L’IPC augmente de huit dixièmes de point de pourcentage en avril pour atteindre 4,1% et l’alimentation modère sa croissance à 12,9%.

768022.1.260.149.20230512090040

Évolution de l’IPC en Espagne – EPDATA

Le sucre, le beurre et le lait augmentent de 27,5 % à 49,6 % en un an, l’électricité est 36 % moins chère

MADRID, 12 (CALPA PARIS)

L’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 0,6 % en avril par rapport au mois précédent et a augmenté son taux annuel de huit dixièmes pour atteindre 4,1 %, en raison de la hausse des prix des carburants et d’une baisse moins intense des prix de l’électricité, selon les données définitives publiées ce vendredi par l’Institut national de la statistique (INE), qui coïncident avec celles publiées à la fin du mois dernier.

L’inflation n’a pas augmenté autant en un seul mois depuis mai 2022. Le ministère de l’Économie a attribué la hausse de l’IPC à « l’effet de base » de la comparaison de l’inflation d’avril de cette année avec les premiers mois du déclenchement de la guerre en Ukraine. Malgré la hausse de huit dixièmes de point de pourcentage, le département dirigé par Nadia Calviño a souligné que le chiffre d’avril « est inférieur à la moitié » de celui enregistré un an plus tôt.

Le ministère de l’Économie a souligné que l’Espagne reste l’un des pays où l’inflation est la plus faible de l’Union européenne et a défendu le fait que les mesures adoptées en décembre dernier « continueront à contribuer à amortir l’évolution de l’inflation ».

Pour sa part, l’inflation de base (sans les produits alimentaires non transformés et les produits énergétiques) a chuté de neuf dixièmes en avril, à 6,6 %, la plaçant 2,5 points au-dessus de l’IPC général, son écart le plus faible depuis décembre dernier et son niveau le plus bas depuis novembre 2022.

Le ministère des Affaires économiques a attribué la baisse de l’inflation de base au « fort ralentissement » des prix des denrées alimentaires, qui ont enregistré « la plus forte baisse de la série historique » en un mois. Plus précisément, selon l’INE, les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 12,9 % en glissement annuel en avril, soit 3,6 points de moins qu’en mars et leur plus faible hausse depuis juin 2022.

A lire aussi  L'IPC japonais s'est accéléré en avril, le taux de base étant le plus élevé depuis 1981

Ce comportement a été influencé par la baisse du prix des légumineuses et des légumes et par le fait que les prix de la viande, du pain et des céréales, des huiles et des graisses, et du lait, du fromage et des œufs ont moins augmenté en avril de cette année qu’au cours du même mois en 2022.

En glissement annuel (avril 2023 par rapport au même mois de 2022), les aliments dont les prix ont le plus augmenté sont le sucre (+49,6 %) ; le beurre (+31,2 %) ; le lait entier (+27,7 %) ; le lait écrémé (+27,5%) ; les sauces et condiments (+26,3%) ; les céréales et dérivés (+18,2%) ; les produits laitiers (+17,6%) ; les autres préparations alimentaires (+16,6%) ; les pommes de terre (+16,5%) ; et la viande de porc (+16,1%).

En outre, de nombreux autres produits alimentaires ont enregistré des hausses de prix à deux chiffres d’une année sur l’autre, tels que les eaux minérales, les boissons rafraîchissantes et les jus (+15,9%) ; les œufs (+15,8%) ; les préparations à base de légumes (+13,3%) ; les autres viandes (+12,6%) ; les huiles et graisses (+12,3%) ; les légumes frais (+11,2%) ; les boissons alcoolisées (+10,4%) ; et les crustacés, mollusques, préparations à base de poisson et le café, cacao et infusions, qui ont tous deux augmenté de 10,3%.

Par rapport à avril 2022, ce sont les transports combinés de voyageurs (-47,7%), l’électricité (-36,2%), les autres huiles (-26,7%), le transport de voyageurs par autobus (-25%) et les combustibles liquides (-24,8%) qui ont le plus baissé au cours du quatrième mois de l’année par rapport à l’année précédente, à l’exception des denrées alimentaires, qui ont été à l’origine de la hausse des prix en glissement annuel.

