M. Díaz propose de réduire la journée de travail à 37,5 heures par voie législative en 2024 et de continuer à l’abaisser à 32 heures.

Il affirme qu’il s’agit d’une mesure révolutionnaire qui rendra les gens plus libres : « Le temps est la chose la plus précieuse pour ceux qui n’ont pas de grandes propriétés.

MADRID, 23 juin (CALPA PARIS) –

La dirigeante de Sumar, Yolanda Díaz, propose une loi pour établir une semaine de travail maximale de 37,5 heures en 2024 et la réduire progressivement à 32 heures, avec un dialogue social et sans réduction de salaire.

C’est ce qu’a affirmé la deuxième vice-présidente dans des déclarations aux médias, soulignant qu’il s’agit d’une mesure « révolutionnaire » car « le temps est la chose la plus précieuse » pour ceux qui n’ont pas de « grandes propriétés ou de noms de famille importants ».

Le candidat à la présidence du gouvernement pour Sumar rejoint ainsi les conclusions de l’étude sur les bases de la loi sur l’utilisation du temps, récemment présentée pour réduire la durée de l’actuelle semaine de travail de 40 heures et qui proposait déjà de la fixer dans un premier temps à 37,5 heures en 2026. Cependant, M. Díaz accélère maintenant ces plans et promet d’atteindre ce seuil dès l’année prochaine.

La réduction de la journée de travail est l’une des principales propositions de la candidature, que M. Díaz a déjà évoquée lors de plusieurs événements, et qui s’ajoute à d’autres propositions telles que la fixation de la fin de la journée de travail à 18 heures.

La question a également été débattue au cours de cette législature, étant donné que Más País a défendu une journée de travail de 4 jours tout en maintenant les salaires et a jeté les bases d’un projet pilote pour tester son application. Podemos a également présenté des documents de proposition sur la réduction du temps de travail.

A lire aussi  BBVA place 300 millions de livres sterling dans une émission de dette subordonnée de niveau 2

Aujourd’hui, Sumar cherche à fixer la réduction de la journée de travail en heures, avec l’objectif d’atteindre un temps de travail hebdomadaire de 32 heures et d’appliquer des critères de flexibilité, comme Díaz l’a également proposé à d’autres occasions.

« Je veux faire une proposition très simple : que les travailleurs puissent rentrer chez eux une heure plus tôt après leur journée de travail, pour se reposer et dormir, pour être avec leurs proches ou pour faire ce qu’ils veulent », a souligné M. Díaz, en insistant sur le fait qu’avec cette mesure, les travailleurs seront « plus libres ».

La dirigeante de Sumar a souligné qu' »il y aura des gens qui diront qu’on ne peut pas réduire la journée de travail sans réduire le salaire, que c’est impossible », mais elle a réfuté le fait que le temps de travail a « toujours été réduit au fur et à mesure que la productivité s’améliorait ».

L’ESPAGNE TRAVAILLE PLUS LONGTEMPS QUE L’ALLEMAGNE OU LA FRANCE

Par exemple, il a cité « une donnée » pour souligner qu’au 20e siècle, la journée de travail était de 2 800 heures par an et qu’aujourd’hui, elle est légèrement inférieure à 1 700 heures.

« Ce qui est extraordinaire, c’est que ce processus s’est arrêté il y a 30 ans. En Espagne, les gens travaillent en moyenne 300 heures de plus qu’en Allemagne ou 150 heures de plus qu’en France. Aujourd’hui, nous ne sommes pas sur la défensive et nous voulons continuer à progresser », a-t-il souligné.

Par conséquent, il a affirmé que la réduction du temps de travail permettrait également de créer une « économie plus saine » et profiterait surtout aux femmes, qui ont « le moins de temps libre ».

A lire aussi  La France confirme le rebond de l'IPC à 5,9 % en avril

Auteur/autrice