M. Moreno juge « regrettable » que M. Sánchez « punisse » l’Andalousie en lui accordant une aide pour l’arrêt de l’accord de pêche avec le Maroc.

DOS HERMANAS (SEVILLA), 16 juillet (CALPA PARIS) –

La présidente du PP d’Andalousie, Juanma Moreno, a qualifié de « regrettable » le fait que l’Andalousie « ne puisse pas opter » pour les aides proposées par l’Exécutif central en vue de l’expiration du protocole de l’accord de pêche entre l’Europe et le Maroc à partir du lundi 17 juillet à minuit, car elles sont fixées par l’arrêt temporaire qui établit les fonds européens de pêche et que le secteur andalou a déjà épuisé. « Sánchez est en colère parce que les Andalous ont donné leur soutien au PP lors des élections municipales et il punit notre terre avec des décisions de ce type », a-t-il affirmé.

S’adressant aux médias ce dimanche dans la ville sévillane de Dos Hermanas, M. Moreno s’est dit « préoccupé » par la fin de cet accord, critiquant l’attitude du gouvernement central qui « n’a pas pris au sérieux la fin de cet accord, ce qui laisse une partie très importante de la flotte de pêche dans l’impasse la plus totale ». « Cela fait des mois que nous demandons au gouvernement d’exercer tout son pouvoir pour négocier un nouvel accord ou le proroger. Il y a un manquement au devoir de la part de M. Sánchez », a-t-il ajouté.

Dans ce sens, le président du PP-A a souligné que le chef du gouvernement « n’a pas été à la hauteur de l’intensité de ces négociations » et que l’alternative « a été une aide qui ne s’adapte pas à la flotte de pêche andalouse et que des dizaines de familles de pêcheurs se retrouvent complètement abandonnées à cause du manque de sensibilité, d’initiative et de poids politique du gouvernement à Bruxelles ».

A lire aussi  Ryanair annonce des réductions de son programme car elle n'a pas reçu les avions Boeing qu'elle avait prévu d'utiliser
&#13 ;

« Je trouve regrettable et irresponsable de jouer avec les droits et la vie de familles dont le seul moyen de subsistance économique est la mer et la pêche dans les zones de pêche marocaines », a-t-il conclu.

Il convient de rappeler qu’à partir de lundi à minuit, la flotte européenne pêchant dans les zones de pêche marocaines, essentiellement espagnole, devra quitter ces eaux, car le protocole de l’accord de pêche entre l’UE et le Maroc prendra fin, en attendant que la justice européenne se prononce sur sa légalité. L’accord actuel entre l’UE et le Royaume du Maroc est entré en vigueur le 18 juillet 2019, ce qui a permis à la flotte européenne de reprendre son activité, suspendue depuis le 14 juillet 2018.

Auteur/autrice