A lire aussi  Nordex creuse ses pertes de 43 % au premier trimestre, mais vend 30,5 % de produits supplémentaires

Selon l’INE, la hausse de l’IPC en glissement annuel à 4,1 % en avril est principalement due au logement, qui a augmenté son taux de glissement annuel de près de cinq points, à -10,8 %, en raison de la moindre intensité de la baisse du prix de l’électricité, et au transport, qui a placé son taux de glissement annuel à 0,6 %, soit près de 5,5 points de plus, en raison de la hausse du carburant pour les véhicules personnels, par rapport à la baisse d’avril 2022, mois au cours duquel le bonus universel de 20 centimes sur le carburant a été appliqué.

En excluant la réduction de la taxe d’accise sur l’électricité et les variations d’autres taxes, l’IPC en glissement annuel a atteint 4,7 % en avril, soit six dixièmes de point de pourcentage de plus que le taux général de 4,1 %. Ceci est reflété dans l’IPC à taxes constantes que l’INE publie également dans le cadre de ces statistiques.

&#13 ;

Outre l’alimentation, le groupe de l’habillement et des chaussures a également modéré son taux en glissement annuel en avril, à 2,2%, car le prix de tous ses composants a augmenté moins cette année qu’en avril 2022.

LES HÔTELS, QUI ONT LE PLUS AUGMENTÉ EN AVRIL EN RAISON DE LA SEMAINE DE PÂQUES

En termes mensuels (avril sur mars), l’IPC a enregistré une hausse de 0,6%, soit deux dixièmes de plus que la hausse de mars (+0,4%) et huit dixièmes de plus que le chiffre d’avril 2022, où les prix avaient baissé de 0,2%.

Cette hausse mensuelle des prix a été influencée par plusieurs facteurs, dont l’augmentation de 7,5 % des vêtements et des chaussures due à la nouvelle saison printemps-été et la hausse des prix des carburants pour les véhicules personnels et les voitures.

De même, la célébration de Pâques a fait augmenter les prix du groupe des hôtels, cafés et restaurants de 1,5% en raison du coût plus élevé des services d’hébergement et de restauration, tandis que le groupe des loisirs et de la culture a augmenté de 1,1% au cours du mois en raison de la hausse des voyages à forfait.

A lire aussi  La plateforme "SOS Rural" manifestera dimanche pour exiger la défense du territoire rural et du secteur primaire.

En revanche, le groupe du logement a réduit ses prix de 1,8% au quatrième mois de l’année en raison de la baisse des prix du gaz et de l’électricité de 8,9% et 3,3%, respectivement.

En résumé, les prix qui ont le plus augmenté en avril par rapport au mois précédent sont ceux des hôtels, auberges et pensions (+17,2%), des vêtements pour enfants (+13,7%) et des voyages à forfait internationaux (+13,7%), tandis que ceux qui ont le plus baissé sont ceux du gaz naturel (-10%).

Au quatrième mois de 2023, l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) s’est établi à 3,8 % en glissement annuel, soit sept dixièmes de plus que le mois précédent. En termes mensuels, il a augmenté de 0,5 %.

TOUS LES CCAA AUGMENTENT LEURS TAUX D’INFLATION

Le taux annuel de l’IPC a augmenté en avril dernier dans toutes les communautés autonomes par rapport au mois de mars.

Les plus fortes hausses ont été enregistrées dans les îles Baléares (+1,2 point), en Cantabrie (+1,1 point) et à Valence (+1 point).

Les hausses les plus modérées des taux d’inflation annuels ont été enregistrées dans les Asturies (+0,4 point) et dans La Rioja, où ils ont augmenté d’un demi-point.

À la fin du mois d’avril, seules les îles Canaries présentaient un taux d’inflation supérieur à 5%, à savoir 5,5%, ainsi que la ville autonome de Melilla, qui enregistrait un taux de 5,8%.

Les îles Canaries étaient suivies par les îles Baléares, Murcie et l’Andalousie, toutes avec des taux d’IPC de 4,6%.

En revanche, les taux les plus modérés ont été enregistrés en Aragon (+3,3%), à Madrid (+3,4%), en Estrémadure (+3,8%) et en Catalogne, qui a clôturé le mois d’avril avec un taux de 3,9%.

Auteur/autrice