Le secteur des snacks et apéritifs clôture l’année 2022 avec une croissance historique de 10,2% malgré l’inflation

MADRID, 4 juin (CALPA PARIS) –

Le secteur des snacks, qui regroupe les entreprises fabriquant des chips, des fruits secs et autres en-cas, a clôturé l’année 2022 avec une augmentation du chiffre d’affaires de 10,23% par rapport à l’année précédente, à 2 755 millions d’euros, ce qui a permis à ce marché de connaître une croissance supérieure à deux chiffres pour la première fois de la dernière décennie dans un contexte marqué par l’inflation.

Dans cette ligne, depuis plus de cinq ans, le marché national des produits de grignotage et des snacks a maintenu une croissance constante entre 5 et 6%, « le résultat de l’innovation et du bon travail du secteur, qui est de plus en plus important dans le tissu économique espagnol », selon la présidente de l’Association des Snacks, Marta Puyuelo, dans une interview avec Europa Press.

Dans le même ordre d’idées, le secteur a enregistré en 2022 une augmentation de 1,31 % en termes de volume, pour atteindre 360 663 tonnes, par rapport aux données obtenues en 2021, lorsque la production a atteint 356 000 tonnes.

De même, c’est de 2018 à 2019 que la tendance à la croissance à deux chiffres a été rompue, car l’année précédant l’épidémie de Covid, le secteur avait déjà connu une hausse de son activité de 6 %, à 2 358,18 millions d’euros.

A l’horizon 2023, le président de la Snacks Association prédit un « bel été », car le tourisme a de « bonnes prévisions » et ce secteur lui est « étroitement » lié.

LA PRODUCTION DE NOIX BAISSE DE 0,3 % EN RAISON DE L’INFLATION

Par catégorie, les fruits à coque, malgré une demande importante dans le secteur des snacks, ont été affectés par l’inflation en réduisant leur volume en 2022 de 0,3% par rapport à l’année précédente, alors que la croissance en valeur s’est élevée à 1,34%.

A lire aussi  Magnon Servicios Energéticos, nouvelle filiale d'Ence spécialisée dans la vente de chaleur industrielle renouvelable

Derrière les fruits à coque, qui représentaient 42% du marché en 2022, se trouvaient les chips, avec 34%, ce qui en faisait le principal moteur du secteur, tandis que les autres snacks – gâteaux, croûtes, fruits secs et autres produits – représentaient les 24% restants.

Plus précisément, les chips ont connu une croissance de 3,5 % en volume et de 17 % en valeur, tandis que les autres snacks ont également maintenu la même tendance, avec des augmentations de 4,75 % en volume et de 12 % en valeur.

Dans le même ordre d’idées, la Snacks Association a expliqué que les chips et les snacks ne sont généralement pas touchés par les crises économiques, « car il s’agit de produits à bas prix pour lesquels le facteur d’impulsion est très important lorsqu’il s’agit de faire un achat ».

AUGMENTATION DE 22% DES COÛTS DE PRODUCTION D’ICI 2022.

La Snacks Association a souligné que le secteur des snacks et en-cas vit une inflation des coûts et non des marges, ce qui entraîne une perte de compétitivité sur ce marché, comme l’a déjà souligné la Fédération des industries agro-alimentaires (FIAB).

L’augmentation moyenne des coûts de production en 2022 dans le secteur des snacks a été de 22% et, dans le cadre de la FIAB, l’association patronale a souligné qu’elle soutenait et encourageait la poursuite des travaux « pour faire partie de la solution en coordination avec les autorités espagnoles ».

Le président de l’Association des snacks a souligné que l’inflation élevée a eu un impact sur tous les maillons de la chaîne, avec des coûts qui n’ont pas été entièrement répercutés sur le consommateur et qui augmenteront en raison du changement climatique.

A lire aussi  Le prix de l'électricité baisse de près de 16% ce dimanche, à 67,79 euros/MWh.

En ce qui concerne la taxe sur le plastique, M. Puyuelo a qualifié de « malheureux » le moment où elle a été mise en place, étant donné que « d’autres pays ont décidé de la retarder ».

LA CONSOMMATION À DOMICILE AUGMENTE

La Snacks Association a souligné que 60 % de la consommation de ses produits a lieu à l’heure du goûter, tout en affirmant que la pandémie n’a influencé ni le profil des consommateurs ni leurs habitudes de consommation.

Cependant, le président de l’organisation a déclaré que parmi les conséquences que Covid a eues sur la population, il y a l’augmentation de la consommation de snacks à la maison, par rapport au comportement observé avant 2020.

Plus précisément, chaque personne consomme 6,43 kilogrammes de snacks par an, un chiffre inférieur à celui de tous les marchés de l’environnement du snacking, a déclaré l’association.

M. Puyuelo a également souligné que parmi les défis à relever par le secteur figurent la décarbonisation, étant donné qu’il s’agit d’un « consommateur intensif de gaz », ainsi que la stimulation, le renforcement et la promotion de sa compétitivité, ce qui implique la transformation numérique et la durabilité.

Enfin, le directeur a expliqué que les espoirs de l’association reposent sur l’UE nouvelle génération, pour laquelle ils attendent un deuxième appel « afin que tous les fonds soient dirigés vers l’industrie des aliments et des boissons ».

Auteur/autrice