Le nouvel impôt sur les grandes fortunes sera payé entre le 1er et le 31 juillet.

Il est complémentaire à l’impôt sur la fortune, de sorte que le montant payé au titre de l’impôt sur la fortune est déduit du montant à payer.

MADRID, 12 juin (CALPA PARIS) –

L’impôt temporaire de solidarité des grandes fortunes sera payé entre le 1er et le 31 juillet, selon l’arrêté publié lundi au Journal officiel de l’État, qui approuve le formulaire de déclaration 718 pour ce nouvel impôt.

De cette façon, le dernier processus réglementaire est achevé pour mettre en œuvre un impôt qui vise à taxer avec un quota supplémentaire le patrimoine des personnes physiques d’un montant supérieur à trois millions d’euros.

Concrètement, l’ordonnance prévoit que l’impôt dû au 31 décembre 2022 sera payé entre le 1er et le 31 juillet de la même année.

Cet impôt est complémentaire à l’impôt sur le patrimoine, qui est payé en totalité par les communautés autonomes. Ainsi, le montant payé au titre de l’ISF est déduit du montant à payer au titre de l’impôt de solidarité sur les grandes fortunes.

Cela évite de payer deux fois l’impôt sur la même richesse et le même concept et, en même temps, le nouvel impôt garantit que toutes les grandes fortunes contribuent au soutien de l’État-providence, selon le ministère des finances.

Avec cet impôt – qui sera prélevé temporairement en 2022 et 2023 pour être collecté en 2023 et 2024 – l’accent est mis sur les actifs dépassant trois millions d’euros afin qu’ils ne puissent pas être exemptés par les primes des gouvernements régionaux dans l’impôt sur le patrimoine, comme c’est le cas, par exemple, dans la Communauté de Madrid.

A lire aussi  DBRS maintient la note de Sabadell à "A (low)".

L’ordonnance, qui reprend les recommandations et les observations formulées par le Conseil d’État, détermine également le lieu et la forme de dépôt de l’impôt, qui se fera par voie électronique, ainsi que les conditions et la procédure de dépôt.

Le taux d’imposition sera de 1,7 % pour les patrimoines compris entre 3 et 5 millions d’euros, de 2,1 % pour les patrimoines compris entre 5 et 10 millions d’euros et de 3,5 % pour les patrimoines supérieurs à 10 millions d’euros.

L’arrêté publié aujourd’hui au BOE permet la mise en œuvre d’un chiffre d’imposition inclus dans un ensemble de mesures fiscales approuvées par le gouvernement l’année dernière pour permettre une répartition  » plus équitable  » des effets économiques de la guerre en Ukraine.

Ainsi, cette mesure fiscale pour les grandes fortunes est complétée par une réduction de l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour les revenus allant jusqu’à 21 000 euros, un montant équivalent au salaire moyen en Espagne, ce qui signifie que cette réduction de l’impôt sur le revenu des personnes physiques bénéficie déjà à la moitié des travailleurs du pays cette année.

« De cette façon, la cohérence de la politique fiscale du gouvernement est maintenue, basée sur un système fiscal plus juste et plus progressif dans lequel ceux qui ont plus contribuent plus et les classes moyennes et laborieuses sont protégées par le renforcement de l’État providence », défend le ministère des Finances dans un communiqué.

POUR LA COMMUNAUTÉ DE MADRID, CET IMPÔT EMPIÈTE SUR LES COMPÉTENCES

En février, le gouvernement de la Communauté de Madrid a déposé un recours devant le Tribunal constitutionnel contre le nouvel impôt de solidarité sur les grandes fortunes, demandant sa suspension préventive.

A lire aussi  Les prix des logements ont augmenté de 5,3 % en août en glissement annuel, selon Tinsa.

Pour le gouvernement régional, cet impôt « empiète sur les compétences fiscales et financières » des communautés autonomes telles qu’elles sont définies dans la Constitution et « va à l’encontre de l’épargne et de l’investissement ».

Pendant la campagne électorale, la présidente en exercice, Isabel Díaz Ayuso, a exprimé son « engagement et sa conviction » que la région autonome parviendrait « bientôt » à éviter l’impôt sur les grandes fortunes, que le gouvernement régional qualifie d' »impôt bis sur le patrimoine ».

Auteur/autrice