Le géant chinois Evergrande dépose son bilan aux États-Unis

MADRID, 18 août (CALPA PARIS) –

Le promoteur immobilier China Evergrande Group s’est placé sous la protection du chapitre 15 de la loi américaine sur les faillites auprès d’un tribunal de New York, selon des documents judiciaires consultés par l’agence de presse Bloomberg.

Précisément, ce chapitre 15 protège les actifs de l’entreprise aux États-Unis tandis que les accords de restructuration sont gérés dans d’autres juridictions.

Les accords internationaux de restructuration de la dette nécessitent parfois le dépôt d’une demande d’inscription au chapitre 15 au cours de la réalisation d’une transaction.

Ainsi, la requête d’Evergrande fait référence à des procédures de restructuration en cours à Hong Kong et aux îles Caïmans.

L’entreprise de construction chinoise s’efforce depuis un certain temps de finaliser un plan de restructuration de la dette en dehors de son pays d’origine. En juillet, elle a reçu l’autorisation du tribunal d’organiser des votes sur l’opération et des réunions sont prévues dans le courant du mois.

UNE DETTE « OFFSHORE » DE PLUS DE 17,7 MILLIARDS D’EUROS

Evergrande a annoncé en mars dernier un plan de restructuration d’une partie de sa dette offshore, qui s’élevait alors à environ 140,284 milliards de yuans (17,702 milliards d’euros).

Le géant chinois de l’immobilier, en proie à des difficultés pour faire face à un passif estimé à 300 milliards de dollars (275,665 milliards d’euros), n’a pas respecté le délai qu’il s’était fixé pour dévoiler son plan de restructuration avant la fin de l’année 2022.

Evergrande a publié en juillet dernier ses comptes en souffrance pour les exercices 2021 et 2022, dans lesquels la société a enregistré des pertes d’un montant global de 581,211 milliards de yuans (73,369 milliards d’euros au taux de change actuel).

A lire aussi  Le bénéfice de Santander au premier semestre a augmenté de 7 % pour atteindre 5 241 millions d'euros.

Plus précisément, le géant chinois de l’immobilier a subi des pertes de 476,095 milliards de yuans (60,161 milliards d’euros) au cours de l’exercice 2021, un « chiffre rouge » qu’il est parvenu à réduire en 2022 à 105,116 milliards de yuans (13,283 milliards d’euros).

Lors de l’exercice 2020, le développeur chinois avait affiché un bénéfice net attribuable de 8,076 milliards de yuans (1,02 milliard d’euros).

La publication des comptes de la société pour les exercices décalés 2021 et 2022 s’inscrit dans le cadre des efforts d’Evergrande pour se réinscrire à la cote, après que la négociation de ses actions a été suspendue en mars 2022.

Les problèmes d’Evergrande ont commencé il y a deux ans, lorsque le groupe chinois a reconnu des difficultés de liquidité et des risques de défaillance.

Le secteur immobilier chinois n’est pas au mieux de sa forme. Country Garden, autrefois le plus grand promoteur immobilier de Chine et contrôlé par la femme la plus riche du géant asiatique, Yang Huiyan, a prévenu il y a quelques jours qu’il s’attendait à enregistrer des pertes comprises entre 45 et 55 milliards de yuans (5 675 et 6 937 millions d’euros) au premier semestre 2023, ce qui a fait plonger le cours de son action à la Bourse de Hong Kong.

Country Garden a attribué ses prévisions de pertes à une baisse de la marge bénéficiaire brute de l’activité immobilière et à une augmentation de la dépréciation des projets immobiliers en raison de la baisse des ventes dans l’industrie immobilière, ainsi qu’à une perte liée aux fluctuations des taux de change.

A lire aussi  Le PSOE souhaite protéger la revalorisation des pensions en fonction de l'IPC dans la Constitution.

Auteur/autrice