M. González (CES) estime que les fonds européens n’atteignent pas l’économie réelle avec « la fluidité et l’efficacité souhaitées ».

Il reconnaît que mesurer les changements structurels proposés dans un court laps de temps est une tâche « franchement compliquée ».

MADRID, 6 août (CALPA PARIS) –

Le conseiller du Conseil économique et social espagnol (CES), Alberto González Menéndez, estime que la rapidité avec laquelle les fonds européens de nouvelle génération ont été conçus pour répondre à la situation générée par Covid-19, leur complexité juridique et administrative et le degré de liberté de chaque pays pour organiser leur déploiement ont fait que les fonds n’atteignent pas « l’économie réelle avec la fluidité et l’efficacité souhaitées ».

Dans une interview accordée à Europa Press, la directrice – avec Cristina Estévez – du cours d’été sur les défis de la Présidence espagnole face à l’Agenda social et économique de l’Union européenne (organisé les 17 et 18 juillet à l’Université Complutense de Madrid) a souligné l’engagement  » fort  » du gouvernement espagnol vis-à-vis de ces fonds.

Mme González a souligné les changements structurels proposés par l’Espagne, notamment dans deux domaines : la transformation numérique (avec près de 30 % des fonds) et la transition verte (près de 40 %), tout en reconnaissant que mesurer ces profonds changements dans le pays en si peu de temps est une tâche  » franchement compliquée « .

Selon les informations fournies par le secrétaire général du gouvernement espagnol pour les fonds européens, l’Espagne, avec plus de 50 000 millions d’euros engagés, est le pays le plus avancé en termes de déploiement de ces fonds, ce qui nous a permis de demander le quatrième paiement. « Par conséquent, si nous prenons en compte la variable de l’allocation et de l’application des fonds, il semble que le rythme soit bon », a déclaré le conseiller du CES.

De son point de vue, l’objectif est de tirer parti de ces fonds pour relancer l’Espagne, en générant des synergies entre les stratégies conçues pour promouvoir différents domaines d’action et atteindre la plus grande efficacité possible dans les différents piliers du Plan de relance, de transformation et de résilience conçu par le gouvernement.

A lire aussi  Cellnex contrôlera 100 % de OnTower Poland après avoir acquis la participation d'Iliad pour 510 millions d'euros.

« Le défi consiste à tirer parti de tous les fonds qui nous ont été alloués et, si possible, à aspirer à davantage en récompense de cette gestion efficace », a-t-il souligné.

LES DÉFIS DE LA PRÉSIDENCE ESPAGNOLE DE L’UE

L’Espagne assume pour la cinquième fois la présidence tournante de l’Union européenne, dans un contexte marqué par la fin de la législature de l’UE et les élections qui se sont déroulées dans le pays le 23 juillet. Cette présidence marque également la fin d’une pandémie qui a changé le monde et d’une guerre ouverte en Europe qui a affecté certains piliers économiques jusqu’alors considérés comme solides et stables.

Alberto González considère qu’il existe de nombreux fronts sur lesquels l’UE doit se pencher d’un point de vue économique et auxquels la présidence espagnole devra s’intéresser : l’approfondissement du marché intérieur après 30 ans de fonctionnement, la révision du cadre financier pluriannuel, la définition d’actions spécifiques en rapport avec l’autonomie stratégique de l’Union, la refonte des relations et des accords commerciaux avec les différents blocs économiques, la consolidation d’un agenda de compétitivité pour le tissu entrepreneurial européen et la promotion d’une politique commerciale et fiscale qui garantisse l’investissement et promeuve l’Europe en tant que territoire compétitif et durable, générateur d’activité économique et de bien-être de premier ordre à l’échelon mondial.

Selon M. González, un accent particulier sera mis sur la politique fiscale européenne, en révisant le cadre des règles fiscales et en se concentrant sur les recettes générées.

