Les achats de GNL russe par l’UE ont augmenté de 40 % par rapport aux niveaux d’avant-guerre, selon Global Witness

L’Espagne est le deuxième acheteur de GNL russe, avec 18 %, derrière la Chine, avec 20 %.

MADRID/BRUXELLES, 30 (CALPA PARIS)

Les achats de gaz naturel liquéfié (GNL) de l’Union européenne auprès de la Russie ont augmenté de plus de 40 % entre janvier et juillet par rapport à la même période en 2021, avant l’invasion de l’Ukraine, selon un rapport de l’organisation non gouvernementale Global Witness, qui s’appuie sur des données de Kpler.

Les pays de l’UE auraient dépensé près de 5,3 milliards d’euros pour acheter plus de la moitié du GNL russe au cours des sept premiers mois de 2023, l’Espagne et la Belgique étant les deuxième et troisième plus gros acheteurs au niveau mondial, derrière la Chine.

Au cours des sept premiers mois de 2023, l’Espagne a acheté 18 % des ventes totales de la Russie, et la Belgique 17 %. De son côté, la Chine a acheté 20 %. Au cours de la même période en 2021, l’Espagne s’est classée cinquième et la Belgique septième.

Des sources de la présidence espagnole du Conseil ont déclaré à Europa Press que l’UE  » doit agir de manière unie, comme elle l’a fait jusqu’à présent, et éviter de remplacer d’anciennes dépendances par d’autres tout aussi dangereuses « , tout en soulignant qu' » une limitation des importations de GNL en provenance de Russie n’est possible qu’avec une décision européenne « .

En attendant, ajoutent les mêmes sources, il a été demandé aux opérateurs de ne pas renouveler leurs contrats d’achat de GNL avec la Russie, tandis que les grands opérateurs historiques ont répondu qu’ils n’avaient pas augmenté ou renouvelé leurs accords.

A lire aussi  Le pétrole rebondit de plus de 3 % en raison des tensions au Moyen-Orient

Par conséquent, ces sources estiment que, si tel est le cas, ce qui se passe très probablement, c’est que d’autres négociants ont trouvé pratique de stocker dans l’UE, principalement en Belgique et en Espagne, en raison des caractéristiques favorables de leurs infrastructures de regazéification et de déchargement portuaire.

Entre janvier et juillet 2023, les pays de l’UE ont acheté 22 millions de mètres cubes de GNL, contre 15 millions de mètres cubes au cours de la même période en 2021, soit une augmentation de 40 %, ce qui représente une augmentation beaucoup plus forte que l’augmentation moyenne mondiale des importations de GNL russe, qui s’élève à 6 %.

« Les pays de l’UE achètent désormais la majeure partie de l’offre russe, soutenant l’une des plus importantes sources de revenus du Kremlin », affirme l’ONG, qui estime qu’entre janvier et juillet, l’UE a acheté 52% des exportations russes, contre 49% en 2022 et 39% en 2021.

En se basant sur les prix du GNL russe estimés par le Centre de recherche sur l’air pur et l’énergie à partir des valeurs commerciales au comptant et mensuelles, Global Witness prévoit que les achats de l’UE en 2023 s’élèveront à 5,29 milliards d’euros.

« Acheter du gaz russe a le même impact qu’acheter du pétrole russe. Les deux financent la guerre en Ukraine et chaque euro signifie une nouvelle effusion de sang. Alors que les pays européens condamnent la guerre, ils mettent de l’argent dans les poches de Poutine. Ces pays devraient mettre leurs actes en accord avec leurs paroles en interdisant le commerce du GNL russe qui alimente à la fois la guerre et la crise climatique », déclare Jonathan Noronha-Gant, responsable de la campagne sur les combustibles fossiles à Global Witness.

A lire aussi  L'Ibex 35 termine le mois de septembre avec une baisse de 0,8 %, mais se maintient au-dessus du niveau de 9 400.

Auteur/autrice