Planas critique la demande de Mañueco concernant l’élaboration d’un plan de lutte contre l’EHE et demande qu’il soit mis fin à la politisation de la santé animale.

BRUXELLES, 18 sept (CALPA PARIS) –

Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation par intérim, Luis Planas, a demandé lundi au président de la Junta de Castilla y León, Alfonso Fernández Mañueco, de cesser de politiser la santé animale après que le « populaire » a demandé au gouvernement de présenter un plan de lutte contre la maladie hémorragique épizootique (MHE).

« La santé animale ne peut jamais être politisée ou devenir une décision partisane », a déclaré M. Planas depuis Bruxelles, où il présidera la réunion des ministres de l’agriculture et de la pêche de l’UE, avant de rappeler que la Junta de Castilla y León a déjà enfreint les règles nationales et européennes il y a quelques mois avec son projet d’assouplissement des contrôles de la tuberculose bovine.

La Commission européenne a confirmé que les mesures adoptées par la Junta pour assouplir les exigences de contrôle de cette maladie animale étaient contraires à la réglementation de l’UE, tandis que le gouvernement a réagi en introduisant un recours administratif auprès du Tribunal supérieur de justice de Castille et León.

À l’époque, a rappelé le ministre, le gouvernement avait déjà agi avec fermeté et défendu les intérêts des éleveurs. « Et nous le ferons autant de fois que nécessaire », a-t-il déclaré, tout en reprochant à M. Mañueco qu’il est « absolument déplacé » que ce soit précisément la communauté qui a conduit l’Espagne à ces « problèmes » qui fasse aujourd’hui cette réclamation.

Planas a également souligné qu’il voyait ici une « contamination et une contagion » des « populares » par leurs partenaires à la tête de la Junte : « Lorsque vous êtes d’accord avec l’extrême droite, avec Vox, vous finissez par assumer leurs principes, par nier la science, par affronter les vétérinaires et par faire une question politique de ce qui ne devrait pas être fait ».

A lire aussi  Les assureurs paieront 5 000 millions d'euros en 2022 pour les dommages aux biens assurés, selon l'Unespa

C’est pourquoi il a demandé au président de l’exécutif régional de faire preuve de « responsabilité » et l’a exhorté à respecter la Constitution. « Cela n’a pas de sens d’essayer de faire de la politique avec quelque chose qui n’en est pas. Je suis sincèrement indigné », a déploré le ministre.

Il a également rappelé que le gouvernement a mis sur la table près de 4.000 millions – 1.380 millions d’aides directes – au cours des deux dernières années pour indemniser les agriculteurs et les éleveurs, alors que « la contribution de toutes les communautés autonomes est inférieure à 100 millions », ce à quoi il a ajouté que la communauté autonome elle-même peut également indemniser ses propres agriculteurs.

Auteur/autrice