Voitures, lingots, diamants… Une vente aux enchères « exceptionnelle » des saisies douanières

Ce vendredi 4 novembre, une direction spécialisée de la Direction générale des finances publiques organise pour la première fois une vente dédiée aux saisies des douanes. Cette vente aux enchères, ouvertes aux particuliers et aux professionnels, trouvera pour écrin… le ministère de l’Économie !

Ce vendredi 4 novembre, le centre de conférences Pierre-Mendès-France, situé dans le quartier de Bercy, à Paris, va se transformer pendant sept heures en salle de ventes aux enchères . Il s’agit d’une vente de la Direction nationale d’interventions domaniales (DNID), qui est rattachée à la Direction de l’immobilier de l’État (DIE) de la Direction générale des Finances publiques. Cette vente est organisée par la maison Drouot pour le compte de la Direction générale des douanes et droits indirects.

Quelle est cette vente ?

Le DNID organise tous les ans une centaine de ventes aux enchères. Par exemple, en 2021, elles ont permis de rapporter 80 millions d’euros dans les caisses de l’État. Mais cette fois, la vente du 4 novembre 2022 mettra aux enchères des biens saisis par les douanes. « Les services douaniers luttent quotidiennement contre tous les trafics illicites qui menacent notre territoire et notre société, afin de protéger les citoyens et l’environnement », rappelle Bercy dans un communiqué.

Selon Le Parisien , le ministère de l’Économie espère récolter un million d’euros avec cette vente. Mais c’est une fourchette basse. Car pour l’heure, le cumul des mises à prix atteint 700 000 €. « Les biens ont été estimés par des experts en fonction de leur nature, de leur rareté, de leur état, du cours des prix du marché ou même de ceux des matières premières », précise Le Parisien.

Que trouve-t-on à vendre ?

Des voitures, des camions, des bijoux en or, des lingotins, des ordinateurs, des accessoires de luxe… La liste compte 350 produits . « Une large gamme de biens sera mise en vente (voitures, maroquinerie, pièces d’or, diamants…) reflétant ainsi la diversité des saisies douanières », confirment les organisateurs.

Il ne s’agit que des biens saisis à travers la France lors de saisies douanières. Par exemple, les véhicules ont pu être interceptés lorsqu’ils transportaient de la drogue, ou les bijoux et accessoires ont été saisis lors de contrôles aux frontières dans les aéroports. Plus insolite, plus de 2 000 bouteilles de vodka seront aussi à vendre.

Qui peut acheter ?

Il y en a pour tous les budgets. À partir de 50 € mais jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Les particuliers peuvent donc s’inscrire à la vente mais ils ne pourront pas lever la main pour des enchères sur tous les produits. Notamment pour les véhicules qui sont réservés aux « professionnels de l’automobile » ou encore les bouteilles de vodka qui sont réservés aux professionnels de la vente. À noter qu’en plus de sa mise, il faut ajouter 11 % de frais de vente.

Comment peut-on participer ?

Sur inscription. La vente débutera à 10 h 30, après une exposition publique à 10 h. Près de 350 lots seront proposés aux acheteurs qui pourront porter des enchères en salle mais également par internet via la plateforme Drouot digitale . Il sera aussi possible d’assister à la vente dans la salle, sur inscription préalable avant midi ce jeudi 3 novembre , dans la limite des places disponibles.