L’Ibex 35 augmente de 1,98 % en une semaine et regagne 9 500 points après la hausse des taux de la BCE.

MADRID, 15 sept. (CALPA PARIS) –

L’Ibex 35 a terminé la semaine avec une hausse de 1,98 %, ce qui lui a permis de retrouver la barre des 9 500 points – il a clôturé à 9 549,7 points – qu’il avait perdue il y a quinze jours après la dixième hausse consécutive des taux d’intérêt de la Banque centrale européenne (BCE), qui a augmenté hier ses taux d’un quart de point, à 4,5 %.

Selon l’expert de XTB Dario Garcia, les indices boursiers ont augmenté en pariant sur l’effet le plus court, selon lequel le taux terminal s’établirait à 4,25% (entre 4,5% du taux de refinancement et 4% du taux de dépôt), après avoir interprété les propos de la présidente de la BCE Christine Lagarde, selon lesquels cette hausse serait la dernière du cycle actuel, même en révisant à la baisse la croissance de l’économie européenne et en révisant à la hausse les attentes en matière d’inflation.

La semaine a également vu les données inflationnistes américaines pour le mois d’août, sur lesquelles la Réserve fédérale (Fed) se concentrera lors de sa réunion prévue la semaine prochaine.

Le taux d’inflation américain en glissement annuel en août a accéléré sa hausse à 3,7 % contre 3,2 % le mois précédent, un nouveau rebond pour le deuxième mois consécutif, bien que le taux d’inflation de base, qui exclut l’impact des prix volatils de l’alimentation et de l’énergie, ait atteint 4,3 %, soit quatre dixièmes de point de moins qu’en juillet.

De même, la confiance des investisseurs (indice ZEW) en Allemagne en septembre s’est améliorée plus que prévu, bien que dans la zone euro elle se soit détériorée plus que ne le prévoyaient les analystes ; dans les deux cas, elle est restée en territoire négatif.

A lire aussi  Fitch maintient la note de Lar España à "BBB".

Dans ce contexte, au sein de l’Ibex 35, l’action qui a enregistré la meilleure performance hebdomadaire est Grifols (+8,9 %) après l’approbation par le Parlement européen d’une loi visant à indemniser les dons de plasma, a souligné M. García. Après Grifols, les plus fortes hausses ont été enregistrées par Rovi (+6,6 %), Solaria (+6,6 %), Indra (+4,66 %) et, dans une moindre mesure, par BBVA (+3,44 %), Banco Santander (+2,45 %), Repsol (+2,42 %) et Telefónica (+2,37 %).

Inditex a enregistré un gain de 2,55% après avoir informé le marché qu’il a enregistré un bénéfice net record de 2 513 millions d’euros au cours du premier semestre de son exercice fiscal 2023-2024.

D’un autre côté, les composants ayant réalisé la plus mauvaise performance au cours de la semaine sont Aena (-2,53%) ; Logista (-1,58%) et IAG (-1,11%).

Les autres indices européens ont également progressé au cours de la semaine : Francfort a gagné 0,94% ; Paris 1,91% ; Milan 2,35% et Londres 2,74%. En revanche, les indices new-yorkais n’ont progressé que provisoirement d’un demi-point de pourcentage sur la semaine.

Sur le marché des matières premières, le Brent a poursuivi sa hausse grâce aux réductions de l’OPEP+ et à l’impulsion de l’Asie (on a annoncé tôt ce matin que la production industrielle en Chine a accéléré sa croissance en août à 4,5% en glissement annuel, la deuxième plus forte hausse de l’année), de sorte que le brut de référence sur le Vieux Continent a augmenté de 3,5% sur la semaine et s’est approché des 95 dollars le baril, au plus haut depuis novembre.

De son côté, le baril du Texas (WTI) a également progressé de 3,5% sur la semaine et s’est rapproché des 91 dollars le baril, retrouvant des niveaux qui n’avaient pas été atteints depuis juin 2022, lorsque la crise énergétique dérivée de la guerre en Ukraine avait impacté les marchés.

A lire aussi  Le prix de l'électricité augmente de 23,5 % ce lundi pour atteindre 106,72 euros/MWh

Sur le marché de la dette, le rendement de l’obligation espagnole à 10 ans a clôturé à 3,738% après s’être apprécié de près d’un dixième de point au cours de la semaine. La prime de risque (l’écart avec l’obligation allemande) s’est établie à 106,7 points.

Sur le marché des devises, l’euro a perdu 0,2% sur la semaine face au dollar, pour s’établir à 1,068 « billet vert », son plus bas niveau depuis la mi-mars.

L’IBEX AUGMENTE DE 0,01% CE VENDREDI À LA « QUADRUPLE HEURE DE SORCELLERIE ».

L’Ibex a commencé la séance de vendredi en conservant le ton vigoureux de la veille après la hausse des taux de la BCE et a dépassé la barre des 9 600 points, ce qui a ramené le sélectif aux sommets d’il y a six semaines ; cependant, l’indice s’est essoufflé et la « quadruple heure fatale » l’a plongé dans un état de volatilité dans la dernière partie de la séance.

La troisième « quadruple heure fatale » (lorsque les options et les contrats à terme sur les indices et les actions en Europe et aux États-Unis expirent) depuis le début de l’année a entraîné l’indice sélectif dans des pertes, mais au dernier moment, après la vente aux enchères de clôture, il a réussi à échapper aux revers et à terminer la séance avec une hausse d’un centième de pour cent, 0,01%.

D’autre part, la Chine a publié ce vendredi une batterie de données économiques qui donnent des indices sur l’évolution de son économie. D’une part, la production industrielle du pays a augmenté de 4,5% en août, soit huit dixièmes de plus qu’en juillet, tandis que les ventes au détail ont augmenté de plus de deux points pour atteindre 4,6% au huitième mois de l’année. D’autre part, le taux de chômage a baissé en août d’un dixième de point de pourcentage pour atteindre 5,2 %.

A lire aussi  La Russie lève sous conditions l'interdiction d'exporter du diesel

Poursuivant l’agenda macroéconomique, il a été annoncé ce vendredi que l’inflation en France a augmenté de six dixièmes de point à 4,9% en août, tandis que celle de l’Italie s’est contractée de cinq dixièmes à 5,4% au cours du même mois.

Dans ce contexte, ArcelorMittal a été le titre le plus haussier ce vendredi (+1,56%), devant Ferrovial (+1,43%), ACS (+1,43%), Endesa (+1,12%), Rovi (+1,01%), Aena (+0,89%) et Iberdrola (+0,73%).

À l’opposé, Merlin a mené les baisses avec une chute de 3,4%, tandis que Colonial a baissé de 2,88% ; Banco Sabadell, 2,72% ; Logista, 2,51%, et Bankinter, 2,05%.

Les bourses européennes, bien qu’également affectées par la volatilité, ont progressé au cours de la séance : Milan a avancé de 0,08% ; Londres de 0,5% ; Francfort de 0,56% et Paris de 0,96%.

LA SEMAINE PROCHAINE, LA FED ET LA BANQUE D’ANGLETERRE SERONT EN ACTION

Les investisseurs se concentreront la semaine prochaine sur les réunions de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) et de la Banque d’Angleterre (BoE), prévues en milieu de semaine, alors que le taux de prêt à un an de la Chine, l’indice des prix à la production de l’Allemagne et les données sur l’inflation du Royaume-Uni seront également publiés.

Avant cela, le marché verra les données inflationnistes de la zone euro et, à la fin de la semaine, la révision finale du PIB du deuxième trimestre de l’Espagne et les données macroéconomiques (fabrication et services) dans la zone euro, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Auteur/autrice