Colère : le gouvernement autorise les pesticides tueurs d’abeilles pour la quatrième année consécutive

Pour la quatrième année consécutive, les agriculteurs ont reçu le feu vert pour utiliser un pesticide interdit qui tue les abeilles, suscitant la colère des amoureux de la nature.

Le ministre de l’alimentation et de l’agriculture, Mark Spencer, a autorisé l’utilisation d’un néonicotinoïde pour protéger les cultures de betteraves sucrières de cette année contre les virus.

Une seule cuillère à café de thiaméthoxame peut tuer 1,25 milliard d’abeilles, selon le professeur de biologie et expert en insectes Dave Goulson, de l’université du Sussex.

Des recherches antérieures ont montré que les abeilles exposées à une seule dose de pesticide peuvent avoir besoin de plusieurs générations pour se rétablir.

Richard Benwell, directeur général de Wildlife and Countryside Link, la plus grande coalition d’Angleterre pour la protection de l’environnement et de la faune, a déclaré : « Cette décision va à l’encontre du bon sens écologique : « Cette décision va à l’encontre du bon sens écologique. Ces pesticides sont interdits pour une raison bien précise : ils représentent un risque pour notre faune et notre flore et pour la santé humaine.

« L’industrie a promis de trouver des produits de remplacement et le gouvernement a promis de meilleures protections environnementales, mais ce que nous obtenons, ce sont des retards et encore plus de promesses non tenues qui font que le Royaume-Uni est de plus en plus à la traîne en matière d’action contre les pesticides.

A lire aussi  Des températures extrêmement froides, sans précédent depuis des décennies, provoquent des perturbations généralisées en Scandinavie

Les néonicotinoïdes sont si toxiques que le Royaume-Uni et l’UE les ont interdits en 2018, mais depuis lors, certains pays, dont le Royaume-Uni et la France, ont accordé une autorisation exceptionnelle pour leur utilisation.

Le pesticide peut tuer les abeilles en masse

(Getty Images/iStockphoto)

Des représentants du gouvernement ont déclaré avoir récemment rencontré des membres de l’industrie sucrière britannique et des organisations environnementales, au cours de laquelle le plan de l’industrie visant à abandonner l’utilisation des néonicotinoïdes a été discuté.

Ils affirment que le pesticide – Cruiser SB, qui contient du thiaméthoxame – ne sera utilisé qu’en cas de menace pour la culture, et que des contrôles stricts seront mis en place.

Ils soulignent que le seuil d’utilisation des néonicotinoïdes a augmenté par rapport aux années précédentes pour atteindre le niveau le plus élevé jamais atteint : un risque d’incidence du virus de 65 % ou plus.

Le Wildlife Trusts a qualifié cette décision de « coup mortel pour la faune et la flore, de recul dans la prise de décision fondée sur des preuves et de trahison pour les agriculteurs qui tentent de produire des aliments de manière durable ».

Pesticide Action Network UK a écrit sur les médias sociaux : « Choquant mais pas surprenant – Defra se plie aux exigences de l’industrie sucrière et autorise une fois de plus l’utilisation de néonicotinoïdes toxiques pour les abeilles ! Le sucre avant les abeilles et les profits avant les gens, comme toujours ».

M. Spencer a déclaré : « Nous sommes conscients de l’impact négatif qu’une épidémie de virus jaune de la betterave pourrait avoir sur les moyens de subsistance des agriculteurs. Nous considérons donc la délivrance d’une autorisation d’urgence comme une mesure nécessaire et proportionnée ».

A lire aussi  Impraticable et chaotique" : Les juges libéraux de la Cour suprême mettent en garde contre l'étouffement du pouvoir des agences fédérales

La décision officielle a été annoncée le jour où ses propres conseillers ont averti que le gouvernement risquait de ne pas atteindre les objectifs juridiquement contraignants visant à mettre un terme au déclin de la nature d’ici à 2030.

Dans le cadre du premier examen majeur du plan d’amélioration de l’environnement, l’Office pour la protection de l’environnement (OEP) a conclu que le gouvernement devait accélérer et intensifier la mise en œuvre de ce plan.

Il a également mis en garde contre le manque de transparence et de responsabilité du plan.

Dame Glenys Stacey, présidente de l’OEP, a déclaré : « Les tendances négatives en matière d’environnement continuent d’être profondément préoccupantes. Compte tenu de l’état d’épuisement de notre environnement naturel et du rythme sans précédent du changement climatique, il semble à beaucoup que nous soyons à la croisée des chemins ».

La ministre de l’environnement, Rebecca Pow, a déclaré : « Nous avons toujours été clairs sur le fait que nos objectifs étaient ambitieux et que leur réalisation nécessiterait un travail considérable, mais nous nous engageons pleinement à créer un pays plus vert pour les générations futures et à aller plus loin et plus vite pour agir en faveur de la nature. Nous examinerons attentivement les conclusions de l’Office pour la protection de l’environnement et nous y répondrons en temps voulu ».

Auteur/autrice