A lire aussi  La BOE publie l'extension du rabais de TVA sur les produits alimentaires et d'autres mesures anti-crise.

L’accent sera également mis sur la politique d’éducation et de formation tout au long de la vie afin de réduire l’inadéquation actuelle entre l’offre et la demande de main-d’œuvre, de renforcer les systèmes d’orientation professionnelle et de repenser le système d’acquisition et de formation de nouvelles compétences, adaptées au marché du travail actuel.

NUMÉRISATION ET INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

M. González estime également que l’Europe devrait accorder plus d’attention aux processus de numérisation qui transforment le monde et jouer un rôle plus important dans leur développement et leur mise en œuvre. « Que nous le voulions ou non, nous vivons dans une société de plus en plus numérique, dont les environnements, les dynamiques, les appareils et les services sont de plus en plus dépendants chaque jour. Les enjeux sont considérables », a-t-il souligné.

Selon une étude du ministère des Finances, 23 % du PIB de notre pays est déjà généré par l’économie numérique. Et l’objectif est que ce pourcentage passe à 40 % d’ici 2030. De plus, selon le Digital Economy and Society Index (DESI), publié par la Commission européenne, l’Espagne est passée de la 10e place du classement en 2021 à la 7e en 2022, et se situe à des niveaux très similaires à ceux des pays les plus avancés d’Europe, les pays nordiques et l’Allemagne.

De son côté, le conseiller du CES considère que les risques générés par l’Intelligence Artificielle – substitution de main-d’œuvre, atteinte à la sécurité, aspects éthiques, biais générés par les algorithmes, désinformation et manipulation de l’opinion publique – doivent être évalués et atténués, mais il a souligné qu’il s’agit de quelque chose « qui est venu pour durer et dont la progression sera vertigineuse ».

L’Espagne, avec sa stratégie nationale en matière d’IA, et l’Europe, qui a révisé son plan coordonné sur l’IA en 2021, prennent déjà des mesures. Plus précisément, la Commission européenne vise à maximiser les ressources et à coordonner les investissements dans l’IA par le biais des programmes Horizon Europe et Digital Europe en investissant 1 milliard d’euros par an dans l’IA. En outre, elle estime que les investissements du secteur privé et des États membres seront mobilisés pour atteindre un volume d’investissement annuel de 20 milliards d’euros d’ici à 2030.

A lire aussi  La sécurité sociale compte 21 945 affiliés supplémentaires en juillet et établit un nouveau record avec 20,89 millions de cotisants.

LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Pour sa part, Alberto González a également attiré l’attention sur le changement climatique, une réalité qui a déjà de profondes répercussions et pour laquelle il reste très peu de temps pour empêcher que ses conséquences ne deviennent irréversibles.

« En d’autres termes, le changement climatique doit être au centre de l’agenda européen et la décarbonisation du secteur énergétique doit devenir un objectif prioritaire », a-t-il souligné.

Le conseiller du CES a toutefois fait remarquer qu’il fallait être très prudent lors de la fixation des objectifs, car il existe de profondes asymétries dans le domaine des émissions, ce qui peut engendrer des déséquilibres de diverses natures.

Par exemple, M. González a expliqué qu’entre les pays déjà développés qui se concentrent actuellement sur la réduction des émissions et ceux qui se sont industrialisés plus récemment, ces derniers exigent des capacités d’émission plus importantes qui n’entravent pas leur trajectoire ou leur compétitivité (conflit USA-UE/Chine-Asie).

D’autre part, González a indiqué que le changement climatique a des effets collatéraux insoupçonnés avec un effet multiplicateur sur les menaces liées, par exemple, aux flux migratoires ou aux conflits humains.

« La vérité est que, dans un contexte démographique mondial croissant, la consommation d’énergie monte en flèche. Et, selon toutes les études prospectives, si les paradigmes générationnels actuels ne sont pas modifiés rapidement, la situation pourrait devenir très compliquée », a-t-il averti.

Auteur/autrice