Les transports publics revendiquent leur rôle durable à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement

MADRID, 5 juin (CALPA PARIS) –

Les secteurs du transport ferroviaire et du transport par autobus ont souligné l’importance du transport public pour réduire l’empreinte carbone à l’occasion de la célébration, ce lundi 5 juin, de la Journée mondiale de l’environnement par l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Renfe a rappelé qu’en 2022, elle a réduit son empreinte carbone pour chaque unité transportée de 89 % par rapport à celle existant en 1990, un record jusqu’à 20 et 30 fois inférieur aux émissions des concurrents dits directs tels que le transport aérien et routier.

La circulation quotidienne de tous ses trains permet d’éviter l’émission de 5,7 millions de tonnes de CO2 par an et d’économiser 1,1 million de tonnes d’équivalent pétrole, l’objectif étant désormais d’atteindre zéro émission de carbone d’ici 2050.

Pour sa part, la Confédération espagnole du transport par autobus (Confebús) a souligné que l’utilisation des autobus réduit les émissions de gaz à effet de serre, tels que le dioxyde de carbone, l’oxyde d’azote et les particules, en permettant de transporter un plus grand nombre de personnes, en réduisant le nombre de voitures, en améliorant la fluidité des routes et en réduisant les temps de trajet et le stress associé aux embouteillages.

« Dans le secteur, nous nous engageons à prendre soin de notre environnement et nous avons un objectif environnemental clair : que le bus soit reconnu comme une icône de la mobilité durable. Nous continuons à travailler pour une mobilité durable, sûre et connectée, en plaçant l’utilisateur au centre des décisions », a déclaré le président de Confebús, Rafael Barbadillo.

A lire aussi  Deloitte a augmenté son chiffre d'affaires à 60.614 millions d'euros au cours de son exercice fiscal, soit une augmentation de 14,9%.

Auteur/autrice