Le secteur des taxis reporte la manifestation prévue à Madrid au jeudi 29 juin.

MADRID, 22 juin (CALPA PARIS) –

L’Association nationale des taxis (Antaxi), « dans un esprit constructif », a annulé la manifestation prévue ce jeudi à Madrid et a décidé de la reporter au jeudi 29 juin, à la suite de réunions avec le ministère des Transports.

« Nous avons reçu l’engagement du ministère de présenter un texte qui mette de l’ordre dans la situation et nous pensons que c’est la bonne chose à faire de notre part », a déclaré le président de l’association, Julio Sanz, tout en précisant qu' »il s’agit d’un report et que le secteur retournera dans la rue s’il n’y a pas de texte dans les prochains jours ».

Pour M. Sanz, le plus important à l’heure actuelle est de contribuer de manière responsable à l’obtention d’une réglementation qui protège le secteur et évite la libéralisation totale du transport urbain. Selon lui, c’est une « bonne nouvelle » que le ministère ait fait preuve de volonté politique et d’engagement envers le secteur.

« Depuis le taxi, nous voulons confirmer notre attente que le gouvernement puisse, ces jours-ci, trouver une solution aux questions qui sont sur la table. Par conséquent, nous reportons la manifestation », a-t-il déclaré, après avoir remercié le ministère des Transports pour la réunion qui s’est tenue dans l’après-midi du 21 juin.

Au cours de cette réunion, Antaxi a présenté des informations relatives à la situation actuelle des autorisations de transport urbain et a mis en garde contre les inquiétudes que la situation actuelle entraîne pour le secteur.

Selon eux, l’incertitude dérivée des interprétations possibles de l’arrêt de la CJUE pourrait aggraver la situation à laquelle le secteur est soumis, ainsi que la mobilité des villes.

A lire aussi  Sordo (CCOO) : "Il serait bon pour ce pays de parler d'autres choses que de l'amnistie oui ou de l'amnistie non".

Antaxi affirme que « bien que le Ministère ait fait preuve d’écoute, il n’a pas été en mesure de transmettre une position qui garantisse la stabilité du secteur et évite la libéralisation totale des VTC ».

Selon le président de l’association, « la volonté du ministère est très précieuse et Antaxi souhaite lui rendre la pareille, mais nous comprenons qu’il doit continuer à travailler pour conclure un texte qui donne des garanties et une sécurité juridique aux plus de 100 000 familles dont dépend le secteur ».

Auteur/autrice