Les ministres de l’UE s’accordent clairement sur la nécessité d’agir sur les politiques de consommation pour lutter contre le changement climatique

Reynders souligne que l’économie durable est une voie vers la compétitivité et défend la même protection pour les consommateurs en ligne et hors ligne

BILBAO, 24 juil. (CALPA PARIS) –

Les ministres de la consommation de l’UE, réunis ce lundi à Bilbao, ont partagé « un consensus clair et décisif » sur « la nécessité pour les politiques de consommation d’agir contre l’urgence climatique et la lutte contre le changement climatique ».

Lors d’une intervention publique pour annoncer les conclusions de la réunion informelle des ministres de la Consommation de l’UE, le secrétaire général espagnol à la Consommation et aux Jeux, Rafael Escudero, a expliqué qu’à cette fin, ils ont l’intention de prendre  » des mesures législatives et non législatives « , y compris la directive sur la responsabilisation des consommateurs dans la transition écologique qui,  » si tout va bien « , sera approuvée en septembre sous la Présidence espagnole du Conseil de l’Union européenne.

Pour sa part, le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, qui a participé à la conférence de presse, a mis en avant l’économie durable comme « voie vers la compétitivité », et a défendu la même protection pour les consommateurs en ligne et hors ligne.

Rafael Escudero a commencé son intervention en informant que, lors de cette réunion informelle des ministres de la consommation de l’UE, des travaux ont été menés, tout d’abord, sur le nouvel Agenda du consommateur, le cadre européen pour les politiques de consommation approuvé par la Commission en 2020 et dont la période de validité s’étend jusqu’en 2025, ce qui signifie qu’il se trouve maintenant à mi-parcours.

À cet égard, il a indiqué que, lors de la réunion, les ministres ont partagé  » une évaluation positive  » de son développement et ont commencé à ouvrir le débat entre les différents États pour voir quelles seront les prochaines étapes en matière de protection des consommateurs et de promotion d’un modèle de consommation durable à partir de 2025.

En ce qui concerne la deuxième partie de la session, il a expliqué qu’elle se concentrait sur les nouvelles étapes de la consommation durable, qui  » est une priorité  » pour la présidence espagnole et le ministère de la Consommation du gouvernement espagnol.

A lire aussi  Le gouvernement lance Perte VEC II : la fenêtre des piles sera ouverte à partir du 17 juillet

« Nous avons partagé avec les différents États les prochaines mesures législatives et non législatives à prendre dans ce domaine. Nous avons montré un consensus clair, décisif et partagé entre toutes les délégations sur la nécessité d’agir par le biais des politiques de consommation contre l’urgence climatique et la lutte contre le changement climatique », a-t-il déclaré.

À cet égard, il a souligné qu’ils ont travaillé sur certaines propositions qui sont en cours d’approbation, essentiellement trois ». L’une d’entre elles est la directive sur la responsabilisation des consommateurs dans la transition écologique, et il a indiqué qu’ils pensent que,  » si tout va bien, elle pourrait être approuvée sous la présidence espagnole en septembre « .

Les deux autres dossiers législatifs, qu’il a également qualifiés de « très importants », concernent le droit de recours et les « Green Claims ».

« Nous pensons que l’avenir des politiques des consommateurs dans les mois à venir dépendra de l’approbation de ces dossiers législatifs, et nous avons partagé et fait des progrès considérables pour parvenir à un consensus entre les différents États sur cette question », a-t-il déclaré.

COMMISSAIRE EUROPÉEN

Après avoir remercié la Présidence espagnole et M. Escudero pour l’organisation de cette réunion, M. Reynders a indiqué que cette réunion a permis aux ministres de la consommation et aux autorités de se rencontrer pour discuter de l’Agenda du consommateur présenté en 2020, dans lequel on travaille sur la transformation numérique et verte, et dans lequel « des progrès ont été réalisés », tant en ce qui concerne les dossiers législatifs que les dossiers non-législatifs.

Plus précisément, le commissaire a mentionné que, dans le domaine des services financiers, des progrès ont été réalisés en ce qui concerne la directive sur le crédit à la consommation et la commercialisation à distance de services financiers pour aider les consommateurs.

