Mme Díaz a déclaré à M. Calviño qu’elle rejetait l’entrée des Saoudiens dans Telefónica : « Je m’efforcerai de faire en sorte que cela ne se produise pas ».

MADRID, 8 sept. (CALPA PARIS) –

La deuxième vice-présidente et ministre du Travail et de l’Économie sociale par intérim, Yolanda Díaz, a déclaré à la première vice-présidente, Nadia Calviño, que le gouvernement  » ne peut pas permettre  » que l’acquisition par l’entreprise saoudienne STC d’une participation de 9,9 % dans l’entreprise Telefónica se poursuive.

« Mon opinion est que nous ne pouvons pas permettre que cette opération se poursuive. Je l’ai fait savoir au vice-président économique du gouvernement en exercice et je le défendrai », a déclaré M. Díaz aux médias avant la présentation du livre « Pour une Constitution de la Terre » de Luigi Ferrajoli.

Pour M. Díaz, l’Espagne doit « réfléchir » à quels sont les secteurs stratégiques du pays, qui peut faire partie des conseils d’administration de ces secteurs et quelles sont les limites. « Bien entendu, je m’efforcerai de faire en sorte que cette opération n’ait pas lieu », a-t-il réaffirmé.

Selon la dirigeante de Sumar, « tous les pays réglementent et régulent ces situations » et elle estime que l’Espagne a encore beaucoup à faire en matière industrielle, surtout en ce qui concerne les secteurs stratégiques.

« Telefónica est une entreprise stratégique pour notre pays. Et en tant qu’entreprise stratégique, avec la gestion de ce qui est certainement la chose la plus importante dans nos vies, à savoir les données – ce n’est pas seulement le pétrole au XXIe siècle – et que tout est basé sur elles, mon opinion est que nous ne pouvons pas permettre que cette opération se poursuive », a-t-il insisté.

Auteur/autrice

A lire aussi  L'Ibex 35 mène la hausse européenne avec une augmentation de 1,02 % et regagne le niveau des 9 400 points.