Yolanda Díaz annonce un accord avec les syndicats pour la mise en place du statut du boursier.


777013.1.260.149.20230610142808


La dirigeante de Sumar et deuxième vice-présidente du gouvernement, ministre du Travail et de l’Économie sociale, Yolanda Díaz, lors de la présentation de l’accord de coalition, le 10 juin 2023, à Madrid (Espagne). – Gustavo Valiente – Europa Press

MADRID, 10 juin (CALPA PARIS) –

La deuxième vice-présidente et ministre de l’Emploi, Yolanda Díaz, a annoncé que son ministère et les syndicats sont parvenus à un accord sur la mise en œuvre du statut des personnes en formation pratique non professionnelle en entreprise, connu sous le nom de statut du stagiaire.

« Nous avons enfin des accords avec les syndicats pour ne plus avoir de faux stagiaires et avoir le statut que notre pays mérite », a-t-elle proclamé ce samedi lors d’une déclaration à la suite de l’accord de Sumar avec quinze partis de gauche pour se présenter en coalition aux prochaines élections générales du 23 juillet.

Après plus d’un an de négociations, l’accord sur la loi visant à réglementer les conditions de travail des stagiaires a été conclu sans le soutien de la Confédération espagnole des organisations d’entreprises (CEOE).

Selon des sources de la CCOO qui se sont confiées à Europa Press vendredi, le document qui doit être approuvé en tant que décret royal en Conseil des ministres n’éliminera pas les stages extrascolaires.

A lire aussi  Atrys Health multiplie par sept ses pertes semestrielles dues aux atypiques, mais facture 33% de plus

Pour sa part, l’UGT a indiqué que le règlement inclura « une grande partie » des revendications syndicales, telles que la définition claire des stages pour éviter les fraudes, la compensation des dépenses ou l’établissement d’un régime de sanctions effectivement dissuasif.

Pour sa part, l’association patronale a rejeté la forme de l’accord car « il n’est pas approprié d’approuver ce règlement dans une période de dissolution des Chambres, et il n’y a pas non plus de besoin urgent et extraordinaire », et ne le soutient pas « en ce qui concerne sa substance ».

Selon lui, le statut des boursiers « limite le nombre d’heures et augmente la bureaucratie au point de nuire à la formation pratique des étudiants, qui est essentielle pour garantir leur employabilité et jeter des ponts entre la formation théorique et le monde du travail ». À cet égard, il a ajouté qu' »il existe également des divergences entre ce règlement et les règlements universitaires récemment approuvés, ce qui signifie que le risque d’encourir des sanctions en raison d’un manque de sécurité juridique est élevé ».

Auteur/autrice