Il a souligné que pendant la pandémie, de plus en plus de prêts ont été accordés sur Internet et a indiqué qu’il était important « d’offrir la même protection aux consommateurs en ligne qu’aux consommateurs hors ligne ».

A lire aussi  Le secteur des taxis se félicite des restrictions imposées par le gouvernement aux VTC "après 12 ans de chaos réglementaire".

Didier Reynders a indiqué qu’il existe différents systèmes de crédit et de paiement qui sont de plus en plus utilisés par les jeunes et que des progrès ont également été réalisés en matière de coopération intellectuelle et de sécurité des produits, « ce qui est très important dans la sphère numérique ».

Le commissaire européen à la Justice a souligné que, grâce à la Présidence espagnole, il a été possible de maintenir la coopération avec les dirigeants latino-américains, mais aussi avec les États-Unis pour traiter différentes questions, telles que la commission chargée de la sécurité des produits aux États-Unis ou la direction chargée des services financiers.

« En fin de compte, nous sommes tous confrontés aux mêmes risques, aux mêmes défis, et nous devons travailler main dans la main. En fin de compte, nous constatons que les différents acteurs de la sphère numérique n’ont pas de frontières », a-t-il déclaré.

Il a également souligné que cette réunion s’est déroulée « avec une vision de l’avenir » et s’est dit impressionné par l’engagement de tous les participants « en faveur de modes de consommation plus durables et d’une économie plus durable ».

Comme il l’a dit, dès le début du mandat de la Commission, le Pacte vert a été mis en route, ce qui « est maintenant quelque chose qui a été pris en compte au niveau mondial ». Dans ce sens, M. Reynders a souligné qu’il y a des débats parmi les politiciens, les entreprises, mais aussi dans la société, sur tout ce qui est fait, et il a assuré qu’ils doivent démontrer qu' » une économie durable est la voie de la compétitivité pour les entreprises « .

« Bien sûr, nous devons également être attentifs aux dimensions sociales de tout ce que nous faisons en termes d’économie durable, à l’avenir, il sera de plus en plus important de travailler en gardant ces questions à l’esprit », a-t-il déclaré.

Le commissaire européen a défendu le fait qu’il reste encore de nombreux dossiers à clôturer sous la Présidence espagnole et, en particulier, il a fait référence à la question de la responsabilisation des consommateurs dans la transition et au droit à la réparation comme  » une partie importante de l’économie circulaire « , un domaine dans lequel, comme il l’a indiqué, ils veulent progresser et continueront à travailler, non seulement à travers des propositions législatives, mais aussi à travers des propositions non législatives, telles que des engagements de consommation durable,  » demandant aux entreprises d’aller au-delà de ce qui est exigé d’elles par la législation « .

A lire aussi  Les ventes de logements accélèrent leur chute en avril à 8,1 % et atteignent leur niveau le plus bas depuis deux ans

Didier Reynders a estimé que si tout cela se fait avec la Présidence espagnole et que de nouveaux textes législatifs sont présentés, il y a quelque chose qui est « tout aussi important » et qui est « d’exécuter et de mettre en œuvre ces législations correctement », en travaillant avec le réseau CPC (Réseau européen de coopération pour la protection des consommateurs) et avec les réseaux d’organisations de protection des consommateurs.

Enfin, il a souligné l’importance d’organiser des réunions comme celle de Bilbao car, selon lui, « il est utile » de se réunir deux fois par an pour partager des points de vue et analyser les défis auxquels ils sont confrontés et la manière de les relever.

« Nous sommes certains que dans les cinq prochaines années, nous devrons continuer à travailler sur la transition numérique, sur la transition verte – nous l’avons vu cet été -, nous avons dû faire face à de graves conditions climatiques, et nous avons également besoin de l’engagement des politiques de consommation pour faire face à ces phénomènes », a-t-il conclu.

La réunion informelle de Bilbao se poursuivra ce mardi et se concentrera sur l’industrie et le commerce intérieur. Le ministre de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme, Héctor Gómez, et le secrétaire d’État à l’Union européenne, Pascual Navarro, participeront à cette réunion.

Auteur/autrice