M. Gómez affirme que le gouvernement est attentif à d’éventuelles pénuries alimentaires, mais qu’il « n’envisage pas » un tel scénario.

Il affirme que le gouvernement est aux côtés des citoyens « pour atténuer toute forme de tension sur les prix, du pétrole ou de tout autre produit ».

MADRID, 1er sept. (CALPA PARIS) –

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme, Héctor Gómez, s’est dit convaincu qu’il n’y aura pas de pénurie d’aliments dans les rayons des supermarchés en raison de l’impact de la sécheresse. Il a ainsi rassuré la population, car il « ne voit pas » ce scénario pour le moment, mais il est vigilant et adopterait des mesures si elles s’avéraient nécessaires.

« Nous avons confiance, nous espérons et nous souhaitons que cette situation ne se produise pas, et c’est pourquoi le gouvernement travaille dans le cadre de la Commission européenne elle-même pour avoir une réponse commune à ces situations qui se produisent, mais nous ne voyons pas que cette situation pourrait se produire en ce moment. Nous ne voyons pas ce scénario se produire immédiatement ou même à court terme, nous ne le voyons pas se produire », a déclaré le ministre de l’industrie, du tourisme et du commerce, Héctor Gómez, dans des déclarations à « Al Rojo Vivo » sur La Sexta, rapportées par Europa Press.

Le ministre de l’Industrie a fait référence à l’avertissement de la FIAB, qui a mis en garde hier contre l’impact possible de la sécheresse sur l’approvisionnement en aliments et en boissons, et qui a également demandé un plan hydrologique avec de nouvelles interconnexions et des transferts d’eau.

« Nous espérons que cette situation ne se produira pas. Les ministères compétents travaillent et ont été proactifs », a-t-il souligné, précisant que le ministre de l’Agriculture, Luis Planas, a déjà présenté le plan de lutte contre la sécheresse, tandis que le ministre de la Transition écologique travaille pour « faire face à tout type d’anomalie qui pourrait survenir ».

A lire aussi  Inditex gagne 1 168 millions d'euros au cours de son premier trimestre fiscal, soit une hausse de 54 %, et augmente ses ventes de 13 %.

« Nous avons connu un été particulièrement difficile, mais nous allons faire confiance à la réalité du climat, à la possibilité d’avoir bientôt de la pluie et à la possibilité de résoudre efficacement cette situation. Ce qui est indéniable, c’est que nous vivons dans un contexte de changement climatique qui conditionne nos vies », a-t-il déclaré.

M. Gómez a ainsi défendu le fait que le gouvernement de Pedro Sánchez « agit avec beaucoup de retenue » et « avec des mesures très spécifiques ». « Nous sommes évidemment attentifs à toute anomalie qui pourrait se produire à cet égard. Nous nous efforçons évidemment d’éviter toute situation susceptible d’affecter l’approvisionnement en denrées alimentaires », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne la flambée des prix de l’huile d’olive et les récentes déclarations de M. Planas, qui a assuré qu’en cas de fortes pluies dans les semaines à venir, les prix s’effondreraient, M. Gómez n’a pas hésité à décrire le ministre de l’agriculture comme « connaissant parfaitement le secteur » et que ses messages « sont très bien fondés ».

« Je crois que des mesures spécifiques ont été prises contre la sécheresse pour faire face à toutes les conditions qui se présentent aujourd’hui. Le gouvernement est toujours sensible et ouvert à l’adoption de mesures pour faire face aux situations qui se présentent. Par conséquent, le gouvernement sera toujours aux côtés du public pour atténuer toute forme de tension sur les prix, qu’il s’agisse du pétrole ou de tout autre type de produit, afin d’éviter de prolonger cette situation », a-t-il réitéré.

RAPPELLE QUE L’ESPAGNE A L’INFLATION LA PLUS BASSE D’EUROPE

Le ministre de l’Industrie a également rappelé que l’Espagne est, avec la Belgique, le pays d’Europe où l’inflation est la plus faible. « Cela signifie que les mesures mises en œuvre ont eu de très bons résultats, et dans ce cas-ci, ce ne sera pas moins », a-t-il déclaré.

A lire aussi  Endesa recherche un partenaire minoritaire pour son portefeuille d'énergies renouvelables de 2 000 MW

« C’est un gouvernement qui est toujours à la hauteur des défis auxquels nous avons été confrontés, qui n’ont pas été rares, et évidemment dans ce cas aussi. Le gouvernement a toujours des alternatives et des mesures pour contrer ces effets, qui ont des conséquences négatives », a-t-il souligné.

Auteur/autrice