amélioration des prévisions macroéconomiques de l’Espagne établies par le FMI.

De même, il a démantelé certaines des prévisions faites par l’opposition tout au long de la législature, en particulier par le PP. À cet égard, il a souligné l’augmentation du nombre de travailleurs indépendants, jusqu’à 65 000 de plus, et la réduction de la facture d’électricité grâce à l’exception ibérique.

A lire aussi  Le coût de l'heure travaillée a augmenté de 4,3 % au cours de l'année qui s'est achevée en mars, soit la plus forte hausse depuis Covid.

En ce qui concerne Vox, le secrétaire général de son groupe, José María Figaredo, est intervenu en qualifiant le paquet d’aide à la reconstruction de l’île de La Palma de « palliatif ».

En outre, il a critiqué le fait que l’aide déployée pour les conséquences économiques de la guerre en Ukraine représente à peine 40 des plus de 200 pages incluses dans ce décret. C’est une véritable honte », a dénoncé M. Figaredo, « le détournement des institutions ».

C’est pourquoi le député a déclaré que Vox ne pouvait pas soutenir le décret, mais il a également reconnu qu’étant donné qu’il comprenait une aide économique bénéfique pour les citoyens, il ne pouvait pas non plus voter contre.

Jaime de Olano, du PP, s’est également élevé contre l’utilisation abusive des décrets au sein du pouvoir législatif. Comme d’autres députés, il a dénoncé les différentes initiatives incluses dans ce dernier paquet législatif, tout en reconnaissant que son groupe voterait en faveur de l’inclusion d’aides économiques telles que la réduction de la TVA sur les aliments et les transports.

Le député du PP a également dénoncé le fait que la transposition des directives européennes à travers ce règlement « arrive tardivement » et fait même l’objet d’une procédure d’infraction ouverte par l’Union européenne pour cette même raison.

SESSION D’ADIEU À LA CHAMBRE BASSE

Déjà dans le cycle de prise de position, des députés comme José María Mazón Ramos, du PRC, Pablo Echenique, de Unidas Podemos, ou Inés Arrimadas, de Ciudadanos, ont profité de leurs interventions pour faire leurs adieux au Congrès.

De leur côté, María Fernández, de Coalición Canaria, et Maria Josep Picó, de Compromís, ont avancé leur soutien au décret, tandis que le porte-parole du PNV, Mikel Legarda, a critiqué l’utilisation « abusive » du décret-loi tout au long de la législature et l’entrave au débat à la Chambre basse.

A lire aussi  Les prix des logements rebondissent en juillet et augmentent de 4,9 % en glissement annuel, selon Tinsa

Auteur/autrice