Les bénéfices d’Endesa ont augmenté de 76 % pour atteindre 594 millions d’euros en mars, malgré l’impact de la taxe gouvernementale.

Endesa confirme ses objectifs pour 2023

MADRID, 9 (CALPA PARIS)

Endesa a obtenu un bénéfice net de 594 millions d’euros au premier trimestre de l’année, ce qui représente une augmentation de 75,7 % par rapport aux 338 millions d’euros de la même période de l’année précédente, a informé la Commission nationale espagnole du marché des valeurs (CNMV).

Les recettes de la compagnie d’électricité pour la période de janvier à mars se sont élevées à 7 504 millions d’euros, soit 1,2 % de moins que celles obtenues au premier trimestre 2022.

L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) à la fin du mois de mars s’élevait à 1 462 millions d’euros, soit 60 % de plus qu’au cours de la même période l’année dernière.

La société a indiqué que la bonne performance de ses activités de production conventionnelle et renouvelable par rapport au démarrage de 2022 et la normalisation des activités de fourniture d’électricité et de gaz lui ont également permis d’amortir l’impact de la taxe de 1,2 % sur les revenus imposée par le gouvernement aux entreprises énergétiques – que la société a rappelée – et qui a conduit à la reconnaissance de 208 millions d’euros pour Endesa dans ses comptes, ce qui a porté son taux d’imposition effectif au cours du trimestre à 31 %.

Endesa a souligné que la normalisation des conditions du marché, en ce qui concerne la volatilité des prix du gaz observée au cours du premier trimestre de l’année dernière, a conduit à une baisse de 58 % du prix moyen du marché de gros ibérique, à 96 €/MWh. Parallèlement, l’indice espagnol du gaz en gros (PVB) a réduit son prix moyen trimestriel de 47 %, à 52 euros/MWh.

A lire aussi  Des hommes d'affaires et des représentants de la société civile lancent un appel en faveur du corridor méditerranéen par le biais d'une installation à Barcelone

Avec ces résultats, l’entreprise énergétique a également confirmé au cours de ce premier trimestre ses objectifs pour l’ensemble de l’année 2023, qui visent un Ebitda compris entre 4 400 et 4 700 millions d’euros et un bénéfice net ordinaire compris entre 1 400 et 1 500 millions d’euros.

Le PDG d’Endesa, José Bogas, a déclaré que le groupe a entamé l’année 2023 « en profitant de toutes les opportunités qu’un modèle d’entreprise verticalement intégré, ainsi qu’une gestion réussie de multiples variables, nous permettent ».

Cependant, malgré ces « résultats solides », il a prédit « une normalisation des conditions dans ses activités de production conventionnelle et de gaz au cours de l’année, de sorte que nous ne devons pas baisser la garde au cours des prochains mois ».

De même, le ratio de levier dette financière nette/Ebitda du groupe est resté à 2x à la fin mars, le même qu’à la fin 2022, tandis que la dette brute a diminué de 9% grâce à la normalisation des prix du gaz et à la baisse conséquente des exigences de collatéral, s’établissant à 11 591 millions d’euros. Le coût moyen du passif s’est établi à 2,8 % dans un contexte de hausse des taux d’intérêt.

Quant aux investissements du groupe au cours du trimestre, ils ont augmenté de 2% à 409 millions, les énergies renouvelables et le réseau de distribution étant les principaux domaines ciblés.

Ainsi, la production renouvelable du groupe (hydraulique, solaire et éolienne) a augmenté de 32 % par rapport au premier trimestre 2022, ce qui, ajouté à la production nucléaire, a porté à 83 % le volume d’électricité produite sans émissions de gaz à effet de serre dans la péninsule ibérique.

A lire aussi  L'association des employeurs du secteur privé des soins de santé dénonce à la CNMC l'accord entre Sanitas et Generali

9 300 MW RENOUVELABLES.

À cet égard, au cours des douze derniers mois, la compagnie d’électricité a ajouté quelque 900 mégawatts (MW) de nouvelle capacité renouvelable, atteignant 9 300 MW à la fin du mois de mars, soit une augmentation de 10 %. En outre, 100 % des 1 100 MW d’énergie solaire et éolienne qui devraient être connectés d’ici 2023 sont déjà en cours de construction.

En ce qui concerne son portefeuille de clients sur le marché déréglementé, le groupe a clôturé à 6,8 millions de clients pour l’électricité, soit une hausse de 7 %, soutenue par la performance positive du segment domestique. Les ventes aux clients de détail ont augmenté pour atteindre 6,2 térawattheures (TWh), sur un total de 19,5 TWh de ventes aux clients du marché libre de la société.

Ainsi, elle couvre désormais 77 % du volume des ventes aux clients déréglementés à un prix fixe avec des sources de production non émettrices (renouvelables et nucléaires). L’objectif fixé dans le plan stratégique 2023-2025 présenté en novembre dernier était d’atteindre 95 % à la fin de la période.

A VENDU 100% DE SA PROPRE PRODUCTION EN 2023 ET 87% EN 2024 À 65 EUROS.

La compagnie a également indiqué qu’elle a déjà vendu 100% de sa production propre (hydroélectrique, nucléaire et renouvelable au marché) pour 2023 et 87% de celle-ci pour 2024 à un prix de 65 euros/MWh, conformément à la réglementation en vigueur.

Dans le domaine de la mobilité électrique, l’entreprise a clôturé le mois de mars avec un réseau de recharge de 15 350 points, en hausse de 51% sur un an.

A lire aussi  Mapfre gagne 317 millions d'euros jusqu'en juin, soit 6 % de moins en raison de l'activité automobile et du tremblement de terre en Turquie.

En ce qui concerne le gaz, Endesa a déclaré que les volumes sont restés stables à 27 térawattheures (TWh) par rapport à 2022, bien que l’amélioration des conditions du marché lui ait permis de récupérer le niveau de la marge unitaire par rapport au niveau anormalement bas de l’année dernière, s’établissant à 6 €/MWh contre 1 €/MWh au cours du premier trimestre de l’année dernière. Le nombre de clients a augmenté de 6 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 1,8 million.

Auteur/autrice